+10% : une semaine de hausse historique pour la Bourse de Paris

 |   |  459  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
La Bourse de Paris a fini en état de grâce vendredi (+3,71%), bouclant une semaine historique entretenue par les anticipations de sursaut économique accompagnant le déconfinement.

L'indice CAC 40 a gagné 185,81 points à 5.197,79 points. La veille, il avait fini en repli de 0,21% après trois séances de nette hausse. Sur la semaine écoulée, la place parisienne a progressé de plus de 10%. Ses pertes depuis le 1er janvier atteignent 13,05%.

"C'est une des meilleures semaines depuis longtemps. Une semaine historique", observe Daniel Larrouturou, gérant actions à Dôm Finance, interrogé par l'AFP.

Après avoir commencé la semaine en fanfare, les marchés européens avaient soufflé un peu jeudi, ayant anticipé le renforcement du dispositif de soutien de la Banque centrale européenne pour soutenir l'économie du Vieux Continent.

N'ayant pas été déçus par l'institution monétaire, ils sont repartis de plus belle vendredi, galvanisés par la publication du rapport de l'emploi américain.

"Absolument personne ne pariait sur des créations d'emplois qui arriveraient déjà au mois de mai", note John Plassard, spécialiste de l'investissement de Mirabaud pour qui "le scénario en V des indices boursiers et en U de l'économie se précise de plus en plus".

En mai, 2,5 millions d'emplois ont été créés, quand les analystes attendaient 8,5 millions d'emplois détruits.

Le taux de chômage est retombé à 13,3% en mai, alors que les analystes les plus pessimistes le voyaient frôler les 20%, en raison de la pandémie de Covid-19. En seulement deux mois, ce taux avait grimpé comme jamais, passant de 3,5% en février, son niveau le plus faible depuis 50 ans, à 14,7% en avril, son plus haut depuis 80 ans.

"Anticipation d'une reprise rapide"

"Les espoirs de reprise forte de l'activité qui ont porté les indices depuis une quinzaine de jours et qui ont été à l'origine de la forte hausse de tous les marchés mondiaux, trouvent de plus en plus de confirmation dans les statistiques économiques", a indiqué à l'AFP M. Larrouturou.

Celle du jour concernant les emplois mensuels américains a "donné une accélération très forte à la hausse" car les investisseurs y voient "une confirmation de leur anticipation d'une reprise rapide des activités économiques à la fois aux États-Unis et en Europe", poursuit-il.

En matière de valeurs, Unibail-Rodamco-Westfield a fini en tête de l'indice CAC 40, bondissant de nouveau, après une journée de pause (+11,02% à 70,72 euros).

Pimpantes au lendemain de la BCE, les titres financiers ont affiché des performances à couper le souffle. Société Générale a grimpé de 10,3% à 16,85 euros, BNP Paribas de 8,59% à 39,12 euros et Crédit Agricole de 6,34% à 9,10 euros.

Le secteur automobile est lui aussi reparti à la hausse de +9,83% à 25,93 euros de Renault et de +8,66% à 15,43 euros pour Peugeot.

Airbus (+12,5% à 80,98 euros) et Air-France KLM (+12,4% à 5,57 euros) ont également été propulsées.

Total a bondi de 6,15% à 38,34 euros. Sa filiale Hutchinson veut supprimer 800 à 1.000 postes en France via un plan de départs volontaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2020 à 9:30 :
Non c'est essentiellement le rebond de l’emploi aux états unis, faites attention quand même vous êtes sur un site économique vous ne pouvez pas trop dévier de la réalité vous, pas comme bfmtv et autres cathédrales.
a écrit le 06/06/2020 à 18:04 :
Cette rapidité est le signe que TOUT va recommencer comme avant...en pire. Jusqu'à ? ce que ça
aille vraiment, mais vraiment mal.
a écrit le 06/06/2020 à 13:54 :
11 millions d’emplois de plus que prévu, même aux US c’est étonnant! Y a un loup non ?
a écrit le 06/06/2020 à 10:51 :
Une hausse en forme d'échelle telescopique de pompier, attention, quand on sort l'échelle c'est qu'y a le feu !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :