Covid-19 : les syndicats dans l'aéronautique très inquiets sur une reprise du travail

 |   |  829  mots
Pour lutter contre la propagation du Coronavirus, la CFDT, la CGC, FO et la CGT d'ArianeGroup demandent à la direction de reporter son plan de reprise des activités, qui était prévue lundi, à une date ultérieure.
Pour lutter contre la propagation du Coronavirus, la CFDT, la CGC, FO et la CGT d'ArianeGroup demandent à la direction de "reporter son plan de reprise des activités", qui était prévue lundi, "à une date ultérieure". (Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)
Les syndicats dans la filière aérospatiale et de défense se disent très inquiets sur une reprise du travail. Ils appellent à la fermeture des sites industriels.

Pour lutter contre la propagation du Coronavirus, la CFDT, la CGC, FO et la CGT d'ArianeGroup demandent à la direction de "reporter son plan de reprise des activités", qui était prévue ce lundi, "à une date ultérieure". Environ 10% de salariés ont repris la direction des sites du fabricant des lanceurs de la la famille Ariane. Cette déclaration rejoint la plupart des syndicats présents dans les grands groupes aérospatiaux et de défense inquiets en raison de la crise sanitaire aiguë provoquée par le Coronavirus.

C'est le cas par exemple de la CFDT Safran, qui a appelé samedi "à un arrêt complet des activités de l'ensemble des sites Safran dans le monde". Chez Dassault Aviation, les salariés de la production ne travaillent plus depuis mercredi, explique la CFDT Dassault. C'est également le cas pour la CFDT Airbus qui a appelé jeudi dernier "à interrompre complètement les activités des usines de production d'Airbus en cohérence avec l'esprit des mesures prises à l'échelon national". Airbus emploie 46.000 personnes en France, dont 30.000 à Toulouse. L'avionneur va progressivement rouvrir ses sites de production en France et en Espagne"C'est une reprise très partielle de 5 à 10% des salariés, uniquement avec des volontaires", a indiqué à l'AFP Jean-François Knepper, dirigeant de FO, premier syndicat au sein du groupe. "On n'a pas eu le choix, la direction a décidé de reprendre, on a essayé d'encadrer tout ça le mieux possible. On aurait préféré un confinement total", a-t-il précisé.

Une reprise du travail dans des conditions irréprochables

Bien que préoccupée par la situation financière de la société, l'intersyndicale demande en outre à la direction d'ArianeGroup "la mise en place du confinement pour tous les salariés et prestataires, en activité partielle, jusqu'en avril avec possibilité de reconduction du dispositif au-delà". Selon elle, la direction doit assurer la sécurité de toutes et tous et retrouver la confiance et la sérénité pour travailler. "L'intérêt général, la protection de la santé des salariés, de la population mais également des soignants passent avant les enjeux économiques", estime l'intersyndicale.

Chez Dassault Aviation, les mesures annoncées par le PDG Eric Trappier comme la réorganisation du travail, la distribution de gels hydroalcoolique et de masques, qui pourraient permettre de reprendre "une activité dégradée en toute sécurité" pour les salariés, ne sont pas encore en place, explique la CFDT. Ces mesures devront être discutées avec les institutions représentatives du personnel (IRP) à partir de la semaine prochaine avant une éventuelle reprise dans les établissements. Mais, la CFDT "alerte qu'il ne serait pas responsable en l'état actuel de la pénurie de masques dans les hôpitaux et préconise de maintenir les salariés chez eux au début de la vague importante de malades à venir".

Les chefs d'entreprise dans une situation inconfortable

Alors que les chefs d'entreprise sont tenus à une obligation de sécurité et de protection de la santé envers leurs salariés, il sont, en même temps, exhortés par l'Etat à rouvrir les usines pour produire et éviter un futur désastre économique. Ce qui les place dans une situation très inconfortable. D'autant que l'Etat ne leur donne pas tous les moyens pour protéger leurs salariés. "En voulant absolument poursuivre l'activité de production, la direction d'Airbus impose aux salariés de se rendre sur le site et de travailler dans des conditions dont il est extrêmement difficile, voire impossible, de garantir qu'elles éliminent tout risque de contamination", avait expliqué jeudi la CFDT Airbus.

"Bien sûr que l'activité devra reprendre, et ArianeGroup devra être prête à redémarrer ses activités, mais pas dans la précipitation comme nous le mesurons aujourd'hui, estime l'intersyndicale d'ArianeGroup. Pour nos organisations syndicales, le retour progressif à l'activité devra se faire dans l'unique condition que la santé des salariés soit totalement garantie".

En dépit des appels à arrêter le travail, la CFDT Métallurgie (FGMM), la CFE-CGC Métallurgie et FO Métaux se sont mobilisés vendredi en concertation avec la fédération patronale UIMM "pour assurer les modalités d'une activité industrielle dans des conditions sanitaires irréprochables"l'UIMM et les trois organisations syndicales demandent que les entreprises, pour assurer une continuité ou un retour progressif à l'activité "identifient en priorité les activités vitales nécessaires à leur fonctionnement, à celles des filières utiles au pays, ainsi que celles intra-filières". Elles recommandent également que les entreprises "adaptent scrupuleusement leur environnement de travail en mettant en place les mesures organisationnelles, collectives et individuelles qui permettent d'assurer la sécurité sanitaire de tous : distances de sécurité, gestes barrières, mise à disposition d'équipements individuels (gants, masques,...), produits désinfectants, lavage des vêtements de travail, nouvelle organisation du travail, etc". Ce qui est aujourd'hui très, très compliqué en raison des réquisitions de l'Etat...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2020 à 19:09 :
Comment voulez vous venir au travail chez safran reau la moitié du personnel ne respecte pas les gestes barrière. Port du masque et gants non mis
Des responsables safran et prestataire irresponsables ne respectent pas les employés .risque de contracter le coronavirus que font les syndicats pour faire respecter les règles.
a écrit le 19/04/2020 à 22:43 :
Chez Dassault pour l instant beaucoup de salariés sont en télétravail ou en congés, 15 jours de congés imposés
a écrit le 24/03/2020 à 9:44 :
Marre de ces syndicats tire-au-flanc...
Réponse de le 25/03/2020 à 13:06 :
Galileo je suis élu d un syndicat qui représente les salariés d Airbus Helicopters à Marignane. Je peux vous assurer que nous sommes sur le terrain pour permettre aux salariés un retour au travail dans des conditions de sécurité optimale. Alors stop aux généralités car sans les syndicats ce serait Germinal.
a écrit le 23/03/2020 à 18:08 :
Les syndicats "appellent à la fermeture des sites industriels". Qu'ils se rassurent, un certain nombre de sites vont fermer...de manière définitive.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :