Publicis entouré après le contrat avec Microsoft

 |   |  331  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le numéro trois mondial de la publicité décroche un contrat de plus de 600 millions de dollars. Il sera chargé de la gestion des achats d'espaces publicitaires du géant des logiciels en Amérique du Nord. Le marché a applaudi.

L'année 2011 s'annonce sous les meilleurs auspices pour Publicis. Le groupe français de communication, numéro trois mondial du secteur, a annoncé samedi avoir remporté la gestion des achats d'espaces publicitaires du géant de l'informatique Microsoft, pour l'Amérique du Nord, premier marché du groupe dirigé par Maurice Lévy.

Les investisseurs apprécient la nouvelle. La valeur qui se négocie 13,5 fois les bénéfices estimés pour 2011,  a progressé d'environ 2,41 % en matinée, réduisant sa perte annuelle à 2,13 %.

Publicis, via sa filiale américaine Starcom MediavestGroup, réussit ainsi un joli coup. D'abord parce que ce contrat était détenu depuis une dizaine d'années par Universal McCann, filiale de son concurrent américain Interpublic. Ensuite, il s'agit là d'un budget très conséquent, "supérieur à 600 millions de dollars", selon une porte-parole de Publicis. Car, au-delà de la gestion des achats d'espaces publicitaires de Microsoft en Amérique du Nord, le groupe dirigé par Maurice Lévy sera également chargé de conseiller le numéro mondial des logiciels sur sa stratégie média.

Seule consolation pour Interpublic, l'américain garde la gestion des achats d'espaces publicitaires de Microsoft dans 35 autres pays, qui n'étaient pas inclus dans l'appel d'offres remporté par Publicis. Mais l'international ne représente que 40% des dépenses publicitaires de Microsoft, le solde de 60% étant concentré sur les Etats-Unis et le Canada.

Publicis semble donc bien parti pour atteindre son objectif de réaliser cette année encore une croissance supérieure à celle du marché. Lequel devrait progresser de 4,6%, en 2011, selon sa filiale ZenithOptimédia. L'an dernier, le groupe avait tiré un trait sur la récession de 2009, avec un chiffre d'affaires de 5,4 milliards d'euros, en croissance organique (hors acquisitions et à taux de changes constants) de 8,3%, et un bénéfice net de 526 millions d'euros, en hausse de 30,5%. L'Amérique du Nord, précisément, avait fortement contribué à ces performances, avec une croissance organique de près de 10%, contre 6% en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :