Après le retrait de Delevoye, la retraite de la réforme ?

 |   |  935  mots
Paris, le 10 décembre 2019. Les syndicats et travailleurs en grève défilent lors d'une manifestation contre la réforme des retraites.
Paris, le 10 décembre 2019. Les syndicats et travailleurs en grève défilent lors d'une manifestation contre la réforme des retraites. (Crédits : Reuters)
Coup dur pour le gouvernement: le haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye, fragilisé par des révélations sur des mandats non déclarés, a démissionné lundi à la veille d'une nouvelle journée de grèves et de manifestations, sans l'ébauche d'une sortie de crise à quelques jours de Noël.

Le mardi 17 décembre s'annonce comme une journée-test pour le gouvernement. Pour cette fois, ce sont tous les syndicats qui ont appelé à manifester, y compris les organisations réformistes telles que la CFDT et l'Unsa. La tension est à son comble, alors que Jean-Paul Delevoye, a annoncé, ce lundi, sa démission au poste de haut-commissaire aux Retraites, après des révélations sur des mandats non déclarés.

Nommé par Emmanuel Macron en septembre 2017 pour préparer la réforme des retraites, M. Delevoye considère que la "confiance est fragilisée sous les coups d'attaques violentes et d'amalgames mensongers" et qu'à travers son "procès", on "veut porter atteinte" à un projet "essentiel pour la France".

Lire aussi : Retraites : fragilisé, Jean-Paul Delevoye démissionne du gouvernement

Il sera remplacé "dans les plus brefs délais", a précisé l'Élysée, qui a accepté sa démission "avec regret".

M. Delevoye a reconnu avoir omis de déclarer sa fonction d'administrateur bénévole dans un institut de formation de l'assurance, l'Ifpass, et a rectifié ce weekend sa déclaration d'intérêts en déclarant 13 mandats, dont 11 bénévoles, soit dix de plus que dans la version initiale.

Il a aussi cumulé sa fonction gouvernementale avec celle, rémunérée, de président de Parallaxe, un institut de réflexion sur l'éducation, cumul déclaré mais pas autorisé. Il s'était engagé à rembourser les sommes perçues.

Cette démission intervient à la veille d'une journée peut-être décisive, l'ensemble des syndicats appelant à manifester.

L'âge d'équilibre en jeu

Les organisations réformistes, comme la CFDT, la CFTC, l'Unsa ou les étudiants de la Fage, sont furieuses que le Premier ministre ait maintenu une mesure "d'âge d'équilibre" dans son projet de transformation des 42 régimes de retraite existants en un système universel par points.

Lire aussi : « Le temps du système universel est venu, celui des régimes spéciaux s'achève » (Édouard Philippe)

La fixation d'un "âge d'équilibre", de 64 ans en 2027, signifie que chacun pourra continuer à partir à la retraite à 62 ans, mais au prix d'un malus sur sa pension, ceux partant après bénéficiant au contraire d'un bonus. Il s'agit d'encourager l'allongement des cotisations pour maintenir l'équilibre financier.

Sur cette mesure, "le gouvernement fait une profonde erreur en terme de justice sociale et aussi une profonde erreur politique s'il persiste", a insisté Laurent Berger.

Favorable à une retraite universelle par points, la CFDT ne sera pas dans la tête du cortège parisien, entre République et Nation. Elle refuse de défiler au côté de l'intersyndicale (CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires, FSU) dont elle ne partage pas le mot d'ordre de retrait.

Cette intersyndicale a prévu de se retrouver mardi soir pour décider de la suite alors que les réformistes attendent toujours une date pour une réunion à Matignon.

Outre les cheminots, les enseignants, les fonctionnaires, les avocats et magistrats, les internes, médecins et soignants seront mobilisés dans toute la France pour réclamer davantage de moyens pour l'hôpital.

Lire aussi : Retraites : entre détermination et ouverture, le plan de bataille du gouvernement

Combien de trains à Noël ?

Gouvernement et syndicats se renvoient par ailleurs la responsabilité d'une éventuelle paralysie du pays pendant les fêtes.

"Si le gouvernement retire son projet et (qu')on discute sérieusement (...), tout se passera bien. Sinon, les grévistes décideront de ce qu'ils ont à faire jeudi ou vendredi", a déclaré dimanche le numéro 1 de la CGT, Philippe Martinez.

L'entreprise ferroviaire doit informer individuellement, mardi, les usagers sur le maintien ou l'annulation de leur train pour le premier weekend des vacances.

Comme prévu, la région parisienne a vécu une nouvelle matinée noire lundi.

Sur les routes d'abord, avec un pic à plus de 600 km peu avant 9h, soit deux fois plus qu'une journée normale.

Dans les transports publics ensuite, où les RER A (1 sur 2) et B (1 sur 3) continuent de connaître de fortes perturbations. 8 lignes de métro sont encore totalement fermées, 6 très perturbées. Seules les lignes automatisées (1, 14, Orlyval) circulent normalement. À la SNCF, où 61% des conducteurs sont en grève, un tiers des TGV, un quart des Transiliens et 4 TER sur 10 en moyenne circulent.

Par ailleurs, des blocages ont été mis en place par des routiers dans la matinée à Lille, Vannes, Toulouse ou Nancy pour réclamer de meilleures conditions de travail.

Pas d'impact significatif sur la croissance

Face à ces difficultés, plusieurs universités ont décidé d'annuler ou de reporter les examens de fin d'année.

Au douzième jour de grève, commerçants et hôteliers-restaurateurs parisiens enregistrent des chutes d'activité de 25% à 60% par rapport à l'an dernier, selon leurs fédérations.

"Non seulement plus aucun évènement, conférence, séminaire... ne va se tenir d'ici la fin de l'année, mais il y a un nouveau phénomène: nous n'avons plus du tout de réservations", affirme Franck Delvau, de l'Union des métiers et industries de l'hôtellerie.

La Banque de France a cependant écarté un impact significatif des mobilisations sur la croissance.

Lire aussi : Le tassement de la croissance française devrait s'amplifier en 2020

"Notre expérience historique est que ces mouvements pèsent finalement peu sur la croissance de l'économie, avec plutôt un simple décalage de l'activité", a expliqué le gouverneur de la BdF François Villeroy de Galhau.

Par Marie-Pierre Ferey, Fabrice Randoux, avec les bureaux de l'AFP en régions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2019 à 12:07 :
En matière de retraite nous sommes très fort .La retraite de Russie nous a appris que le froid est prévisible dans ce pays... .Celle qui est imaginée par le gouvernement , (en gros ,car pour les détails techniques on attend toujours ) ,me fait penser au choix de la cuvette de Dien Bien Phu à 100 kms de la frontière chinoise .Les premiers de cordée ont-ils toujours raisons ?
a écrit le 17/12/2019 à 20:41 :
Sans faire cette réforme inutile je voulais dire désolé.
a écrit le 17/12/2019 à 20:39 :
Ils se mobilisent aussi, mais là n'est pas le sujet.
Aucun d'entre vous ne s'est posé la question de l'intérêt de cette réforme des retraites en premier lieu? Le régime actuel des retraites est parfait, pourquoi le changer? Et s'il-vous-plaît, arrêtez un peu avec le coup du "c'est pour gommer des inégalités" ou le classique "il faut renflouer les caisses de l'Etat", ça suffit avec ça. Si le gouvernement veut vraiment renflouer les caisses, qu'il commence plutôt par réduire drastiquement les salaires des employés propagandistes d'Etat de l'audiovisuel, qui touchent en un mois l'équivalent de ce qu'un ouvrier ne toucherait jamais en toute une vie! Et ce sont des lèche-bottes de ce monde corporatiste infernal qui se permettent après de traiter les gilets jaunes ou autres grévistes de mouvements de gueux ou de misérables!! Alors d'un seul coup, on peut le trouver facilement cet argent pour "renflouer" les caisses de l'Etat sans toucher à la réforme des retraites non?
Réponse de le 18/12/2019 à 0:13 :
Le système de calcul des droits sur la base des trimestres est partuculièrement obsolète et injuste dans un monde où 80% des nouveaux contrats de travail signés sont des CDD, parfois à durée très très limitée (moins d'une semaine!).

A parti du moment où il peut y avoir dans une carrière des dizaines d'employeurs, la récapitulation des droits a toute chance de tourner au cauchemar et avec des pièces manquantes ce sont des trimestres, voire des années de cotisations qui ne sont plus prises en comptes.

Pour terminer, le système, avec ses régimes dérogatoires ou spéciaux "historiques" n'est pas socialement juste. Certaines dispositions sont vues comme des privilèges indus et ce n'est pas bon pour la cohésion du pays.

Bref, il y a de la place pour un régime commun aménagé. A savoir tout le monde cotise à la même caisse sur une base temporelle commune et in fine chaque pensionné reçoit en fonction des points obtenus.
La récapitulation de carrière en serait largement facilitée, elle serait transparente, égalitaire et juste.
Le diables est dans les détails, et justement, les détails du plan Macron/Delevoye (de garage), on n'arrive pas à les avoir. Selon la question posée aux membres du gouvernement ils répondent que c'est très précis... ou au contraire que rien n'a encore été décidé, qu'ils resteront droits dans leurs bottes... mais que tout est négociatble.
a écrit le 17/12/2019 à 19:24 :
Où sont les jeunes?
Cet après-midi,manif.dans ma ville en Normandie.J'ai constaté une grande majorité d'hommes et de femmes de 40 à 70 ans,et donc beaucoup de retraités.
Si les jeunes ne se bougent pas plus,ça fait pitié.
Avez-vous constaté la même chose ou c'est une exception ici?
Réponse de le 17/12/2019 à 22:14 :
Les jeunes sont peut être plus réalistes puisque beaucoup se disent qu'ils n'auront pas de retraite (et ce sera effectivement le cas si on n'arrive pas à rééquilibrer le système durablement). Et même si ça ne leur ouvre pas de perspectives radieuses, la réforme proposée semble quand même plutôt dans leur intérêt car il vaut mieux un peu moins de retraite ou un peu plus tard que pas de retraite du tout.
a écrit le 17/12/2019 à 18:08 :
Le gouvernement aurait pu lancer les hostilités dans une période favorable .Janvier par exemple Ou août.Mais il n'y avait pas d'accord à ce moment là . Décembre c'est le mois pendant lequel les commerçants ,les restaurants gagnent leur vie .Macron ne cédera pas mais est- il sûr que les députés LREM de sensibilité de gauche voteront le texte ?
Réponse de le 17/12/2019 à 22:18 :
S'il n'est pas trop dénaturé, voire un peu durci (par exemple en remplaçant l'âge pivot par un recul de l'âge de départ à 64 ou 65 ans), Macron pourra compter sur le vote favorable ou au moins l'abstention des députés LR et UDI. Et en dernier recours il reste toujours le 49-3. Je ne suis pas sûr que beaucoup de députés LREM soient disposés à repasser dans un tel contexte devant les électeurs.
a écrit le 17/12/2019 à 15:31 :
comme le precedent gouvernement celui ci n'a retenue aucune lecon
des tricheurs que l'on nous presente comme oubli
ils continue de considerer le peuple comme des imbéciles
sous pretexte qu'il sont elus oui mais au service du peuple encore un oubli
la greve qui a cours est bien leur responsabilite
ne pas savoir evaluer une nouvelle loi est la chose la plus nul
tout ceci vas couter combien aux pays
a écrit le 17/12/2019 à 13:53 :
C'est pourtant simple : alignons pour tout le monde l'age de départ à la retraite sur celui de la RATP. Comme cela on ne pourra très vite plus payer les retraites ou il faudra augmenter sérieusement les impôts et taxes ( non pas le prix du billet, quoique cela éviterait que le citoyen paie pour un service dont il ne se sert pas ).
Le problème de l'age pivot sera réglé puisqu'il faudra re trouver un boulot d'urgence !
a écrit le 17/12/2019 à 12:32 :
J'aimerai bien entendre s'exprimer la presse et les grandes délégations syncicales sur le fait que le système c'est auto protégé vis àn vis de cette réforme en fixant le plafond à dix milles euros mensuel pour s'exonérer de cette réforme des retraites appelée justice sociale par Edouard Philippe .
Réponse de le 17/12/2019 à 13:40 :
Tout à fait et aucun média n'a rebondi sur ce scandale qui va permettre aux hauts fonctionnaires et à certaines catégories A de voir leurs retraites augmentés de plusieurs milliers d'euros par mois avec l'intégration des primes alors que les catégories C vont voir leurs retraites baisser.
Réponse de le 17/12/2019 à 14:19 :
Non, au contraire, les revenus qui dépassent ce plafond vont payer une cotisation qui ne leur ouvre aucun droit. C'est un coup de massue supplémentaire sur les hauts revenus.
a écrit le 17/12/2019 à 11:36 :
nous avions une intervention par jour de notre président : son silence est assourdissant
s'il n' a pas fait encore son choix nous non plus et pour cause chaque jour çà change aujourd'hui augmentation des cotisation dixit CFDT et demain? nous n'y comprenons plus rien on ne peut plus avoir confiance dans cette histoire
a écrit le 17/12/2019 à 10:45 :
Les médias télévisuels nous préparent a une journée perturbé par des casseurs bien identifiés suivant des sources policières. Le "terrorisme", même fictif, est une manière de gérer une manifestation et une opinion publique!
a écrit le 17/12/2019 à 9:54 :
ils font de la pédagogie ! mais soignent avant tout leur apanage sans scrupule ! ! il est vrai et constate que les loups ne se dévorent pas entre eux mais se soutiennent ... enfin les forteresses s écroulent toujours de l intérieur
a écrit le 17/12/2019 à 9:26 :
Quel que soit l'idée qu'on ait de Delevoye c'est toujours problématique que les commandements d'austérités adressés à la population émanent de types à 15 ou 20 k€/mois.
Et soit relayés par des éditorialistes qui eux aussi ont des rémunérations sans commune mesure avec le quidam.
Si fondamentalement ça ne change pas le problème, ça discrédite le discours.
a écrit le 17/12/2019 à 9:17 :
On apprend ce matin que Delevoye s' est aussi trompé sur sa déclaration de patrimoine, énorme. La macronnie c' est comment piquer aux autres sous couvert de vertueux principes et en s' en mettant plein les fouilles dans les verts pâturages de la République!
Réponse de le 17/12/2019 à 14:21 :
Oui, il s'est trompé, mais dans le "mauvais" sens, en incluant le patrimoine de son épouse, il a déclaré un patrimoine plus élevé que ce qu'il aurait dû. Ca prouve surtout que ces déclarations sont probablement rédigées en termes ambigus et que toute personne devant en déposer une devrait prendre le conseil d'un bon avocat fiscaliste...
a écrit le 17/12/2019 à 8:12 :
Si je suis bien l'actualité les Français sont pleinement satisfaits de leurs retraites. Alors pourquoi pester sempiternellement.
Réponse de le 17/12/2019 à 10:05 :
Parce qu'il y a bien d'autres sujets de mécontentement !
Réponse de le 17/12/2019 à 10:29 :
"Si je suis bien l'actualité les Français sont pleinement satisfaits de leurs retraites".

Le plus étonnant est de voir que les + de 65 ans sont les plus favorable à modifier le système actuel des retraites dans les sondages alors qu'ils ne sont pas concernés.Ce qui fausse d'autant le pourcentage des résultats , seul les actifs devraient votés dans les sondages sur ce sujet.
a écrit le 16/12/2019 à 21:45 :
Ce qui peut être abandonné, c'est le régime universel à points, ce qui ne peut pas l'être c'est la mesure d'âge correspondant au passage de la retraite à 64 ans (ou de façon équivalente une augmentation de 8 trimestres à valider pour une retraite sans décote) parce qu'une fois de plus le régime de répartition part en vrille. Et dans ces conditions on voit mal comment on pourrait demander un effort de 2 ans à tous les salariés et laisser en l'état le régime spécial des cheminots. En Allemagne, ils partent en retraite à 67 ans, les trains français sont ils plus durs à conduire que les trains allemands ?
Réponse de le 16/12/2019 à 23:03 :
Connaissant la valeur du point de la rente à 64 ans il est facile de calculer la rente quand le point est utilisé à 62 ou 67 ans. Simple calcul d'actuaire qui qui est bien connu. La retraite devrait pouvoir se prendre à l'age désiré et être calculée en fonction du nombre de points acquis. Reste à savoir comment les points sont achetés, à quel prix et jusqu'à quelle limite. Les entreprises les plus performantes devraient aussi avoir la possibilité d'acheter des points supplémentaires pour leurs salariés. Et surtout les cotisants doivent avoir la garantie que l'Etat ne prend pas dans la caisse pour la retraite des fonctionnaires et autres assistanat, sans cotisation versée par le trésor.public.
a écrit le 16/12/2019 à 21:42 :
Après tout, que la réforme se fasse puisque nombre de Français sont d'accord pour renoncer à des acquis pourtant arrachés dans les larmes, le sang et la douleur.
Des Français anesthésiés, serviles,
qui jettent aux orties les combats de plusieurs générations.... pour fêter un Noël qui appartient désormais aux marchands du Temple...le rouge et blanc de Coca Cola. Quel désastre !
Réponse de le 17/12/2019 à 14:24 :
Un acquis n'est un acquis que tant qu'on arrive à le financer. Je n'aimerais pas être à la place du ministre des affaires sociales qui devra plutôt tôt que tard annoncer que le pays n'est plus en capacité de payer les pensions.
a écrit le 16/12/2019 à 21:27 :
La victoire sur Delevoye est la 1er victoire du peuple de France, des gilets jaunes et des médias alternatifs. La route est ouverte vers notre fierté et notre souveraineté.
Réponse de le 17/12/2019 à 14:25 :
victoire à la Pyrrhus. J'espère qu'un vrai tueur sera nommé à sa place.
a écrit le 16/12/2019 à 21:21 :
Ok mais après. Ce gars démissionne mais il sera remplacé par un autre. Et quid de la responsabilité de la HATVP ? Et si eux aussi avaient été corrompu ? On ne le saura jamais ! Va-t-il y avoir une enquête ? Et Macron et Philippe là dedans, vont-ils être inquiétés ? Est ce bien normal tout cela ? Magouille et compagnie en tout impunité et à vie pour ce gouvernement ? Est-ce cela la démocratie ? Il faut mettre fin au néolibéralisme et vite...
Réponse de le 17/12/2019 à 12:00 :
La HATVP c'est seulement 50 personnes en équivalent temps plein qui sont supposés vérifier les patrimoines et conflits d'intérêts d'environ 15 000 déclarants obligatoires.

Autre exemple de sous-investissement dans l'éthique. Le déontologue de l'assemblée nationale est un professionnel du droit qui exerce seul à temps partiel (il a son job à coté) et il (elle) est supposé contrôler les notes de frais de 577 députés dont certains sont des spécialistes en évasion, vérifier qu'ils déclarent tous les cadeaux reçus et ne sont pas en position de conflit d'intérêt...

Le même constat d'impuissance programmée et voulue parles pouvoirs successifs vaut pour la CNIL.

Avant de leur jeter la pierre il faut voir quelles sont leurs conditions d'exercice.
a écrit le 16/12/2019 à 20:49 :
qu'une chose à faire: calmer les choses pour que les grèves de transport cessent immédiatement, prendre un peu de recul, et retravailler avec un peu plus de sérénité une nouvelle mouture de la réforme prévue
a écrit le 16/12/2019 à 20:45 :
Régime de retraite universel, sauf pour...la police,les gendarmes, les militaires, les pompiers...les agriculteurs...les professions libérales...les fonctionnaires qui pourront prouver la "pénibilité" de leur travail(sans doute sur les critères de "tâches répétitives" ou "d'environnement bruyant", oui Messieurs-dames!)...sauf les petits cadeaux faits en douce et à coup sûr à la SNCF et RATP... Resteront ceux du privé qui subiront ces mesures "universelles", sans doute parce qu'ils sont "un peu moins égaux que les autres"!
Réponse de le 16/12/2019 à 20:56 :
L'intelligence, c'est la capacité d'adaptation. Un régime de retraite doit s'adapter à quelques situations particulières, par contre, ce ne doit pas être des droits acquis pour toujours comme pour les primes de charbon des cheminots qu'ils ont touché alors que les locomotives étaient passées depuis longtemps à l'électricité. L'égalité et à l'équité, ce que la Loi du Talion est à la Justice, un mieux que rien mais pas un idéal.
a écrit le 16/12/2019 à 20:17 :
moi, je retirerais cette reforme en confisquant les biens des syndicalistes et leur argent, ainsi que celui des CE qu'ils dirigent
cet argent n'ets pas a eux, il est vole sur le dos laborieux des salaries exploites sur leur dos par des syndicalistes avides d'argent bourgeois indu
sinon y a les 30 milliards de la formation dont tout le monde sait a quoi ca sert
last but not least
delevoy demissionne? pourquoi?
hollande declare des apparts a cannes qui valent 50.000 euros; il demissionne? non
les membres du gouvernement hollande ont tous eu des declarations de patrimoine clochardesques, ou on mentionnait les velos rouilles, les huttes en foret amazonnienne, et les canapes de 30 ans
ils ont demissionne? non
simmonet et corbieres ont beneficie ( et benefici.E encore pour la premiere) de bons logements sociaux ' accordes avec transparence' comme dit leur ami ian brossat, avec des revenus hors d'entendement pour le vulgus pecus
ils ont demissionne? non
tous ces bons miserables qui defendent le peuple populaire social sur son dos laborieux exploite sont dans une mouise sans nom, pas vrai?
pourquoi delevoye demissionne?
Réponse de le 16/12/2019 à 21:26 :
Je me demande pourquoi on laisse déblatérer ce monsieur Churchill.
J'en viens à me demander si la Tribune n'est pas de connivence ou l'instigatrice de ce verbiage , dans quel but? J'ai bien une petite idée...mais je vais être taxé de complotiste.
Réponse de le 16/12/2019 à 21:26 :
Je me demande pourquoi on laisse déblatérer ce monsieur Churchill.
J'en viens à me demander si la Tribune n'est pas de connivence ou l'instigatrice de ce verbiage , dans quel but? J'ai bien une petite idée...mais je vais être taxé de complotiste.
a écrit le 16/12/2019 à 19:48 :
Les régimes spéciaux ont été crées au lendemain de la guerre pour attirer les talents capables de reconstruire un pays bien détruit.
Aujourd'hui, et même hier, les personnes de ces régimes font grève pour défendre leur beefsteak et pas celui du voisin, comme ces jours de mai 1991 en pleine période d'examen et de concours.
Il faut bien comprendre tout de même que l o vit plus lontemps et que la retraite plus longue se fera avec argent constant. La multiplication des petits pains, c est dans la bible seulement. Ou alors après moi le déluge, on s'endette et les enfants trinqueront. Comme depuis 40 ans.
a écrit le 16/12/2019 à 19:36 :
Les perdants seront ceux, comme les nommer un homme politique 'Ceux de la France d'en bas' tout simplement. Comme dab!
a écrit le 16/12/2019 à 19:08 :
Cela serait bête que le responsable de la cfdt se face retourner comme une crêpe maintenant que les forces syndicales en présence permettent d'aller à la victoire certaine .
Réponse de le 16/12/2019 à 19:40 :
Quelle victoire ? celle du retrait de la réforme ? N'y comptez pas !
a écrit le 16/12/2019 à 18:49 :
On s'en fiche de Delevoye.
La reforme est bonne, sinon il n'y aurait pas tant d'opposition de la part de ceux qui se trompent toujours et n'ont jamais crée un emploi.
a écrit le 16/12/2019 à 18:42 :
C'est une plaisanterie de se poser de telles questions? La réforme ira très simplement devant l'Assemblée Nationale qui devrait l'entériner.. L'affaire Delevoye est terminée, heureusement, et personne n'a plus besoin de ce Monsieur (personne d'ailleurs ne veut négocier quoi que ce soit). Malheureusement, la SNCF sera non-opérationnelle pour les fêtes, mais nous nous en souviendrons (l'ouverture à la concurrence va faire mal aux grévistes).
Réponse de le 16/12/2019 à 19:26 :
En quoi l ouverture à la concurrence ferait mal aux grévistes ? Nous aurons toujours ces boulets en charge avec nos impôts ( ceux qui en paient bien sur )
a écrit le 16/12/2019 à 18:32 :
Cette ténébreuse affaire Delevoye s'ajoute aux couacs désordres et déclarations contradictoires des membres du gouvernement ;

Ce povre gouvernement est à l'agonie, Philippe est maladroit, droit dans ses bottes, les bottes embourbées dans les marécages ;

Avec l'agglomération de toutes les revendications du pouvoir d'achat et les contestations

les routiers, les cheminots, étudiants, contrôleurs aériens, fonctionnaires, professions de santé, avocats, magistrats, enseignants sont attendus dans la rue à l'appel de tous les syndicats

Noël à la maison est la seule solution pour ne pas rester bloqué sur les quais ou dans les bouchons sur les autoroutes ;

A¨près tout, c'est sympa un Noël à la maison, on communiquera via nos appareils modernes voix et images en direct live !!!
a écrit le 16/12/2019 à 18:12 :
Il nous laisse sans voye delete voye !
il a remboursé immédiatement soit 140 000 euros ! Qu'il épargne donc, de l'argent qui dort, un pourboire !
il comptait sans doute s'acheter une berline allemande (qui fume) comme tous les autres...
a écrit le 16/12/2019 à 18:10 :
Je ne sais qui remercier : MACRON ou MARTINEZ , car depuis le 1er janvier la BOURSE a augmenté de plus de 25 % , elle a aussi pris plus 5% depuis le début des grèves . Bien mieux que toute retraite par répartition qui se contente de faire moins que l'inflation soit moins de 1 % par an . Le futur est là dans la BOURSE .
Réponse de le 17/12/2019 à 6:56 :
Oui et on lit partout que la retraite par répartition c'est la solution définitive, alors que les fonds de pension et la bourse c'est le casino.
Sur le long terme la bourse, à condition de ne pas faire n'importe quoi, ce n'est pas si mal : cac40 + 56,4% en10 ans.
a écrit le 16/12/2019 à 18:07 :
"et qu'à travers son "procès", on "veut porter atteinte" à un projet "essentiel pour la France"

Mais qu'il se taise surtout ! Ils en sont quand même pas à croire en un complot de Fillon quand même !? Surtout qu'ils sont exactement sur la même ligne servile envers les marchés financiers !

La profonde bêtise de nos LREM peut tout nous faire imaginer, dommage que cela ne soit pas fait exprès ! Personne ne nous verrait arriver c'est un fait vu que déjà eux ne le voient pas !
a écrit le 16/12/2019 à 17:54 :
La retraite par points est une bonne réforme, les Français ne doivent pas souffrir pour rien ni pour les beaux yeux des syndicats qui mesurent leurs forces les uns par rapport aux autres. Les dégâts de cette grève sont importants.
Le titre provocateur de ce journal plutôt au fait des réalités et vérités économiques est surprenant.
Réponse de le 16/12/2019 à 18:39 :
Ce serait sympa donc d'avoir des informations sur papiers, des simulations, une information pour que chaque citoyen sache ce qui se passera pour lui.

Lorsque l'on fait une réforme, généralement on présent un texte, mais pas après une semaine de grève.

Et surtout, celui qui présent la réforme ne doit pas magouiller dans un entrisme qui fait qu'il ne sait pas ou dit ne pas savoir, mais en fait comme dans le cac 40, les uns et les autres se font des salaires entre amis, qui comme develoye, n'ont même plus conscience du conflit d'intérêt!

Alors venir dire que la retraite par points serait bonne, il n'y aucun argument pour le moment, aucune simulation, et surtout porté par des affairistes, et des lobbyistes qui comme par hasard, font les réformes en fonction d'intérêts privés.

Le titre n'est pas provocateur, il indique juste le moment ! la réalité économique, si l'on doit la baser sur delevoye, macron et autres, il suffit de regarder l'état économique du pays pour comprendre que les impotents économiques sont ceux qui ont les clefs, pas ceux qui regardent ou le subissent !
Réponse de le 16/12/2019 à 18:40 :
La réforme est une bonne chose pour le privé, mais pas pour les fonctionnaires car, derrière la prise en compte de toutes les primes dans la limite certes de 120 000 € annuel, on va créer des disparités incroyables . Les écarts de pensions vont être si importants pour les fonctionnaires de catégories A et au dessus , qu'on se demande si le gouvernement a fait les calculs quand il a annoncer ce plafond de 120 000 €. Quand aux sans dents de la catégorie C , ils regarderont passer le train !!!
a écrit le 16/12/2019 à 17:49 :
La société évolue, le monde est en mutation permanente, Les paramètres du « Régime Général », (au singulier), toutes Institutions et Professions confondues, non pas changés. Leurs valeurs ont évoluées.
Ces variables qui changent au cours de l’histoire, sont publiées tous les ans, par les services de l'INSEE.

L’exécutif, Englué dans le système Politico-Economique crée par lui et pour lui, et face aux difficultés à s’en soustraire, nous pensons, qu’une analyse « Systémique » collégiale, de l’ensemble de ces paramètres, ainsi que de leur valeur, devrait conduire l’exécutif à retricoter l’écheveau sociétal en l’actualisant. Tant pour le régime Général, que pour les accords de branches, et ainsi éliminer toutes confusions dans les esprits.

Pourquoi toutes ces tergiversations ??? Est-ce si compliqué de faire simple ???
Mais que seront les idées sans les hommes pour les rendre possibles et les mettre à exécution ?

Un Economiste Honoraire à votre disposition.
Courtoisement J.G.
Réponse de le 16/12/2019 à 18:48 :
Oui, je crois surtout que pour faire ce type de réforme, la manipulation qui consiste a réunir les gens et décider tout seul, est aussi ce que tout cela montre....

Lorsque l'on a autant de conflits d'intérêts et que l'on propose un texte sur la réforme, qui ne touche pas le porteur, mais les autres, il était plus simple de préparer le discours pour que les choses se fassent collectivement.

Il semble clair, si vous êtes économistes, que cette réforme a pour objectif d'insérer des assurances ou des groupes financiers.

Le problème est le chômage, pas la retraite. Et pour une élite dépassé dans la mondialisation, le fait que personne ne parle de cette question, car on peut dire que le président a échoué dans la dynamique économique, car ils n'ont plus aucune capacité ni vision de la société et donc du développement.

Effectivement, sans qu'ils ont a présent des numéros et plus des humains, et le niveau de radicalisation actuel de la population est plus qu'une erreur économique!

Alors, je pense surtout que le consens dans les sociétés modernes "dit du nouveau monde" est en fait la représentation même d'une dilution intellectuelle, sociale économique et paradigmatique.

Le problème, c'est l'élite clone qui n'a d'objet que la financiarisation de l'économie.
Et lorsque l'on sait ce qui va se passer dans les deux années a venir, c'est même incroyable qu'ils puissent penser que la stratégie de la financiarisation de tout sera la réponse!

A contraire, nous serons comme les grecques, sans poids économique, avec une dette énorme, la financiarisation sera le tombeau du pays!

Sans aucun doute
a écrit le 16/12/2019 à 17:40 :
En dehors du cas delevoye, un syteme unique a etage unique, faut reconnaitre que c'etait mal ficelé le truc et mal vendu en plus. Si encore ça avait été reformons pour laisser respirer les actifs et être surs d'avoir une retraite demain mais non, toujours autant de cotisations pour des retraites plus basses, ça fait rever.
La sécurité serait un mixte, pilier etatique pour un minimum vieillesse, pilier par repartition, pilier par (gros mot) capitalisation.
Prendre 30% de son brut a une caissiere a mi temps, quelle belle justice sociale. Le retrait de la reforme est un bienfait.

Grosse errreur de casting, faut pas prendre un enarque pour reformer la france. Remarquez, on a de la chance, avec le quinquennat ce n'est plus sept ans de perdus mais seulement cinq.
a écrit le 16/12/2019 à 17:40 :
Doit-on capituler devant des grévistes ayant un statut protégé, qui font la grève sur leur Compte Epargne Temps (CET), qui ne pensent qu'à eux et se moquent du système des retraites, comme l'Etat met la main à la poche pour combler leur déficit, qui ont des visées de représentation syndicale pour leurs prochaine élections (CGT frustrée d'être doublée par la CFDT), qui sont des gilets jaunes poursuivant leur combat idéologique, etc.? Mon avis, NON...
Réponse de le 16/12/2019 à 18:53 :
Je ne suis pas en statut protégé, ni même dans la fonction publique, mais si vous croyez que les gens comme moi qui sont la majorité vont accepter de perdre 30% de la retraite pour permettre a des groupes financiers ou des assureurs, de prendre encore plus d'argent par la suite.

L'idéologie politique n'est pas l'économie. Le problème c'est l'emploi! donc si l'on regarde le projet, le politique pourra faire fi de l'emploi pour gouverner .

Il s'agit de cela ! Il n'est pas de question de frustration, mais il faudra que les 10 % de ceux qui possèdent le plus comprennent que ceux en dessous ont compris aussi de quoi il s'agit.

Car avec un smic pour arriver aux annuités sans un marché de l'emploi donc un deal sur le travail, ne pourra pas avoir une retraite a taux pleins.

Donc la carotte, lorsque l'on veut l'a mettre, il faut juste se positionner, mais éviter de faire croire aux gens que c'est bon pour eux, car manipuler les masses ne fonctionne plus.

Les gilets jaunes sont un exemple. Et ne pas le comprendre au fait de l'histoire du pays, c'est prendre le risque pour ceux qui pensaient se faire la cerise de tout perdre !

Le chômage, la plupart le connaisse, par contre ceux qui vote les lois, eux pas, vous comprenez le bug??!!
Réponse de le 17/12/2019 à 11:52 :
Si c'est pour supprimer 42 régimes spéciaux ( 3% des actifs) pour créer 42 dérogations au régime universel, à quoi cela sert il? Et que coûterait une telle réforme s'il faut augmenter tous les fonctionnaires afin de leur maintenir une retraite équivalente à celle actuelle? Déjà , si l'on prenait en compte les 25 meilleures années et non la carrière entière,cela permettrait de supprimer des doutes sur une baisse importante des pensions. Il faut tenir compte également de la pénibilité dans le nombre de trimestres à travailler pour obtenir une retraite complète. Mais cela devient une usine à gaz très difficile à mettre en place. Si les heures de nuit sont indiquées sur une feuille de paie, les heures de marteau piqueur ne le sont pas .
a écrit le 16/12/2019 à 17:29 :
CHOQUANT la derniere reunion de consultation à l'ELYSEE ;Richard FERRAND on fait trainer son dossier justice, Francois BAYROU mis en examen, puis Delevoye ???? où est l'etat irréprochable annonce pendant la campagne ,,,,?????
a écrit le 16/12/2019 à 17:14 :
En positif, le retrait de la réforme aurait l'avantage de saborder définitivement le régime par répartition, et d'ouvrir, enfin, les vannes des fonds de pensions. Une ultime chance pour sauver les retraites des Français courageux et entreprenants!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :