Effet Biden sur les Bourses mondiales : embellie à Paris, records à Wall Street, nirvana à Tokyo

 |  | 812 mots
Lecture 4 min.
La prise de contrôle du Sénat américain par les démocrates et donc les pouvoirs accrus donnés à Joe Biden pour la relance ont déclenché une onde d'euphorie sur les marchés du monde entier: À Tokyo, l'indice vedette Nikkei a bondi de 2,36% à 28.139,03 points, revenant à un niveau jamais atteint depuis août 1990.
La prise de contrôle du Sénat américain par les démocrates et donc les pouvoirs accrus donnés à Joe Biden pour la relance ont déclenché une onde d'euphorie sur les marchés du monde entier: À Tokyo, l'indice vedette Nikkei a bondi de 2,36% à 28.139,03 points, revenant à un niveau jamais atteint depuis août 1990. (Crédits : Reuters)
L'optimiste quasi général (sauf en Chine) des marchés est porté par les événements d'outre-Atlantique où la prise de contrôle du Sénat par les démocrates donne à Joe Biden les mains libres pour la relance économique, avec un plan de soutien bien plus ambitieux que celui de 900 milliards de dollars adopté avec difficulté par le Congrès ces derniers jours.

La Bourse de Paris avançait de 0,48% vendredi à mi-séance et se préparait à finir une semaine en forte hausse, aidée par la prise de pouvoir des démocrates américains au Sénat, offrant au futur président Joe Biden le champ libre pour une relance budgétaire.

Belle semaine pour Paris qui progresse de 2,7%

L'indice CAC 40 prenait 27,49 points à 5.697,34 points vers 13 heures (12H00 GMT), au lendemain d'une hausse de +0,70%. À 14 heures, l'indice parisien grapillait un point supplémentaire, à 5.698,11 points, avec une hausse à +0,50 %.

Ses voisins européens étaient aussi dans le vert: le DAX à Francfort gagnait 0,70%, le FTSE 100 à Londres 0,06%, et l'indice de Milan 0,53%.

Sur la semaine, l'indice vedette parisien se dirige vers une progression de quelque 2,7%, sa plus forte depuis la mi-novembre lorsque les indices ont profité des annonces très prometteuses sur les vaccins contre le Covid-19.

La victoire des démocrates en Géorgie a été cruciale pour Biden

Cette semaine c'est la victoire démocrate à des élections sénatoriales clés en Géorgie qui a réjoui les marchés, ce scrutin offrant la majorité aux partisans du futur président Joe Biden dans les deux chambres du Congrès.

De quoi favoriser un plan de soutien bien plus ambitieux que celui de quelque 900 milliards de dollars adopté par le Congrès ces derniers jours après d'âpres batailles entre les deux parties.

"L'administration Biden disposera désormais de pouvoirs accrus pour stimuler la reprise économique à court terme, introduire davantage de taxes et de réglementations à moyen terme et établir des partenariats commerciaux internationaux solides à long terme", estime Pierre Veyret, analyste pour ActivTrades.

Nouveaux records historiques à Wall Street

Profitant de ce contexte, les trois principaux indices de Wall Street ont grimpé à de nouveaux records historiques jeudi soir.

Vendredi les contrats à terme américains laissaient présager une nouvelle hausse sur le Dow Jones, le Nasdaq et le S&P 500.

Valeurs à suivre: Infineon, Atos... la tech flambe

À Francfort, le fabricant de puces électroniques Infineon était très demandé (+6,33% à 33,99 euros), profitant du contexte politique porteur aux États-Unis, tout comme Atos (+3,58% à 67,76 euros) ou STMIcroelectronics (+3,40% à 33,50 euros) en France. Le premier bénéficiait d'un rebond après un plongeon de 13% jeudi et le second du relèvement de ses objectifs financiers.

Lire aussi : Le gouvernement annonce 20 milliards d'euros pour les investissements d'avenir

BPRoyal Dutch Shell,  Total... la belle semaine pétrolière

Les valeurs pétrolières ont bénéficié de la forte progression des cours du pétrole sur fond d'offre de brut contenue des membres de l'Opep+ et par la perspective d'un plan de relance américain, mais également avec l'espoir d'un solide retour de la demande grâce à la campagne de vaccination contre le Covid-19. À Londres, BP gagnait 16% depuis lundi, Royal Dutch Shell 13,6% et Total 5,9%.

Lire aussi : L'Arabie Saoudite entend reprendre le contrôle du marché pétrolier

Après 08H45 GMT, le prix du baril de brut américain WTI prenait 0,77% à 51,22 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord montait de 0,85% à 54,84 dollars.

Le Nikkei touche un plus-haut inconnu depuis 1990 !

Les Bourses de Hong Kong et Tokyo ont terminé en nette hausse vendredi, propulsées dans l'élan quasi général des marchés par les mêmes espoirs d'un plan de relance plus important que prévu aux Etats-Unis avec la majorité démocrate au Congrès.

À Tokyo, où la Bourse sera fermée lundi pour cause de jour férié, l'indice vedette Nikkei a bondi de 2,36% à 28.139,03 points, atteignant un niveau inconnu depuis août 1990, et signant au passage une progression de 2,5% sur la semaine. L'indice élargi Topix a grimpé, lui, de 1,57% à 1.854,94 points.

Le marché tokyoïte était parti dès le matin sur les chapeaux de roues dans la foulée de la Bourse de New York, qui a battu de nouveaux records la veille. De fait, l'indice se révélait insensible aux violences des partisans du président américain sortant Donald Trump au siège du Congrès à Washington mercredi. De même, l'état d'urgence, déclaré jeudi soir par le Premier ministre japonais pour Tokyo et son agglomération, a peu pesé sur la Bourse, préparée depuis plusieurs jours à ce scénario et le gouvernement tentant de limiter l'impact des mesures sur l'économie.

À Hong Kong, l'indice Hang Seng a avancé de 1,2% à 27.878,22 points.

Les places de Chine continentale ont en revanche terminé en repli, l'indice composite de Shanghai perdant 0,17% à 3.570,11 points et celui de Shenzhen lâchant 0,3% à 2.419,50 points.

Valeurs: le japonais Bridgestone bondit grâce au suisse LafargeHolcim

Bridgestone : le titre du géant nippon des pneumatiques Bridgestone a grimpé de 5,97% à 3.637 yens après le rachat annoncé la veille de sa filiale Firestone Building Products, leader mondial de systèmes pour toitures de sites commerciaux, par le mastodonte suisse des matériaux de construction LafargeHolcim pour un montant de 3,4 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2021 à 15:24 :
C'est donc encore l'argent public qui fait toujours baver les marchés financiers à savoir ce que je dis ici depuis des années hein. L'argent
facile sans n'assumer aucune responsabilité.

Quelle triste bande d'assistés que sont nos méga riches. D'ailleurs on peut noter qu'ils n'osent plus du coup vociférer contre le RSA. C'est déjà ça.

On commence enfin à se sentir concerné peut-être ? :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :