Près de 71.000 milliards de dollars ont été brassés par le "shadow banking" en 2012

 |   |  267  mots
Le système bancaire parallèle représentait en effet 26.000 milliards de dollars en 2002, 62 milliards en 2007 et continue donc de s'accroître depuis d'année en année.
Le système bancaire parallèle représentait en effet 26.000 milliards de dollars en 2002, 62 milliards en 2007 et continue donc de s'accroître depuis d'année en année. (Crédits : Reuters)
Le montant des sommes qui ont transité entre les acteurs de la finance de l'ombre ont augmenté de 5.000 milliards en 2012. En 10 ans, les avoirs du secteur de l'intermédiation financière non bancaire ont augmenté de 45.000 milliards de dollars.

Le "shadow banking" ne connaît pas la crise. Le montant des sommes qui ont transité entre les acteurs de la finance de l'ombre ont augmenté de 5.000 milliards en 2012 (soit une hausse de 8% contre 0,6% en 2011) pour se porter à près de 71.000 milliards de dollars, selon le rapport annuel du Conseil de stabilité financière publié ce vendredi.

Conséquence, les avoirs du secteur de l'intermédiation financière non bancaire représentent aujourd'hui près d'un quart du total de la finance mondiale.

De 26.000 milliards de dollars en 2002 à 71.000 millards de dollars en 2012

Et rien se semble pouvoir entraver la croissance du "shadow banking". Le système bancaire parallèle représentait en effet 26.000 milliards de dollars en 2002, 62.000 milliards en 2007 et continue donc de s'accroître depuis d'année en année. Un chiffre qui a de quoi inquiéter quant à la régulation ainsi qu'à la solidité du secteur financier.

Dans le rapport annuel, le patron du Conseil de stabilité financière, Mark Carney, affirme ainsi que :

Notre objectif, c'est que le "shadow banking" soit à l'origine de financement solide et transparent de l'économie et permette de diversifier les sources de financement de celle-ci. (..) Le conseil de stabilité financière va continuer d'augmenter sa surveillance en vue d'identifier les risques d'instabilités engendrés par le "shadow banking".

Pour rappel, il y a quelques semaines, le Conseil de stabilité financière a dévoilé plusieurs propositions visant à mieux encadrer le "shadow banking". Et Bruxelles avance peu à peu sur le sujet qui est extrêmement technique. Mais en attendant, la finance de l'ombre continue de prendre du poids.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2013 à 6:35 :
article "la tribune" de bernard cazeneuve le 17/11 sur le shadow banking ...
Je n'en revenais pas, je l'ai montré à ma femme, le ministre qui écrit des articles de presse ...
article remplacé par celui-ci !!!
a écrit le 18/11/2013 à 16:15 :
Quelqu'un connait-il l'équation qui permet de traduire les transactions d'une finance opaque, secrète en chiffres réels ?
a écrit le 18/11/2013 à 15:20 :
... et pendant ce temps, le commun des contribuables est taxé à mort.
Que ne dise plus qu'il faut se serrer la ceinture !!!
le monde est immensément riche !!!
mais la richesse est très mal répartie, en n'est redistribuée que très partiellement.
a écrit le 18/11/2013 à 14:26 :
Un sujet extremement technique...bien sur on y croit
a écrit le 18/11/2013 à 13:31 :
Tout va bien continuons
a écrit le 18/11/2013 à 11:44 :
Certains ne savent que l'on parle de 71 Billions de USD et non de 71.ooo milliards...
Je n'achete pas 1000gr de pomme de terre mais 1kg.
Réponse de le 19/11/2013 à 3:57 :
Ba non justement .... billion = milliard, trillion = mille milliards
"The shadow banking industry grew to about $71 trillion ...".
Certains f'raient mieux de se taire.
a écrit le 18/11/2013 à 9:58 :
Cela reste néanmoins raisonnable par rapport aux 500 000 milliards de dettes des états et municipalités et prêts étudiants aux US.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :