Les poids lourds du CAC 40 toujours plus friands des rachats d'actions pour récompenser leurs actionnaires

Les rachats d'actions, alternatives aux dividendes pour la redistribution des profits d'une entreprise à ses actionnaires, ont atteints 3 milliards d'euros en août. Un record pour ce mois en France qui confirme une tendance observée depuis le début de l'année. Parmi les plus gros contributeurs se trouvent TotalEnergies, ArcelorMittal ou encore LVMH. Certaines de ces entreprises font aussi partie de celles ayant versé le plus de dividendes depuis le début 2022.
Sur les huit premiers mois de 2022, 18,1 milliards d'euros ont au total été consacrés à des opérations de rachats d'actions.
Sur les huit premiers mois de 2022, 18,1 milliards d'euros ont au total été consacrés à des opérations de rachats d'actions. (Crédits : STAFF)

À chaque mois (quasiment) son record en matière de rachats d'actions. Le mois d'août ne fait pas exception avec 3 milliards d'euros dépensés en rachats d'actions par les entreprises cotées sur l'indice élargi de la Bourse de Paris, le SBF 120, selon un rapport de la banque Natixis paru ce mardi 13 septembre.

C'est le plus haut montant atteint en France pour un mois d'août. Mais aussi une tendance en 2022 : c'était déjà la frénésie lors de six des sept premiers mois de l'année.

Ainsi, sur les huit premiers mois, au total, 18,1 milliards d'euros ont été consacrés à ces opérations. Un montant déjà au moins 50% supérieur aux rachats d'actions annuels entre 2017 et 2020. Puis, en 2021, ils avaient atteint 28,7 milliards d'euros, portés en décembre par l'opération exceptionnelle de L'Oréal (8,9 milliards d'euros), qui avait racheté une partie de la participation de Nestlé.

Pour rappel, les rachats d'actions sont une alternative aux dividendes pour la redistribution des profits de l'entreprise à ses actionnaires. Entre 2015 et 2020, le montant pour les rachats d'actions représentait entre 15% et 25% de la somme des dividendes versés, selon le décompte tenu par la lettre financière spécialisée Vernimmen, uniquement sur les entreprises du CAC 40.

Lire aussiFisher Investments Europe analyse les actions à dividende élevé pour un investissement à long terme réussi

Porté par les gros bénéfices

Les plus gros contributeurs sont les entreprises dont les bénéfices en 2021 et 2022 sont les plus importants, comme TotalEnergies (4 milliards d'euros annoncés en 2022 en deux fois), ArcelorMittal (3,4 milliards d'euros annoncés en trois fois), Axa (1,5 milliard d'euros annoncés en deux fois), ou encore LVMH (un milliard d'euros annoncé).

Au total, 15,3 milliards d'euros de rachats d'actions ont été annoncés en 2022. Les entreprises les mettent généralement assez rapidement en œuvre, même si d'autres, plus rares, annoncent des programmes sur plusieurs années.

« Les annonces de futurs nouveaux programmes de rachat d'actions intervenues depuis juillet nous laissent penser à ce stade que cette tendance est pérenne », note Cédric Richard, responsable syndication actions de Natixis CIB, en marge du rapport.

Lire aussiEn plein débat sur les superprofits, CMA CGM annonce des bénéfices stratosphériques : 7,6 milliards de dollars en trois mois !

Les dividendes versés battent aussi des records

Selon le rapport du gestionnaire d'actifs Janus Henderson publié fin août, les grandes entreprises françaises ont continué de verser au cours du deuxième trimestre des dividendes à des niveaux records. Avec 44,3 milliards d'euros versés, c'est même le meilleur deuxième trimestre pour le pays. À noter que, converti en dollars, le montant des dividendes en France n'atteint pas de record, du fait de la baisse de la monnaie européenne face à la devise américaine.

Dans le pays, « les dividendes ont augmenté de 32,7% au deuxième trimestre », soit un rythme « supérieur à la moyenne européenne », souligne Charles-Henri Herrmann, directeur du développement France et Bénélux de Janus Henderson, cité dans le rapport.

Quatre entreprises françaises figurent dans le top 20 des plus gros verseurs de dividendes du trimestre : BNP Paribas (6e), Sanofi (10e), Axa (12e) et LVMH (14e). Elles avaient cumulé 35 milliards d'euros de bénéfices nets en 2021.

Lire aussiHermès, LVMH, Kering, L'Oréal...:l'incroyable bonne santé des géants du luxe français

Au total, 1.200 entreprises du monde entier ont été étudiées par le gestionnaire d'actifs. Avec 544,8 milliards de dollars entre avril et juin versés sous forme de dividendes, elles ont en moyenne distribué 11% d'argent de plus qu'au cours de la même période l'an passée. Sur le plan mondial, 94% des entreprises ont maintenu ou augmenté leurs versements au cours du deuxième trimestre.

Avec cette dynamique, Janus Henderson a encore révisé à la hausse les estimations pour l'année 2022, avec des dividendes qui devraient atteindre selon eux 1.560 milliards de dollars, une hausse de près de 6% par rapport à 2021.

Lire aussiTotalEnergies : si les actionnaires rebelles n'aiment pas les émissions de CO2, "ils aiment le dividende" (Patrick Pouyanné, PDG)

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 13/09/2022 à 22:59
Signaler
Cet article aurait dû au moins mentionner que la "politique des buybacks" est une hérésie dénoncée depuis 2014, déjà. Des profits sans prospérité! Rappelez-vous, le prix HBR (Harvard Business Review) pour l’année 2014 a été attribué à l'économiste Wi...

à écrit le 13/09/2022 à 18:12
Signaler
En réalité les rachats d'action ne rémunèrent pas les actionnaires mais les courtiers et les dirigeants dont le bonus est adossé à valorisation spéculative boursière au lieu des profits. Le seul et unique moyen de rémunérer les actionnaires soit...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.