Adina Grigoriu, DG d'Active asset allocation : actuaire, tradeuse et entrepreneure

 |   |  473  mots
Pascal Dumont (à g.), Directeur commercial Investisseurs Institutionnels, Adina Grigoriu (au centre) et Olivier Hiezely (à dr.), cofondateurs.
Pascal Dumont (à g.), Directeur commercial Investisseurs Institutionnels, Adina Grigoriu (au centre) et Olivier Hiezely (à dr.), cofondateurs. (Crédits : Active asset allocation)
« Un jour, je n'ai plus voulu que d'autres personnes décident de ma vie à ma place », raconte cette quadragénaire qui, en 2010, a décidé de monter sa société de conseil en ingénierie financière avec son associé.

Arrivée en France à l'âge de 14 ans depuis la Roumanie, Adina Grigoriu n'imaginait pas faire carrière dans la finance. Elle se voyait professeure de mathématiques ou travailler dans le commerce international aux côtés de son père. « Je voulais faire des études courtes », se souvient-elle en riant. Adina Grigoriu suit finalement des études d'actuariat, puis commence sa carrière comme tradeuse dans une petite salle de marché à Strasbourg. Elle occupe ensuite des postes d'asset manager au sein de BNPP AM, avant de rejoindre l'Edhec-Risk Institute, un centre de recherche spécialisé dans la finance quantitative. « Et puis un jour, je n'ai plus voulu que d'autres personnes décident de ma vie à ma place », raconte cette quadragénaire passionnée de sport automobile, dont on devine le fort caractère.

En 2010, Adina Grigoriu monte alors sa société de conseil en ingénierie financière avec son associé Olivier Hiezely. C'est la naissance d'Active Asset Allocation ou AAA. « C'était compliqué, car nous ne connaissions personne et n'avions pas d'argent. Nous avons démarré sur fonds propres », se remémore-t-elle.

Lire aussi : Maif Avenir investit dans la Fintech Active Asset Allocation, qui lève...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2019 à 10:35 :
"« Un jour, je n'ai plus voulu que d'autres personnes décident de ma vie à ma place »"

"ou travailler dans le commerce international aux côtés de son père"

C'est bien déjà de se sortir de la servitude mais plus facile quand même quand on fait partie des classes favorisées.

L'égalité se fera par le bas ou ne se fera pas.
Réponse de le 03/11/2019 à 20:30 :
Oui comme Macron une malheureuse lol
Réponse de le 04/11/2019 à 9:39 :
IL est très difficile à classer celui-ci parce que certainement incapable de se définir lui-même déjà.
Réponse de le 04/11/2019 à 11:53 :
PDG et DG en France sont des héritiers ! c'est pourquoi macron finance les start up en laissant croire que ceux ci seraient dirigés par d'autres gens, mais observé bien la chose, l'idée étant de laisser croire qu'ils ou elles se seraient faites par autre chose que les parents dont ils disposent.

Le story telling fonctionne quand les gens n'ont pas constater et ne se parlent pas ensemble.

A chaque fois c'est la même musique de l'étranger qui arrive et réussit ! c'est comme dans les grandes écoles, fils de diplomates et d'affairistes, car c'est une stratégie par la suite qui permet d'avoir des contrats.

Alors c'est beau le mythe lorsque l'on sait ce qui se passe dans les coulisses !
Réponse de le 04/11/2019 à 14:52 :
" l'idée étant de laisser croire qu'ils ou elles se seraient faites par autre chose que les parents dont ils disposent"

Non vous leur prêtez bien trop de pertinence, à mon avis il faut surtout générer de nouveaux débouchés pour la filiation oligarchique qui a déjà anéanti notre industrie, les gars ils vont pas aller hercher plus loin...

Regardez ils veulent générer une activité de joueurs de jeux vidéos professionnels ! Elle est pas belle la vie !? :-) Les gars ils sont toujours dans leur petite bulle, leur petit monde qui en concerne de moins en moins pourtant mais tellement habitués à ça...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :