Le CAC 40 dépasse les 7.000 points pour la première fois de son histoire

C'est du jamais-vu ! La Bourse de Paris, qui ne cesse de progresser depuis un an, avait retrouvé il y a deux jours, ses niveaux de l'an 2000 au moment de la "bulle Internet". Ce matin, elle franchit un seuil historique.

3 mn

On pourrait craindre que cette envolée ne se termine mal - l'explosion de la bulle Internet à partir du mois de mars 2000 avait provoqué un krach boursier qui s'était transformé en récession économique. Mais en vingt ans et quelques, l'environnement a bien changé.
On pourrait craindre que cette envolée ne se termine mal - l'explosion de la bulle Internet à partir du mois de mars 2000 avait provoqué un krach boursier qui s'était transformé en récession économique. Mais en vingt ans et quelques, l'environnement a bien changé. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La Bourse de Paris a dépassé pour la première fois de son histoire la limite des 7.000 points ce vendredi 5 novembre 2021, portée par les déclarations plus accommodantes que prévu des Banques centrales et une série de bons résultats d'entreprises.

L'indice vedette CAC 40 a atteint à 09h25 (heure de Paris) un nouveau plus haut historique à 7.016,43 points, battant son record établi la veille. À 10h30, il se maintenait toujours au-dessus de ce seuil symbolique, à 7.014,27 points (+0,38%).

Pour rappel, l'indice CAC 40 avait entamé le mois de novembre avec des scores qui l'ont rapproché puis emmené au-delà de son précédent record du 4 septembre 2000 lorsqu'il avait atteint 6.944 points à l'acmé de la bulle Internet.

Pas de risque de récession ni d'éclatement de bulle à l'horizon

On pourrait craindre que cette envolée ne se termine mal - l'explosion de la bulle Internet à partir du mois de mars 2000 avait provoqué un krach boursier qui s'était transformé en récession économique. Mais en vingt ans et quelques, l'environnement a bien changé et le marché s'appuie sur des fondamentaux plus solides, notamment des taux bas et des profits des entreprises.

Plus en détail, ce contexte favorable résulte de la bonne moisson de résultats d'entreprises au troisième trimestre, d'une tendance à la réduction des tensions sur les approvisionnements, et d'une prime de risque dans la moyenne historique (autour de 6% dans la zone euro) et, enfin, de valorisations certes élevées en zone euro (autour de 16 fois les profits estimés 2021), qui mais qui restent raisonnables compte tenu des taux bas...

| Lire : Le CAC 40 casse son record de septembre 2000 et retrouve les niveaux de la bulle internet

Tous les grands indices ont déjà battu leurs records des années 2000

Pour rappel, ce record historique à Paris n'est pas une première. Tous les grands indices, comme le S&P ou le FTSE, ont déjà battu leurs records des années 2000. L'indice parisien ne fait que rattraper son retard.

À titre d'exemple, rappelons aussi que le 24 novembre 2020, l''indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, avait dépassé en séance la barre symbolique des 30.000 points pour la première fois, les investisseurs saluant ainsi le début de la transition politique aux États-Unis et des signes d'amélioration sur le front de la crise sanitaire.

Par ailleurs, pour revenir à notre indice parisien, sa pondération a bien changé en vingt ans. Aujourd'hui, ce sont les valeurs du luxe qui sont aux commandes et tirent l'essentiel de la hausse. LVMH, L'Oréal et Hermès, qui bénéficient tous trois de la puissance du marché chinois, sont devenues ainsi les trois principales capitalisations de la place de Paris.

Certes, le manque de visibilité, avec cette phase de plus d'inflation, moins de croissance, créé davantage de volatilité, mais personne sur les marchés n'évoque le moindre risque de récession, qui pourrait faire chuter les marchés. Bref, le marché actions actuel n'a rien à voir avec les excès des années 2.000.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 05/11/2021 à 14:52
Signaler
Bref! Quand tout va mal, d'autres en profitent pour faire leur beurre! Merci qui?

le 05/11/2021 à 15:03
Signaler
Personne ne vous empêche de faire pareil, d'investir en bourse, de prendre des risques et d'en tirer profit... C'est toute la différence entre ceux qui osent et qui gagnent parfois, et ceux qui ont peur (ceux pour qui "tout va mal"...) et qui perdent...

le 05/11/2021 à 17:16
Signaler
Vous parlez des casinos de la côte ou de Las Vegas? Vous aimez faire travaillez l'argent a votre place?

à écrit le 05/11/2021 à 14:06
Signaler
Madame, Monsieur, J'ai décidé de m'abonner à votre périodique parce que en plus de la qualité des nouvelles, le style, la syntaxe et l'orthographe sont chez vous respectés et rigoureux. Aussi en lisant le début de votre article ici ai je été déçu. ...

à écrit le 05/11/2021 à 13:56
Signaler
L'histoire ne se répète pas à l'identique, elle se répète en pire. Le prochain effondrement sera une catastrophe, un chaos. Ceux qui profitent ont la tête dans le sable, façon méthode Coué, mais il se pourrait qu'ils finissent par aussi par faire les...

à écrit le 05/11/2021 à 13:43
Signaler
rappel : il faut vendre au son du clairon ........

à écrit le 05/11/2021 à 11:10
Signaler
Pour mémoire, nous sommes tous rentier de fait, à travers les dividendes (2.3Mds€ en 2019) que versent les plus de 80 entreprises dans lesquelles l'Etat Français est actionnaire, et nous en profitons notamment grâce aux mesures sociales de notre géné...

le 05/11/2021 à 20:15
Signaler
D'accord avec vous sauf ceci " pour rembourser nos dettes" Nous avons une dette de 2400 Milliards. Si on utilisait l'intégralité de ces dividendes pour rembourser notre dette, nous en avons pour 1000 ans en supposant que l'on arrête d'emprunter nos 1...

à écrit le 05/11/2021 à 10:42
Signaler
Juste des faits : 2015 : cac 40 4600 2020 - covid 2021- record bourse mondiaux ( pas réalisé depuis 21 ans !) Prix des pâtes : ( prix de 2011- même après la crise de 2007…) Le covid et les médicaments et vaccins et la digitale numérique e...

à écrit le 05/11/2021 à 10:25
Signaler
Ben voilà tout va bien pour ceux qui détruisent le monde en ronflant mais bon même quand ça baisse tout va bien puisque leur pognon dans leurs paradis fiscaux ne risque rien. Beaucoup, beaucoup, beaucoup d'éléments négatifs en pleine cop26 non ? On l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.