Découvrez les décisions de BNP Paribas sur la rémunération de ses dirigeants

 |   |  312  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le conseil d'administration de la banque a décidé que les rémunérations variables attribuées seront, pour une part significative, différées sur trois ans et soumises, pour chaque année considérée, à une condition de rentabilité des fonds propres. Il en a précisé les montants. Découvrez-les en ouvrant cet article.

Dans son conseil d'administration du 22 mars 2010, BNP Paribas a arrêté la rémunération variable de ses dirigeants "sur proposition du Comité des rémunérations".

Retrouvez en cliquant ici le compte-rendu de ces décisions.

En rappelant que la banque avait bien résisté à la crise et que son résultat net par action a progressé de 74 %, le conseil d'administration a décidé que les rémunérations variables attribuées seront, pour une part significative, différées sur trois ans et soumises, pour chaque année considérée, à une condition de rentabilité des fonds propres.

"La proportion des rémunérations variables différées est de 50 % pour MM. Michel Pébereau, Baudouin Prot et Georges Chodron de Courcel et de 25 % pour M. Jean-Laurent Bonnafé. Le Conseil d'administration a ainsi arrêté les rémunérations variables versées en 2010 à € 280 000 pour M. Michel Pébereau, € 712 500 pour M. Baudouin Prot et € 450 000 pour M. Georges Chodron de Courcel. Une rémunération du même montant sera répartie sur les années 2011, 2012 et 2013 dans les conditions évoquées ci-dessus. En ce qui concerne M. Jean-Laurent Bonnafé, qui exerce, outre sa fonction de Directeur Général délégué du Groupe, la direction opérationnelle de BNP Paribas Fortis, la rémunération variable versée en 2010 a été fixée à € 633 926, le montant différé étant réparti sur 2011, 2012 et 2013."

Au passage, le conseil d'administration souligne "que le montant total des rémunérations variables attribuées au Président et au Directeur Général, y compris les montants
différés conditionnels, est en baisse de 37 % par rapport aux rémunérations attribuées au titre de 2007 et de 33 % par rapport aux rémunérations attribuées au titre de 2005, année pendant laquelle BNP Paribas avait réalisé un bénéfice similaire à celui de 2009."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2010 à 16:37 :
c'est intéressant de constater que ces pauvres malheureux hauts dirigeants de la BNP ne reçoivent désormais qu'un variable en baisse de 34%....qui reste quand même un matelas confortable, que dis-je très très confortable surtout comparé à une autre info : l'augmantation des retraites
au 1er avril prochain( ce n'est pas un poisson ou alors l'arête va nous étrangler),cette "augmentation des retraites sera de :0,4% soit pour iune retraite moyenne de 600 Euros mensuels un revenu "bonus" de près de :2,40 euros soit 28,80 par an pour 2010...même pas de quoi payer l'augmentation du prix du gaz par GDF....Encore bravo! ou devrai-je dire " chapeau"?
a écrit le 25/03/2010 à 16:29 :
c'est scandaleux et pourtant je pensais être de droite : quel génie peut avoir un monsieur comme Beaudoin Prot pour recevoir plus de 700 000 euros en plus de son salaire ????? je comprends que les patrons gagnent plus mais recevoir 500 fois le smic en bonus annuel, peut être 1000 fois le smic tout compris... plus les options .... comment est ce que l'ami beaudoin peut carburer toute l'année 1000 fois plus que l'employé du guichet ??? ou 500 fois plus que votre chargé de compte...
il devrait être épuisé !! et pourtant leur espérance de vie n'est pas si courte... Dans une période de crise où la France est en faillite, quelqu'un fera t'il un geste ??? juste pour la décence....
a écrit le 25/03/2010 à 15:09 :
je ne comprends pas j'ai mon compte a la bnp je ne prends que des obligations de la BNP et celle ci me fait payer d'énormes frais de garde alors pourquoi et qu'and on leur demande un service de prêt immobilier ils sont les derniers pour leur taux même si on est client a la BNP il n'y a pas de privilège
a écrit le 25/03/2010 à 8:16 :
Au delà de ces rémunérations exorbitantes et de celles des "fameux" traders, il faudrait peut-être aller regarder la rémunération des salariés de cette entreprise et des autres banques. Peu importe les années et les bénéfices colossaux engendrés depuis 15 ans, les salaires des employés et des cadres sont misérables par rapport au niveau des compétences requis et souvent de l'abnégation des personnels. Derrière leur costume cravate, bon chic bon genre, se cache des rémunérations de misère, avec des responsabilités, des risques extrêmement importants, et des journées, pour certains, de 11 heures de travail, et n'oublions pas le portable relié à la banque les week-end . A l'image de la politique gouvernementale, seuls la cast des hauts cadres de direction (souvent incompétents mais fins politiques) se partagent le pactole : bonus variable très importants, frais de déplacement illimités, appartement, maison dans les plus beaux quartiers, entretiens, voitures, chauffeurs, chauffage, téléphone, impôts locaux, etc et 1600 euros net pour un chargé d'affaires bac + 4 de 10 ans d'ancienneté. En clair et c'est le système français, le maximum à un petit nombre et le minimum à la masse. Tant que ça dure, et n'oublions pas, voter est un devoir démocratique.....
a écrit le 25/03/2010 à 8:09 :
HONTEUX, la Finance dirige le politique, il devrait y avoir un PLAFOND par rapport au SMIC, Merci les Francais d'avoir aide les Banques et surtout notre Président la
a écrit le 24/03/2010 à 21:09 :
alors là pas un commentaire ????
où sont les détracteurs des banques

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :