À Noël, vos clients vont augmenter leurs dépenses de cadeaux pour oublier la crise

 |   |  331  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Cette année, les consommateurs s'accorderont une petite rallonge budgétaire pour boucler leurs achats de fin d'année, selon une étude du cabinet Deloitte.

Le plan de rigueur annoncé par le gouvernement va t-il changer la donne ? Car jusqu'ici les Français s'apprêtent à faire un pied de nez à la morosité économique. À la veille de Noël, les consommateurs interrogés fin septembre par le cabinet Deloitte sur leurs intentions d'achat assurent qu'ils feront progresser leur budget de 1,9 %, le portant à 606 euros, pour les fêtes de fin d'année. « La dernière fois que les Français indiquaient vouloir l'augmenter, c'était en 2007 », se souvient Stéphane Rimbeuf, associé chez Deloitte, spécialiste du secteur de la distribution, responsable de cette étude menée auprès de 18.350 personnes en Europe. L'an dernier, les mêmes envisageaient de réduire leurs dépenses de 4,4 %. « Aujourd'hui, 43 % des Français comptent oublier la crise et profiter de Noël », note Deloitte, en soulignant que deux tiers d'entre eux croient à une récession en 2012.

Toutefois, les Français ne consommeront pas de manière débridée. La plupart conserveront les habitudes d'achat acquises fin 2008. « Ils privilégieront les cadeaux utiles, moins chers et les payeront cash, plutôt qu'à crédit », énumère Stéphane Rimbeuf. Et tout porte à croire que nos compatriotes porteront leurs choix sur des cadeaux traditionnels, à cent lieues des Ipad, liseuses et autres smartphones qu'Amazon et la Fnac veulent imposer. Cette année, ce sera : chocolats, parfums, crèmes et bijoux. Et ils rêvent aussi de cadeaux raisonnables : de l'argent - plutôt que des chèques cadeaux dont la date limite d'utilisation est jugée trop contraignante -, des livres et des parfums.

Les Français seront aussi très rigoureux pour dépenser le juste prix. « Deux tiers d'entre eux utilisent le Web et vont en magasin pour chercher, comparer et acheter un cadeau. Cette combinaison est très usitée », note Stéphane Rimbeuf. Mais la Toile n'est pas encore le circuit de vente privilégié à Noël. Loin s'en faut : 74 % des Français feront leurs courses en hypermarchés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :