L'optimisme revient avec les réouvertures, mais la récession s'aggrave en France

 |   |  700  mots
(Crédits : Reuters)
Alors que les bars et restaurants rouvrent sans restrictions dans les zones vertes aujourd'hui en France, le gouvernement prévoit une chute historique du PIB (-11%), plus importante que prévue.

Des prévisions encore revues à la baisse. Le gouvernement s'attend à une chute du produit intérieur brut (PIB) historique de -11% au moment où l'économie tente de repartir doucement avec le déconfinement. "Je n'ai jamais caché que le plus dur est devant nous" parce que "le choc de la crise a été extrêmement brutal", a affirmé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, en annonçant ce mardi cette nouvelle prévision sur RTL.

"Nous avons un énorme trou d'air" avec cette crise, a-t-il ajouté avant de se montrer positif : "J'ai la conviction absolue que nous allons rebondir en 2021". Le locataire de Bercy a par ailleurs signalé que le décalage des soldes d'été du 24 juin au 15 juillet. "C'est ça l'enjeu pour la France dans les mois qui viennent: travailler tous et essayer de contenir un chômage qui va augmenter", a-t-il déclaré.

Les annonces du ministre de l'Economie interviennent alors que l'économie tente de repartir doucement. Apprécier un café en terrasse ou sauter dans un train direction la plage: les Français regagnent ce mardi leur liberté, même si la prudence reste de mise face à un virus qui a fait près de 30.000 morts et entraîné une profonde récession. La phase 2 du déconfinement est synonyme d'un quasi retour à la normale.

Lire aussi : L'économie française connaît sa pire récession depuis 1968

Dans l'hôtellerie, "c'est l'optimisme qui règne"

Laissés de côté lors de la première phase du déconfinement le 11 mai, les cafés, bars et restaurants sinistrés par plus de deux mois de fermeture se sont préparés activement depuis plusieurs jours à accueillir du public. "C'est l'optimisme qui règne aujourd'hui", assure Hervé Becam, vice-président confédéral de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih).

En zone orange (Ile-de-France, Guyane, Mayotte), les régions davantage sous pression face au coronavirus, seules les terrasses peuvent accueillir des clients. En zone verte, à l'intérieur, pas plus de dix clients par table et un mètre minimum entre chaque groupe. Mais certains établissements ne rouvriront pas tout de suite, car trop compliqué ou pas rentable.

Cette deuxième phase marque aussi la fin de l'interdiction de se déplacer à plus de 100 km de chez soi. Après la réouverture des parcs et jardins partout samedi, les plages, musées, monuments, zoos ou encore les théâtres vont pouvoir rouvrir progressivement, en respectant certaines règles de distanciation ou de port du masque. Pour les cinémas, il faudra attendre la phase 3, le 22 juin. Du côté de l'Education nationale, tous les collèges et les lycées de France vont ouvrir progressivement. En zone verte, tous les élèves sont concernés mais en zone orange, les collèges n'accueilleront prioritairement que ceux de 6e et de 5e.

Des mesures prévues en cas de nouvelle vague

L'épidémie a tué 28.883 personnes en France, selon le bilan publié lundi soir (soit une augmentation de 31 par rapport à la veille, mais il manque le décompte des Ehpad). Le nombre de patients en réanimation (1302) continue de diminuer (-17). Mais le virus est toujours en circulation alors les autorités sanitaires sont aux aguets pour détecter le moindre signe d'une reprise de l'épidémie et étouffer chaque nouveau foyer dans l'oeuf.

Pour aider à ce contrôle de la propagation du virus, l'application de traçage StopCovid doit être disponible mardi à partir de midi, en téléchargement volontaire sur les téléphones portables. "On a besoin qu'un maximum de gens l'ait", a souhaité le secrétaire d'Etat au Numérique Cédric O, précisant que les habitants des villes étaient visés en priorité, là où le virus circule le plus.

En cas de nouvelle vague, le gouvernement a déjà prévenu que des mesures de reconfinement pourraient être prises, notamment des restrictions de circulation imposées par les préfets au niveau local. Mais un nouveau confinement d'ampleur viendrait frapper une économie qui redémarre à peine.

Lire aussi : L'Europe serait plus exposée que l'Asie à une nouvelle vague de coronavirus

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2020 à 16:53 :
La prévision de 8% puis 11% du PIB sont déjà des previsions tronquées, la baisse sera plus forte au moins 25% voir par pur usage du calcul calendaire.

On voit déjà les Grands Groupes tenter d'aspirer les aides de l'Etat, au final les fonds n'arriveront pas au gens, donner plus facilement accès au crédit ne va produire que de l'inflation. Tout ces fonds de secours vont engendrer plus de fiscalité et le gouvernement n'a pas la main sur l'émission de monnaie pour faire de l'inflation.

Donc on est content de ne plus Etre emprisonné mais les citoyens n'ont pas d'idée sur la Hauteur de la Vague Financiére qui arrive.
a écrit le 03/06/2020 à 8:29 :
La menace, toujours. Consigner les francais est anticonstitutionnel et personne ne s'insurge. Peuple de ruminants.
a écrit le 02/06/2020 à 20:47 :
Le confinement sera bientôt reconnu pour ce qu'il est : une hystérie collective digne de la peur de l'an Mille et de ceux qui brûlaient les sorcières pour sauver leur âme... C'est encore un peu tôt pour qu'on le reconnaisse déjà, mais il suffit d'attendre...
Réponse de le 02/06/2020 à 21:12 :
tout a fait. En 69 pour la grippe de Hong Kong on a pas fait tant d histoire. Ici on a sauvé quelques vieux (qui seraient pour la plupart mort dans les 5 ans qui viennent) mais on a bousillé la vie de millions de personnes (pensez simplement a tous les jeunes diplomés en juin qui vont aller direct au chomage)
Réponse de le 02/06/2020 à 21:17 :
Ah bon vous pensez avoir raison seul et les centaines de pays qui l ont applique tort?
Remarquez ça a sauvé 100 000 vies en France ( source indépendante)
D autres part l’expansion qui l ont appliqué tardivement ou dans le déni sont ceux qui ont le plus de morts ( usa royaume uni Brésil...)
Réponse de le 02/06/2020 à 21:21 :
Ah bon vous pensez avoir raison seul et les centaines de pays qui l ont applique tort?
Remarquez ça a sauvé 100 000 vies en France ( source indépendante)
D autres part les pays qui l ont appliqué tardivement ou dans le déni sont ceux qui ont le plus de morts ( usa royaume uni Brésil...)
Réponse de le 03/06/2020 à 23:09 :
En effet il faudra une AUtre catastrophe de cette ampleur ou que les Acteurs soient au seuil de la Mort qu'on tire ce type de conclusion. On est au milieu du Gué, les conformistes petit malin on encore Beau Jeu. Néanmoins on peut dire qu'avec le recul on l'a échappé Belle il y a quelques années avec la crise du SRAS.
a écrit le 02/06/2020 à 16:39 :
la récession s'aggrave en France

Beh oui, la parole de Macron et de Lemaire ne valent rien de concret, on nous déverse des boniments :

1er scénario :
les banques font remplir des dossiers de PGE Covid-19, les entreprises ... totalement éligibles au regard des critères requis ... envoient leur demande rigoureusement avec le formulaire ad hoc ... puis elles recoivent une "offre de prêt" ... remplissent les documents avec soin ... fournissent un volume énorme de pièces complémentaires ... adressent en multiples exemplaires dûment signés tous les documents ... par mail ... et par poste ...
et puis plus rien ne se passe ... pas d'accusé réception du dossier, pas d'accusé réception de lecture ...

2ème scénario :
les banques font remplir des dossiers de PGE Covid-19, les entreprises ... totalement éligibles au regard des critères requis ... envoient leur demande rigoureusement avec le formulaire ad hoc ... puis elles recoivent un refus ... sans aucun motif ... puis les entreprises sollicitent d'obtenir un motif du refus ... et là plus rien ... pas réponse ... pas même l'accusé de lecture et de réception automatique par retour mail ... pas la moindre expression de la plus élémentaires politesse ...

oui oui la parole de Bruno Lemaire et de d’Emmanuel Macron sont sans effet ... inutiles ...
Réponse de le 02/06/2020 à 21:19 :
C est bien de critiquer... mais vous ne proposez rien comme tous ceux qui vous ressemble populiste extrémiste etc... que feriez vous? Sur quelle légitimité économique démocratique vous appuierez vous?
a écrit le 02/06/2020 à 15:16 :
Pour la récession dont la décroissance sera de 11% c'est en grande partie la faute de ce gouvernement qui a choisi un confinement dur.
C'est astronomique ce chiffre, Bruno Lemaire devrait démissionner pour incompétence.
En fait tous les politiques français ne savent pas gérer ni une situation normale ni une situation de crise.
Tant que l'on aura ces politiques on ne pourra pas redresser la France économiquement.
Réponse de le 02/06/2020 à 19:56 :
Ce n'est pas Lemaire qui a choisi le confinement. Il a juste pris les mesures pour accompagner un choix qu'il na pas fait.
a écrit le 02/06/2020 à 14:28 :
...et si le gouvernement (complètement muselé par le lobby sanitaro médical) continue sur cette lancée, dans cette folie hygiéniste, la récession sera chaque jour un peu plus profonde.
Les dégâts à terme seront incomparablement plus dévastateurs que le virus, pouvant entraîner des épisodes Gilets Jaunes, voire Mai 68 et sembler après coup à de douces agitations.
Réponse de le 02/06/2020 à 17:41 :
@Valbel89: Je refuse d'avouer vous avoir lu; mais j'espère que notre Gouvernement et sa Chambre (de Ses députés) ont pris toutes dispositions pour prévenir (et interdire, bien entendu!) les suicides et toutes manifestations de désespoir. Nos énarques Savent et Ils avaient prévu...
Réponse de le 02/06/2020 à 19:07 :
"voire Mai 68"

François de Closets : « La génération prédatrice du « toujours plus », née autour de 1950, devrait avoir honte »
N’éprouvent-ils pas de la gêne, pour ne pas dire de la honte, en regardant leurs enfants et petits-enfants ? Ne sont-ils pas conscients d’appartenir à une génération prédatrice qui laisse à ses descendants une nature dévastée et 2 000 milliards d’euros de dettes accumulées sans la moindre justification ? Croient-ils vraiment que nous n’y sommes pour rien ?
Notre génération du « toujours plus » a fixé la retraite pour tous, et pas seulement pour les ouvriers, à 60 ans , mettant ainsi cinq années de plus à la charge de nos enfants.J’éprouve une immense gratitude vis-à-vis des moins de 60 ans qui ont accepté ce sacrifice, qu’ils vont payer très cher, pour nous sauver. Les auteurs de la tribune le rappellent eux-mêmes : le Covid-19 ne représente une menace mortelle que pour les plus de 64 ans. Les jeunes générations pouvaient parfaitement vivre avec et laisser mourir les anciens. C’est d’ailleurs ce que notre génération a fait, entre 1968 et 1970, avec la grippe de Hongkong, tout aussi géronticide. Nous n’avons pas, que je sache, arrêté le pays pour sauver nos parents. Donc nous sommes redevables aux moins de 60 ans et devons apporter tous nos efforts à la lutte contre l’épidémie.
a écrit le 02/06/2020 à 14:00 :
La récession n'est pas pour tous. Regardez le CAC 40 et vous comprendrez ou sont allées les aides du gouvernement et de l'Europe. En plus le capitalisme veut un allongement de la durée du temps de travail et maintenant avance doucement sur une réduction des salaires.
On a calmer les gilets jaunes "ceux d'en bas comme s'amusait à le dire un homme politique" avec des chèques et maintenant des primes pour l'achat d'un véhicule propre.
Comment après tout cela et après cette crise du CODIV-19 les enfants aient envies de faire des études. A quoi servent-elles à part de demander des jours, des mois et des années d'apprentissages jusqu'à BAC-5 et voir plus, pour avoir des responsabilités et faire des heures pas possible, alors que tout en bas de l'échelle en France c'est le paradis terrestre.
Réponse de le 02/06/2020 à 16:41 :
le petit monde de la finance qui tient la BCE s'est gavé
On paiera les pots cassés
Réponse de le 02/06/2020 à 21:15 :
CAC 40 avant covid = 6000. Aujourd hui 4800. soit -20 % ... pas vraiment une bonne affaire non ?
a écrit le 02/06/2020 à 13:27 :
""C'est l'optimisme qui règne aujourd'hui", assure Hervé Becam, vice-président confédéral de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih)"

Le problème de n'importe quelle structure de défense des intérêts de tel ou tel groupe d'individus, elle a d'abord intérêt à sa subsistance avant celui de ceux qu'elle déclare défendre, si jamais sa subsistance doit passer par une tromperie envers les gens qu'elle est supposée défendre elle le fera, s'en cachant au maximum bien évidemment.

Tout va bien ? Ben on y croit pas une seconde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :