Déconfinement des aéroports : ADP et la région Ile-de-France misent sur l'innovation

 |   |  1086  mots
Le terminal 2E de CDG.
Le terminal 2E de CDG. (Crédits : ADP)
Un mois après avoir lancé un appel à projets baptisé "Safe Travel Challenge", visant à identifier, qualifier et tester de nouvelles solutions pour accompagner la reprise progressive du trafic aérien, le groupe ADP et Choose Paris Region dévoilent, dans La Tribune, les lauréats.

Chez ADP, l'innovation n'est ni un gadget ni une découverte tardive. Depuis quatre ans, l'opérateur aéroportuaire mène une démarche "Innovation Hub" qui repose sur trois piliers. Au-delà de l'organisation annuelle d'un concours de startups dans les aéroports, l'ex-Aéroports de Paris est connecté à plusieurs écosystèmes pour "chercher, écouter et ouvrir", déclare à La Tribune Edward Arkwright, directeur général exécutif. Le groupe développe également une douzaine d'expérimentations pour innover dans l'ensemble de ses métiers, de même qu'il soutient les entrepreneurs dans la durée au travers de prises de participation minoritaires (10 en quatre ans) et qu'il souscrit à de grands fonds d'investissement.

"Redonner le goût de voyager" (Arkwright)

C'est pourquoi, dès le début de la crise sanitaire, l'innovation est apparue comme "un levier incontournable" pour "créer un écosystème de confiance" et "redonner le goût de voyager" aux passagers, explique son directeur général exécutif. ADP a alors décidé d'organiser un concours portant sur trois thématiques : prévention-respect des gestes barrières-nettoyage, solutions de détection individuelles/collectives et développement de nouveaux services.

Le groupe s'est alors tourné vers l'agence d'attractivité de la région Île-de-France "qui, grâce à son...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2020 à 18:54 :
Bon, si je ne me trompe pas, on peut privatiser ADP maintenant ? Histoire de bien renflouer les caisses de l'état.
Réponse de le 30/05/2020 à 7:34 :
@Panoramix: D'accord, à condition de confier la gestion des sommes récoltées à d'autres que les gouvernements français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :