Les Bourses européennes sans direction, sceptiques sur l'issue du sommet

A la clôture, Francfort reculait de 1,27%, Londres de 0,56% et Paris de 0,37%. Milan a progressé de 0,67% et Madrid de 0,82%. Wall Street évoluait en nette baisse jeudi, également dubitative quant aux résultats du sommet européen et indifférente aux informations américaines: vers 14H45 GMT, le Dow Jones cédait 1,28% et le Nasdaq 1,60%.
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)

Les Bourses européennes ont achevé leur séance jeudi sans direction, sceptiques quant aux chances de voir le sommet de Bruxelles aboutir à des réponses efficaces à la crise de la dette alors que la contagion tant redoutée prend de l'ampleur. A la clôture, Francfort reculait de 1,27%, Londres de 0,56% et Paris de 0,37%. Milan a progressé de 0,67% et Madrid de 0,82%. Wall Street évoluait en nette baisse jeudi, également dubitative quant aux résultats du sommet européen et indifférente aux informations américaines: vers 14H45 GMT, le Dow Jones cédait 1,28% et le Nasdaq 1,60%.

Le marché est animé par un "profond scepticisme" à propos du sommet européen réuni à Bruxelles, a indiqué Dick Green, du site d'analyste financière Briefing.com. Les investisseurs estiment qu'"aucun résultat tangible" ne résultera de cette rencontre", a-t-il dit, soulignant que la crise continuait "à s'aggraver". "Le mieux que l'on puisse dire pour aujourd'hui c'est que les attentes sont faibles", a-t-il souligné.

Les investisseurs ont "peu d'espoir de voir émerger des mesures concrètes pour enrayer la crise de la dette en Europe", estiment les analystes d'IG Markets. En tout cas, "personne ne veut prendre de risque avant de connaître l'issue du sommet", renchérit Xavier de Villepion, vendeur d'actions de Global Equities. Le sommet des dirigeants européens à Bruxelles, qui a débuté peu avant 15H30, se poursuivra vendredi. Cet énième sommet depuis le début de la crise de la dette a été convoqué pour faire avancer l'intégration économique européenne et aider les pays les plus fragiles de l'union monétaire.

Après une ouverture en légère hausse, une certaine nervosité s'est emparée des places financières européennes à la suite notamment d'informations peu optimistes en provenance d'Allemagne. "Plusieurs déclarations en Allemagne ont refroidi l'atmosphère dans la matinée, selon lesquelles il ne fallait pas attendre beaucoup de résultats du sommet", a souligné M. Villepion. Berlin demeure notamment opposé à ce que les fonds de secours européens aident directement les banques à se recapitaliser tant que la surveillance financière restera au niveau national.

Sur le marché obligataire, le taux d'emprunt à 10 ans de l'Espagne demeurait à un niveau toujours critique. Vers 18H08 (16H08 GMT), il s'élevait à 6,896%. Au-delà de 7%, il deviendrait intenable. De son côté, l'Italie a emprunté en fin de matinée 5,42 milliards d'euros à cinq et dix ans, atteignant ainsi presque son objectif maximum de 5,5 milliards, à des taux en légère hausse. Le taux à dix ans restait élevé à 6,182%. Sur le marché des changes, vers 18H09 (16H09 GMT), l'euro restait en repli à 1,2433 dollar contre 1,2467 dollar mercredi soir.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.