Déconfinement des aéroports : ADP et la région Ile-de-France misent sur l'innovation

Un mois après avoir lancé un appel à projets baptisé "Safe Travel Challenge", visant à identifier, qualifier et tester de nouvelles solutions pour accompagner la reprise progressive du trafic aérien, le groupe ADP et Choose Paris Region dévoilent, dans La Tribune, les lauréats.
César Armand
Le terminal 2E de CDG.
Le terminal 2E de CDG. (Crédits : ADP)

Chez ADP, l'innovation n'est ni un gadget ni une découverte tardive. Depuis quatre ans, l'opérateur aéroportuaire mène une démarche "Innovation Hub" qui repose sur trois piliers. Au-delà de l'organisation annuelle d'un concours de startups dans les aéroports, l'ex-Aéroports de Paris est connecté à plusieurs écosystèmes pour "chercher, écouter et ouvrir", déclare à La Tribune Edward Arkwright, directeur général exécutif. Le groupe développe également une douzaine d'expérimentations pour innover dans l'ensemble de ses métiers, de même qu'il soutient les entrepreneurs dans la durée au travers de prises de participation minoritaires (10 en quatre ans) et qu'il souscrit à de grands fonds d'investissement.

"Redonner le goût de voyager" (Arkwright)

C'est pourquoi, dès le début de la crise sanitaire, l'innovation est apparue comme "un levier incontournable" pour "créer un écosystème de confiance" et "redonner le goût de voyager" aux passagers, explique son directeur général exécutif. ADP a alors décidé d'organiser un concours portant sur trois thématiques : prévention-respect des gestes barrières-nettoyage, solutions de détection individuelles/collectives et développement de nouveaux services.

Le groupe s'est alors tourné vers l'agence d'attractivité de la région Île-de-France "qui, grâce à son implantation internationale, nous a aidés à recevoir 309 dossiers venant du monde entier", dit encore Edward Arkwright. Présent en Europe, aux Etats-Unis et en Chine, Choose Paris Region a en effet cette capacité à suivre des jeunes pousses et d'être consulté quasi-systématiquement par les grands groupes. "Nous sommes au cœur de l'innovation", relève son président Franck Margain. "L'accouplement public-privé au quotidien est quelque chose d'assez nouveau, et nous pouvons être fiers d'avoir monté cela en cinq semaines", se félicite-t-il.

Outre le DG exécutif d'ADP, Bernard Giry, conseiller numérique, innovation et recherche auprès de Valérie Pécresse au conseil régional ; Guy Zacklad, directeur du HUB de Paris-CDG et des opérations sol d'Air France ; Carole Desnot, directrice Innovation et Recherche de la SNCF ; Frédéric Fontaine, vice-président senior de l'Innovation Lab d'AccorHotels ; Franck Mereyde, directeur général exécutif de TAV Airports constituaient le jury.

"Pour récréer un écosystème de confiance, nous avons besoin de l'intelligence collective et de l'innovation pour apporter de nouveaux services à nos clients, pour réinventer le voyage", insiste Edward Arkwright.

Mieux piloter les opérations de nettoyage

Dans la catégorie prévention, qui a reçu 151 dossiers, l'Américain Caspr est l'heureux lauréat. Il s'agit d'une technologie de désinfection naturelle de l'air et des surfaces, agissant par une transformation de l'oxygène et de l'humidité, permettant d'éliminer les agents pathogènes en continu pendant l'exploitation d'une infrastructure accueillant du public.

"Nous avions repéré la technologie, mais pas cette société. En l'installant dans les centrales de traitement d'air, cela pourrait optimiser les procédés de désinfection, s'agissant d'une solution qui traite de grands volumes en continu", détaille le DG exécutif de l'ex-Aéroports de Paris. "Nous devons maintenant travailler avec eux pour repérer une zone pertinente dans un terminal et la tester dès que possible. Il est très important de trouver le meilleur endroit qui soit le plus efficace et le plus utile", ajoute-t-il.

 Tunnel autonome de désinfection par rayons ultraviolets pour les bacs utilisés par les passagers pour y déposer leurs effets personnels au contrôle de sécurité des aéroports, Detekin est finaliste dans ce domaine, mais "cette solution prometteuse pourrait au-delà du secteur aéroportuaire être utilisée dans les hôtels ou par d'autres acteurs du secteur du tourisme", estime Edward Arkwright.

Dans la rubrique détection (90 dossiers), le Français Rubix S&I est le grand gagnant. Avec des capteurs multi-sensoriels et multi-usages, il permet notamment par la détection d'odeurs et de micro-particules d'analyser la fréquence et la durée d'application d'une désinfection ou d'un nettoyage d'espace.

"Déjà primé lors du dernier Paris Air Forum avec La Tribune, le Groupe ADP a par ailleurs pris une participation dans cette entreprise. Aussi, je me suis mis en retrait du vote, mais elle a convaincu nos partenaires", relève le DG exécutif. "Cette technologie pourrait devenir une brique essentielle pour nous permettre de mieux mesurer la qualité et mieux piloter les opérations de nettoyage, un point crucial de la réassurance des clients", poursuit-il.

A la catégorie des nouveaux services, c'est encore un Français qui triomphe sur 68 dossiers: Vivoka, une solution de commande vocale pouvant être implémentée sur les différentes étapes du parcours passager, sur un ensemble d'interfaces. "Indiscutablement un champ d'avenir pour les métiers de l'hospitalité", commente Edward Arkwright.

Mention spéciale enfin à l'hexagonal Outsight, lidar 3D permettant de suivre un flux de personnes, en mesurant  les distances, les formes et la taille des objets. "Cela permet une analyse des flux et des regroupements, ce qui peut s'avérer très utile dans le contexte sanitaire", explicite le DG délégué du groupe ADP.

La "première vitrine de l'attractivité" (Margain)

 "Après cette phase d'expérimentation à Paris, nous pourrons envisager le déploiement dans la capitale et dans d'autres aéroports de notre réseau", précise Edward Arkwright. "Bien sûr, nous aurions pu travailler avant avec ces sociétés, mais une démarche d'open-innovation comme celle-ci est extrêmement complémentaires du sourcing que nous avions commencé à faire avec la direction des achats et les directions métiers" ajoute-t-il.

En cette période de déconfinement, "il est très important de lancer les bons messages", martèle de son côté le président de Choose Paris Region. La pandémie ayant créé une peur de voyager, certains professionnels l'ont relégué de priorité à quelque chose de moins primordial. Il a en effet été possible de faire des réunions en télétravail de même que des voyageurs ont redécouvert qu'ils pouvaient partir à côté de chez eux.

"Cela a impacté le business et l'activité des aéroports", relève Franck Margain. "Un aéroport, c'est la première vitrine de l'attractivité pour le businessman comme pour le tourisme. Ce n'est pas négligeable. Aussi faut-il offrir de meilleurs services, de la propreté, en bref, le rendre plus agréable", conclut-il.

Lire aussi : Attractivité de l'Ile-de-France: excellent cru 2019, débuts prometteurs pour 2020

César Armand

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 29/05/2020 à 18:54
Signaler
Bon, si je ne me trompe pas, on peut privatiser ADP maintenant ? Histoire de bien renflouer les caisses de l'état.

le 30/05/2020 à 7:34
Signaler
@Panoramix: D'accord, à condition de confier la gestion des sommes récoltées à d'autres que les gouvernements français.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.