Plus de la moitié des entreprises ont stoppé leur activité pendant le confinement

 |  | 852 mots
Lecture 5 min.
Les économistes de l'Insee s'attendent à une récession encore plus violente au second trimestre avec des pertes abyssales au mois d'avril pour de nombreux secteurs. Le spectre d'une spirale récessive inquiète particulièrement les milieux économiques et financiers. (Photo d'illustration: le parvis du quartier d'affaires de Paris-La Défense totalement désert le 18 mars 2020, au lendemain de la mise en place du confinement en France.)
Les économistes de l'Insee s'attendent à une récession encore plus violente au second trimestre avec des pertes abyssales au mois d'avril pour de nombreux secteurs. Le spectre d'une spirale récessive inquiète particulièrement les milieux économiques et financiers. (Photo d'illustration: le parvis du quartier d'affaires de Paris-La Défense totalement désert le 18 mars 2020, au lendemain de la mise en place du confinement en France.) (Crédits : Reuters)
Les chiffres sont alarmants : 54% des chefs d'entreprise interrogés dans le cadre de la Grande consultation pour La Tribune, CCI France et LCI déclarent que leur activité a dû être interrompue au moins temporairement; 14% n’ont pas encore pu redémarrer, mais 40% ont toutefois repris leur activité au moins partiellement. Seulement 44% des entreprises ont poursuivi leur activité durant tout le confinement.

L'onde de choc du coronavirus a fait disjoncter l'économie française. Selon le dernier baromètre réalisé par OpinionWay pour La Tribune, LCI et CCI France, environ 54% des entreprise interrogées ont déclaré que leur activité a été interrompue au moins temporairement. À l'opposé, 44% des dirigeants ont affirmé que leur activité a continué pendant le confinement et se poursuit aujourd'hui. La mise sous cloche de l'économie tricolore pendant deux mois a obligé un grand nombre d'établissements à stopper toute activité. Le déconfinement, entamé le 11 mai dernier, a permis aux moteurs de l'économie de redémarrer progressivement. Les prévisions demeurent malgré tout pessimistes pour les semaines à venir. Les économistes de l'Insee s'attendent à une récession encore plus violente au second trimestre, avec des pertes abyssales au mois d'avril pour de nombreux secteurs. Le spectre d'une spirale récessive inquiète particulièrement les milieux économiques et financiers.

> Lire aussi : Malgré un rebond progressif, le risque d'une plus violente...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2020 à 11:10 :
La production va peut être reprendre, mais la demande ne sera certainement pas au niveau espéré. Nous savons désormais qu'à tout moment l'Etat a la possibilité d'imposer des mesures d'exception, antidémocratiques dont on voit aujourd'hui les résultats. Les problémes économiques vont s'amplifier, la caisse de résonance va renvoyer en échos multiples la place de l'Etat, son rôle, le contrôle démocratique, toutes choses qui devraient mettre en exergue les travers d'une V ème République désormais inadaptée...en route pour une VI ème République. Ce pourrait être à terme la conclusion de cette période.
Réponse de le 29/05/2020 à 12:18 :
Je crains qu'avec Macron ce soit en route vers la dictature. La confiscation du débat démocratique (confère l'inédite inutilité de l'AN et du Senat sous son règne) présente à leurs yeux trop d'avantages pour y renoncer.
Je n'ai entendu aucun parti politique sauf LFI pour remédier à cette situation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :