Le prix du cuivre au plus haut depuis presque dix ans

 |  | 328 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
FOCUS DATA. Considéré comme un indicateur avancé de la conjoncture, le prix du métal rouge est au plus haut depuis juillet 2011. Il avoisine les 9.300 euros la tonne sur London Metal Exchange (LME). Depuis son plus bas de la mi-mars 2020, le prix s'est envolé de quasi 100%.
Made with Flourish

Les prix du cuivre sont en forte hausse. Sur le London Metal Exchange (LME), la tonne se rapprochait du seuil 9.300 dollars ce mardi, son plus haut niveau depuis la mi-juillet 2011. En 1 an, le cours a quasiment doublé. "Cette progression est soutenue pas des facteurs macro-économiques, des projets d'infrastructures à travers le monde, et la transition écologique qui sera très consommatrice en cuivre", indiquent les analystes matières premières de la Société Générale.

Si l'envolée des prix ces dernières semaines a plus particulièrement bénéficié d'une forte demande chinoise en lien avec la forte activité des entreprises avec le Nouvel an chinois, les fondamentaux du marché affichent un déséquilibre ces dernières années.

Ainsi, selon le Groupe international d'étude sur le cuivre (ICSG), la production mondiale de métal rouge a augmenté de 1,8% au cours des 11 premiers mois de 2020 (+ 2,9% pour la production primaire et 3,1% pour la production issue du recyclage) pour atteindre 22,4 millions de tonnes. Durant la même période, la demande mondiale a progressé de 2,5%, à presque 23 millions de tonnes. Quelque 600.000 tonnes manquant à l'appel, 2020 ajoute une nouvelle année de déficit pour le marché du cuivre.

Vers un super-cycle

Cette hausse du prix du cuivre, considéré comme un indicateur avancé de conjoncture, est-il le prélude à l'amorce d'un super-cycle. Rien n'est moins sûr. Selon les perspectives 2021 exposées par Huw McKay, vice-président et chef économiste du géant minier BHP Billiton : "Le prochain «défi» pour le marché devrait survenir lorsqu'un ensemble de projets au Pérou, au Chili, en Afrique centrale et en Mongolie entrera en production entre 2022 et 2024, d'autant que la part de cuivre à recycler va augmenter en Chine, que de fortes incitations économiques à la collecte sont mises en place et qu'il va y avoir moins de contraintes physiques liées à la distanciation sociale (liée au Covid-19)." Ce qui devrait permettre d'augmenter l'offre mondiale de métal rouge.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2021 à 10:12 :
Il va falloir surveiller les câbles de la SNCF.

Onze hommes soupçonnés de s'être attaqué à des locomotives pour y récupérer du cuivre ont été interpellés par les gendarmes. Le préjudice dépasse le million d'euros. ... Et le cuivre, ça peut rapporter gros. Le préjudice pour la SNCF et certains de ses sous-traitants visés par ces vols dépasse ainsi le million d'euros.30 sept. 2019
a écrit le 03/03/2021 à 5:42 :
Belle résilience des Bourses et de la spéculation !! Tout change pour que rien ne change ... c'est même le monde d'avant en pire. Il n'y a que les ecolos-bobos pour faire semblant de ne pas voir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :