Coronavirus : les informations essentielles du mardi 24 mars

 |   |  2561  mots
Le confinement durera vraisemblablement au moins six semaines à compter de sa mise en place le 17 mars, écrit le Conseil.
"Le confinement durera vraisemblablement au moins six semaines à compter de sa mise en place" le 17 mars, écrit le Conseil. (Crédits : BENOIT TESSIER)
Tout ce qu'il ne fallait pas manquer, mardi 24 mars.
  • 19h33 - Schlumberger va tailler dans ses dépenses

Le géant des services pétroliers Schlumberger va tailler dans ses dépenses cette année en raison de la chute des marchés pétroliers, a annoncé son directeur général.

La multinationale aux origines françaises et basée à Houston va "réduire ses dépenses en capitaux d'un montant pouvant aller jusqu'à 30% par rapport aux niveaux de 2019", a annoncé le directeur général Olivier Le Peuch, selon une présentation mise en ligne par l'entreprise.

  • 19h19 - Le PMU à l'arrêt, la quasi totalité des 1.250 salariés au chômage partiel

Le PMU annonce avoir mis 95% de ses 1.250 salariés au chômage partiel, la crise sanitaire du coronavirus ayant provoqué "l'arrêt quasi total de son activité", alors qu'il avait amorcé une reprise l'an dernier.

"Compte tenu de la suspension des courses hippiques sur le territoire national depuis le 17 mars et de l'arrêt de la commercialisation des paris hippiques dans l'ensemble de ses points de vente, le PMU a décidé de recourir à un dispositif collectif de mise en activité partielle de ses collaborateurs", précise un communiqué.

  • 19h04 - Il est "indispensable de prolonger le confinement", selon le Conseil scientifique

Le conseil scientifique de l'exécutif sur le Covid-19 a estimé "indispensable de prolonger le confinement" au delà des deux semaines initialement prévues, dans un avis rendu public.

"Le confinement durera vraisemblablement au moins six semaines à compter de sa mise en place" le 17 mars, écrit le Conseil, qui dit également "considérer nécessaire un renforcement du confinement", sans en préciser les modalités.

  • 18h46 - Nouveau record de morts en Espagne qui demande l'aide de l'Otan

Deuxième pays le plus touché en Europe, l'Espagne a demandé l'aide humanitaire de l'Otan alors qu'elle enregistrait un nouveau record de 514 morts en 24 heures, portant le bilan total à 2.696.

  • 18h40 - Plus de 10.000 cas supplémentaires en 24h aux USA

Les États-Unis comptent 44.183 cas de contamination, soit une hausse de 10.779 en 24 heures, et 544 décès provoqués par la maladie, soit une progression de 144, selon un bilan fourni par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

  • 18h31 - Trump prévient qu'un confinement prolongé pourrait "détruire" le pays

Donald Trump a mis en garde contre un confinement prolongé aux États-Unis, qui a plongé l'économie dans la crise et pourrait selon lui "détruire" le pays.

"On peut détruire un pays en le fermant de cette façon", a-t-il expliqué sur Fox News, indiquant qu'il réévaluerait la semaine prochaine les effets de la période de confinement recommandé de 15 jours.

  • 18h17 - Renault interrompt sa production en Amérique latine

Le constructeur automobile français Renault a annoncé l'arrêt "jusqu'à nouvel ordre" de tous ses sites de production en Amérique latine, après avoir pris des mesures similaires en Europe et en Inde.

Cette suspension d'activité touche 9.000 salariés répartis sur sept sites industriels dans quatre pays (Argentine, Brésil, Chili, Colombie).

  • 18h06 - La durée de travail portée jusque 60 heures par semaine dans certains secteurs

Le gouvernement va permettre de déroger à la durée du travail dans certains secteurs jusque 60 heures sur une semaine, contre 48 heures actuellement, et 46 heures contre 44 heures en moyenne sur une période de 12 semaines, a indiqué le ministère du Travail.

Ces dérogations pourront s'appliquer par exemple dans "l'énergie", "les télécoms", "la logistique", "les transports" ou encore "l'agroalimentaire", a précisé l'entourage de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud,

  • 17h45 - Les Bourses européennes reprennent des couleurs

La Bourse de Paris a terminé sur un très fort rebond de 8,39% à 4.242,70 points. De même pour la Bourse de Londres, qui a accéléré sa progression en toute fin de séance et a clôturé en hausse de 9,05%. La Bourse de Francfort est elle aussi repartie à la hausse, le Dax gagnant 10,98% à la clôture, dans un marché réalisant l'ampleur des soutiens monétaires des banques centrales et budgétaires des États.

  • 17h11 - L'Autriche passe aux dépistages massifs

L'Autriche a décidé de procéder à des tests massifs de dépistage du coronavirus et d'isoler les personnes contaminées pour éviter une saturation de ses service de santé comparable à ce qui se passe en Italie.

Les autorités ont l'intention de tester jusqu'à 15.000 personnes par jour au cours des semaines à venir, a annoncé le chancelier Sebastian Kurz.

  • 17h02 - Avianca suspend tous ses vols de passagers

Avianca, deuxième compagnie aérienne d'Amérique latine, a annoncé la suspension de toutes ses opérations de transport de passagers.

La compagnie a élargi aux vols domestiques la suspension de ses liaisons internationales décidée la semaine dernière, suite au confinement général et à la fermeture du ciel colombien décrétés par le gouvernement Ivan Duque.

  • 16h47 - La BoE active un plan pour favoriser la liquidité des marchés

La Banque d'Angleterre a annoncé l'activation d'un plan pour faciliter l'accès à des livres sterling pour les marchés.

Cet outil (appelé CTRF) "permet aux participants d'emprunter des réserves de la banque centrale en échange d'autres actifs moins liquides" et a pour objectif d'"atténuer les frictions observées sur les marchés monétaires ces dernières semaines, tant au niveau mondial que national, à la suite du choc économique provoqué par l'épidémie de Covid-19", a souligné la Banque d'Angleterre.

  • 16h35 - La Bourse de Paris accroît ses gains et prend plus de 6%

La Bourse de Paris accélérait la cadence mardi et prenait plus de 6% un peu avant la fermeture des marchés, à la faveur du plan de relance annoncé la veille par la Réserve fédérale américaine (Fed) et de nouvelles plus optimistes sur le front sanitaire.

À 16h32 (15h32 GMT), l'indice CAC 40 prenait 238,05 points à 4.152,36 points. La veille, il avait fini en baisse de 3,32%.

  • 16h - Un "paquet financier" va être mobilisé pour l'Afrique

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a annoncé qu'un "paquet financier" allait être mobilisé pour aider les pays les plus vulnérables, notamment en Afrique.

"Nous aurons l'occasion de mobiliser un vrai paquet financier, d'assistance pour éviter que l'épidémie ne mute vers des régions ou des sous-continents qui aujourd'hui ne sont pas contaminés mais demain pourraient être un nouveau risque pour nous", a-t-il déclaré à l'Assemblée nationale.

  • 15h44 - La paralysie du transport aérien pourrait coûter 252 milliards de dollars au secteur

Les compagnies aériennes pourraient perdre 252 milliards de dollars de revenus en 2020, a annoncé leur fédération, l'Iata, doublant quasiment sa première estimation.

"Il s'agit de la crise la plus profonde jamais traversée par notre industrie", a commenté le directeur général de l'association internationale du transport aérien (Iata), Alexandre de Juniac, appelant les gouvernements à l'aide face à l'arrivée d'"une crise de liquidités".

  • 15h40 - Plus de 2,6 milliards de personnes appelées à se confiner dans le monde

Le confinement de l'Inde, qui entrera en vigueur à minuit (18h30 GMT), porte à plus de 2,6 milliards le nombre de personnes appelées par leurs autorités à rester confinées chez elles, selon un comptage réalisé à partir d'une base de données de l'AFP.

  • 15h33 - L'Inde décrète un confinement total du pays

Le territoire indien sera intégralement placé sous confinement ce mardi soir à partir de minuit et pour une durée de trois semaines, a annoncé le Premier ministre Narendra Modi.

"Il sera totalement interdit de vous aventurer hors de vos logements", a-t-il déclaré lors d'une allocution télévisée.

L'Inde, qui compte quelque 1,4 milliard d'habitants, recense pour l'heure 482 cas confirmés de contaminations au coronavirus et neuf morts.

  • 15h - Trump veut que son plan de relance soit adopté le plus vite possible

Donald Trump a appelé le Congrès américain à adopter dès mardi un plan massif de relance de l'économie, mettant en garde contre l'impact nocif sur les travailleurs américains de négociations trop longues entre républicains et démocrates.

"Plus cela prendra de temps, plus il sera difficile de redémarrer l'économie. Nos travailleurs vont souffrir", a-t-il prévenu.

  • 14h36 -  la France mobilise 300 milliard d'euros pour garantir des prêts aux entreprises

La France a officialisé mardi le lancement d'un vaste programme de prêts bancaires aux entreprises que l'État s'est engagé à garantir pour 300  milliards d'euros, ceci afin de permettre aux entreprises de surmonter les difficultés liées à l'épidémie de coronavirus.

Lire aussi : Coronavirus : l'UE valide le plan français de soutien aux entreprises

  • 14h30 - Wall Street grimpe à l'ouverture, plus optimiste sur le plan de relance

Wall Street ouvrait en nette hausse mardi, espérant que le plan de relance de l'économie américaine pour faire face à l'impact du coronavirus sera bientôt adopté par le Sénat: le Dow Jones montait de 5,84% et le Nasdaq de 4,89%.

La Bourse new-yorkaise avait chuté lundi, dans un marché s'inquiétant de l'impasse politique sur ces mesures d'aide et peu rassuré par de nouvelles annonces de la Fed: le Dow Jones avait cédé 3,04%, tombant à son plus bas depuis novembre 2016, et le Nasdaq avait abandonné 0,27%.

  • 13h45 - Les Jeux Olympiques de Tokyo reportés d'un an, une décision qui fera date

Après plusieurs jours d'allers-retours entre les comités officiels et les organisateurs, le Japon, pays hôte, a finalement tranché. Le Premier ministre Shinzo Abe a confirmé le report d'un an des Jeux olympiques de Tokyo, qui devaient se tenir du 24 juillet au 9 août, en raison de la pandémie.

C'est la première fois en temps de paix que les JO sont reportés.

Le CIO a accepté cette décision et les Jeux d'été auront lieu au plus tard pendant l'été 2021, a déclaré le Premier ministre japonais à la presse.

  • 13h28 - Pas de pénuries, mais des risques de ruptures d'approvisionnement

Le patron de Système U, Dominique Schelcher, a réaffirmé qu'il n'y aurait "pas de pénurie brutale" dans les magasins de la grande distribution alimentaire mais qu'il y a "un certain nombre de ruptures" dans la chaîne d'approvisionnement. "Ces ruptures s'expliquent par les achats massifs juste avant le confinement", mais il faut prendre en compte aussi le fait que les restaurants sont fermés "donc les gens achètent pour manger à la maison", a souligné au micro de France Inter M. Schelcher.

Pour lui, "les points de difficulté sont les pâtes, c'est vrai, car elles sont extrêmement demandées, mais ce matin, il y a (aussi) une certaine tension sur les œufs", ainsi que sur le papier toilette "mais qui est en forte production dans les usines françaises en ce moment", a-t-il précisé.

  • 13h20 - La France, 5e pays le plus touché par la pandémie à date

Le coronavirus a fait au moins 16.961 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan à 11h00 GMT.

Plus de 386.350 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 175 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière.

Les pays les plus touchés après l'Italie et la Chine sont l'Espagne avec 2696 morts pour 39.673 cas, l'Iran avec 1.934 morts (24.811 cas), la France avec 860 morts (19.856 cas), et les États-Unis avec 499 morts (46.440 cas).

  • 12h02 - Bruno Le Maire insiste pour que l'UE actionne le fonds de secours européen

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a réitéré mardi, à quelques heures d'une réunion de l'Eurogroupe, l'appel de la France à actionner le mécanisme européen de stabilité (MES), fonds de secours créé pour aider les pays en cas de crise majeure.

"Il y a un premier instrument dont nous estimons qu'il doit pouvoir être utilisé dans les semaines qui viennent (...) c'est le mécanisme européen de stabilité", a affirmé Bruno Le Maire lors d'une conférence de presse.

  • 10h45 - Croissance française "bien inférieure" à ce qui a été prévu dans le budget rectifié, selon Le Maire

La croissance française en 2020 sera "bien inférieure à ce qu'elle a été évaluée dans le projet de loi de finances rectificative", c'est à dire -1%, a déclaré mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

"Chaque semaine de confinement supplémentaire (...) a un impact sur notre croissance" qui se chiffre en milliards d'euros, tout comme l'évolution de la situation dans d'autres pays du monde, a ajouté le ministre lors d'une conférence de presse en ligne

  • 10h12 - Zone euro : chute "sans précédent" de l'activité du secteur privé en mars

L'activité du secteur privé dans la zone euro a chuté en mars à un rythme "sans précédent", conséquence de la pandémie du nouveau coronavirus, ce qui fait dire aux analystes que "la récession ne fait que commencer".

Selon une première estimation de l'indice PMI composite publiée mardi, il s'affiche à 31,4 points, contre 51,6 points en février, "la plus forte baisse de l'activité globale (...) depuis la première publication des données composites en juillet 1998", explique le cabinet Markit dans un communiqué.

  • 9h45 - Possibles pertes de 40 milliards d'euros pour la filière touristique française

La pandémie de coronavirus pourrait faire perdre 40 milliards d'euros à la filière touristique en France sur trois mois, a estimé mardi le secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne.

La filière "génère pour tous nos territoires environ 170 milliards d'euros chaque année de recettes tourisitiques, entre touristes internationaux et français", a-t-il relevé sur Sud Radio.

Lire aussi : Mesures de confinement: le gouvernement annonce l'interdiction des marchés ouverts

  • 9h00 - 730.000 salariés au chômage partiel

Le recours au chômage partiel en France concerne 730.000 salariés "après seulement quelques jours" de mise en place du dispositif élargi pendant la crise du coronavirus, a déclaré mardi sur France Info le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Le coût de la mesure s'élève déjà à 2,2 milliards d'euros, a indiqué le ministre en ajoutant: "on a provisionné 8,5 milliards d'euros, ça sera davantage".

  • 8h37 - En Chine, le confinement de la ville-épicentre de Wuhan bientôt levé

La ville chinoise de Wuhan (centre), berceau de l'épidémie de Covid-19, va lever le 8 avril ses restrictions aux déplacements après plus de deux mois de confinement, ont annoncé mardi les autorités locales. Les habitants du reste de la province du Hubei pourront sortir des frontières provinciales dès ce mercredi 25 mars. Seuls les habitants sains pourront dans un premier temps se déplacer librement.

Cette zone peuplée de 56 millions d'habitants avait été placée en quarantaine fin janvier. Mais les restrictions sont progressivement levées depuis une visite en mars du président Xi Jinping.

Lire aussi : Les "coronabonds" en sept questions

(Avec AFP, Reuters et les journalistes de La Tribune)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2020 à 9:07 :
En fait tout ceci n'est que le résultat des politiques d'austérité visant à dépecer les services publics afin de les offrir aux dragons célestes générant une santé au rabais qui est déjà totalement surchargée.

Bah tant que les dragons célestes sont bien soignés hein, c'est tout ce qui compte.
a écrit le 25/03/2020 à 7:27 :
Pour le moment le confinement ne produit pas d'effet et n'en produira pas, hormis la destruction de notre économie et de notre prospérité pour une décennie au moins.

La doctrine sanitaire qui consiste à refuser l'accès au soins des personnes agées est en train d'induire des centaines et bientôt des milliers de morts, que le gouvernement espérait faire passer inaperçues dans les EHPAD comme chez les particuliers. C'est à la fois particulièrement ignoble et inefficace sur le plan de la gestion de la crise.

Le petit schéma de Véran avec les deux cloches, qui sert de guide de pensée aux gestionnaires, est trompeur. En réalité la ligne de base (celle du nombre de personnes sauvables en réa) est ridiculement basse (+/- 2500 personnes par semaine) au regard des chiffres, pourtant grossièrement minorés, des personnes qui auraient besoin de réanimation pour survivre.

Conclusion: on aura l'hécatombe ET la crise sociale, économique, financière, politique, sanitaire, morale, et la pénurie alimentaire.

Trump a raison, il y a des "solutions" qui sont pires que le mal. Il faut absolument revenir à la liberté de circulation comme règle de conduite, sauf pour les personnes malades, en contact avec des malades, ou présentant des symptômes. Et généraliser les tests à toutes ces personnes dès que disponibles.
Idem pour les masque qui doivent devenir disponibles à toout le monde dès que possible.
a écrit le 24/03/2020 à 19:17 :
Trump est pour la mondialisation maintenant. L'heure est grave.
a écrit le 24/03/2020 à 9:45 :
Sauf que les premières images de la reprise du travail en Chine, montrent que tous les travailleurs sont porteur de masques. Si le triumvirat des dirigeants de 2011, n'avait pas annuler le renouvellement des commandes de masques, on pourrait se protéger , ou protéger les autres. C'est vraiment nous prendre pour des naifs en affirmant jour après jour que les masques sont inutiles et qu'il faut simplement se laver les mains !!!!
a écrit le 24/03/2020 à 9:44 :
L'assignation à résidence se lève sur Wuhan mais la Chine n'en a pas terminé avec le virus. 79 nouveau cas ont été recensés hier.

Petites nouvelles d'Allemagne.
dernier bilan hier.
22672 cas cumulés détectés, 111 décés cumules depuis le début de l'épidémie... et toujours pas de confinement.
On détecte, on isole, on soigne.
a écrit le 24/03/2020 à 9:20 :
Espérons qu'ils vont arrêter de massacrer nature et humains à wuhan maintenant. Mais les dragons célestes sont ce qu'ils sont hélas...
Réponse de le 24/03/2020 à 14:11 :
Pourquoi arrêteraient ils de faire ce que l'humanité fait depuis toujours partout dans le monde?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :