La Bourse de Paris en baisse : inquiétudes sur le sort du MES

 |  | 522 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
A la mi-séance, la Bourse de Paris perdait 0,50% ce mercredi. Les investisseurs s'inquiètent du retard dans la mise en place du Mécanisme européen de secours (MES) et se montrent prudents avant la publication des minutes de la Réserve fédérale américaine.

A 12H05 (10H05 GMT), le CAC 40 perdait 0,50% à 3.160,10 points dans un volume d'échanges de 756,63 millions d'euros. La Cour constitutionnelle allemande a semé le doute sur les marchés. Les juges suprêmes, qui ont commencé à examiner mardi une série de plaintes contre la ratification du mécanisme européen de stabilité (MES), ont laissé entendre qu'ils pourraient ne rendre leur décision que dans plusieurs mois. "Cette hésitation retarde encore la mise en place du MES" (initialement prévue début juillet) et détériore "la confiance des marchés accordée aux dirigeants européens dans leur capacité de mettre en oeuvre les avancées annoncées sur le front institutionnel" lors du sommet européen des 28 et 29 juin, déplorent les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC, interrogés par l'AFP.

Nouveau plan de rigueur en Espagne

Les nouvelles mesures de rigueur annoncées par le gouvernement espagnol et destinées à récupérer 65 milliards d'euros avant la fin 2014 n'ont pas rassuré les opérateurs qui s'interrogent sur leur mise en place alors que l'Espagne est déjà en récession.

Pour les analystes de Saxo Banque, "les déclarations (du chef du gouvernement italien ) Mario Monti, ont aussi jeté un coup de froid". Rome a reconnu qu'il n'était pas exclu qu'elle ait recours aux fonds de secours européens pour faire face à la flambée de ses taux d'emprunt, une option qu'elle avait écartée jusqu'ici.

Ces tensions profitaient à l'Allemagne dont la dette est perçue depuis le début de la crise comme la valeur-refuge par excellence. Berlin a emprunté à 10 ans au taux de 1,31%, un nouveau plus bas historique. Les investisseurs attendent désormais avec anxiété la publication, après la clôture, des minutes de la dernière réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed). "Si les statistiques économiques continuent à se dégrader outre-Atlantique, la Fed sera bien forcée d'agir à un certain moment", le tout est de savoir quand, ce qui rend les marchés fébriles, note Cameron Peacock, analyste chez IG Markets.

EADS dans le rouge

Du côté des valeurs, EADS était la lanterne rouge de la cote (-3,42% à 27,29 euros) pénalisé par des notes pessimistes de CA Cheuvreux et de Morgan Stanley qui s'inquiètent des perspectives du secteur aéronautique, a indiqué une source de marché. Les opérateurs s'attendent aussi à des ventes plus décevantes pour Airbus que pour son concurrent Boeing lors du salon aéronautique de Farnborough, en Angleterre.

Par ailleurs, PPR reculait de 3,0% à 110,05 euros et LVMH de 2,86% à 117 euros, affectés par les ventes inférieures aux attentes au premier trimestre du britannique Burberry.  En revanche, EDF (+0,30% à 16,92 euros) et GDF Suez (+1,32% à 18,05 euros) reprenaient des couleurs au lendemain de l'annulation par le Conseil d'Etat du gel des tarifs de gaz décidé en septembre 2011. Hors CAC 40, Air France-KLM perdait 2,93% à 4,14 euros. La compagnie aérienne va être concurrencée sur l'une de ses destinations phare par XL Airways France qui veut bousculer la donne vers les Antilles françaises avec des vols low cost vers la Guadeloupe et la Martinique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2012 à 7:55 :
VOYEZ EN COMPLEMENT LE SITE DE FRANCOIS ASSELINEAU www.u-p-r.com et un éclairage objectif supplémentaire aux articles de la tribune sur l'europe vous serait accessible, avec simplicité, objectivité en liaison avec la presse, Comme la TRIBUNE, capable de dire ce qui se passe chez nos voisins du continent géographique Européen ( entre autres).

francesouveraine@sfr.fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :