Les prévisions de recrutement des cadres s'effondrent

 |  | 1234 mots
Lecture 6 min.
Seules 10% des entreprises qui ont répondu à l'enquête veulent procéder à des recrutements.
Seules 10% des entreprises qui ont répondu à l'enquête veulent procéder à des recrutements. (Crédits : Reuters/Gonzalo Fuentes)
L'APEC prévoit une chute drastique de 30% à 40% des embauches de cadres cette année. Environ 170.000 recrutements seraient prévus en 2020... contre près de 300.000 l'année dernière.

Les nuages s'accumulent sur le marché du travail. Selon les dernières prévisions de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) rendues publiques ce jeudi 15 octobre, les embauches de cadres sont en chute libre avec 170.00 recrutements prévus cette année, contre 281.300 recensés en 2019. Avec la multiplication des foyers de contamination et le renforcement des mesures pour endiguer la circulation du virus, les perspectives économiques s'assombrissent. Dans leurs dernières prévisions, les économistes de l'OFCE anticipent une récession de 9% en 2020 avant un rebond de 7% en 2021. Lors d'un point presse ce jeudi matin, le directeur général de l'organisation des cadres, Gilles Gateau, a tiré la sonnette d'alarme.

"L'enquête montre un effondrement très important des recrutements de cadres, surtout par rapport au 300.000 prévus en début d'année. Les dernières annonces du chef de l'État vont sûrement abaisser ces prévisions. C'est une baisse de 30% à 40% par rapport aux intentions d'embauches initiales de 2020. C'est une baisse sans précédent par son ampleur et sa brutalité. C'est un choc très lourd. Des signaux étaient déjà visibles sur le nombre d'offres déposées sur le site de l'Apec en début d'année."

> Lire aussi : Vers une reprise poussive de l'économie française malgré le plan de relance

Le confinement a fait plonger le nombre d'offres

La mise sous cloche de l'économie tricolore au printemps et la fermeture de pans entiers de l'appareil...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2020 à 18:03 :
Le problème est, qu'en France, la gestion des ressource humaines se fonde sur la capacité à lécher, voire plus, et non sur les autres critères, (compétence, expérience, etc...), y compris pour les cadres. Les drh vont donc privilégier le maintien et/ou l'embauche du profil chefaillon frustré et incompétent qui, pour masquer ses turpitudes et ses pathologies psychiatriques, va passer son temps à harceler ses équipes moralement, sexuellement et autre...
a écrit le 15/10/2020 à 15:28 :
Retour aux métiers essentiels...
Réponse de le 15/10/2020 à 16:39 :
L'humilité pose que l'essentiel n'est pas toujours entre mes mains, les cadres nous en avons aussi besoin : quel monde pour être si aigri à dénigrer ceux que nous jalousons chaque jour...
Réponse de le 15/10/2020 à 16:42 :
L'humilité pose que l'essentiel n'est pas toujours entre mes mains, les cadres nous en avons aussi besoin : quel monde pour être si aigri à dénigrer ceux que nous jalousons chaque jour...
a écrit le 15/10/2020 à 14:35 :
Raaah, la schadenfreude des pastèques qui vont voir les centraliens et les sous-centraliens des arts&métiers arriver la queue entre les jambes pou mendier un job en CDD ...
a écrit le 15/10/2020 à 13:35 :
Cela ne fera pas de mal à cette nouvelle catégorie d'esclaves salariaux, moins il y en aura sur le marché et plus ils auront de valeur, moins leurs petits chefs pourront expulser leurs ressentiments sur eux, tant mieux pour ceux qui y sont déjà.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :