JPMorgan va supprimer des milliers d'emplois en 2014

 |   |  287  mots
Certaines opérations de détail, réalisées jusque là au guichet, seront désormais traitées par automates.
Certaines opérations de détail, réalisées jusque là au guichet, seront désormais traitées par automates. (Crédits : Reuters)
La banque américaine a annoncé la suppression de 5.000 emplois nets. Les activités de banque de détail, fortement affectées par la chute de la demande de prêts immobiliers, seront les plus touchées.

Après les annonces récentes des banques britanniques Barclays et Royal Bank of Scotland, c'est au tour de JPMorgan Chase de confirmer les rumeurs de suppression massive d'emploi pour 2014.

En marge d'une journée de présentation aux investisseurs, la première banque américaine en termes d'actifs a déclaré mardi qu'elle allait supprimer 5.000 emplois nets cette année. Au total, elle comptera 260.000 salariés fin 2014, contre 265.000 au 31 décembre 2013.

Recentrage sur la banque d'investissement

La banque de détail sera la première affectée avec une perte d'environ 8.000 emplois, touchant essentiellement le secteur du prêt à l'immobilier (6.000 emplois supprimés) et celui des prêts à la consommation (2.000 emplois supprimés). Certaines opérations jusque-là effectuées au guichet le seront désormais par des automates.

A l'inverse, JPMorgan compte renforcer sa banque d'investissement, avec le recrutement prévu de 200 banquiers spécialisés dans les investissements aux entreprises. La banque ne précise pas où le reste des emplois seront créés, donnant simplement le chiffre global des effectifs fin 2014.

Recul de 16% du bénéfice net en 2013

Malgré les allègements d'effectifs, le niveau des dépenses de rémunération de la banque restera équivalent à celui de 2013, à 59 milliards de dollars. Son patron, Jamie Dimon, a perçu des émoluments de 20 millions de dollars au titre de l'année 2013 - soit presque le double de sa rémunération totale en 2012.

A l'instar de nombre de ses confrères de Wall Street, de la City ou encore de Paris, l'établissement américain, qui a enregistré un recul de 16% de son bénéfice net sur un an à 17,9 milliards de dollars en 2013, essaie de recentrer ses efforts sur des activités clefs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2014 à 0:40 :
"The alleged participants were JP Morgan and..." 4 autres grandes banques d'affaires.
Canadian Compétition Bureau.
Scandale de la manipulation des taux du Libor , avec des conséquences sur TOUS les taux de crédit interbancaires , et sur les marchés de dérivés.
a écrit le 26/02/2014 à 11:22 :
Sage décision. Il fallait bien compenser l'augmentation du PDG.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :