Le Crédit Agricole promet de se redresser en misant sur la banque de proximité

 |   |  301  mots
Copyright Reuters
La banque verte table en 2014 sur un produit net bancaire (PNB, le chiffre d'affaires des banques) supérieur à 40 milliards d'euros avec une baisse de quatre points du coefficient d'exploitation.

Le groupe Crédit Agricole et sa structure cotée en Bourse Casa ont dévoilé ce jeudi leur projet stratégique à l'horizon 2014 qui intègre les contraintes de futures règles prudentielles dites de Bâle 3. Elles le définissent ainsi "e?tre la re?fe?rence en Europe de la Banque universelle de proximite?", "une strate?gie qui s'appuie sur la croissance organique, l'effet groupe, l'engagement et la responsabilite?".

La banque verte table en 2014 sur un produit net bancaire (PNB, le chiffre d'affaires des banques) supérieur à 40 milliards d'euros avec une baisse de quatre points du coefficient d'exploitation (rapport entre revenus et charges, salariales notamment). Le résultat net part du groupe doit atteindre à cet horizon 9 à 10 milliards d'euros. Le ratio de solvabilite? dit Common Equity Tier 1 sera supérieur à 12.

Pour Casa, les prévisions 2014 donne un PNB de plus de 25 milliards d'euros, un coefficient d'exploitation supérieur à 60%, un profit net de 6 à 7 milliards,  une rentabilité des fonds propres (RoE, return on equity) de 10 a? 12%, un ratio Common Equity Tier 1 de plus de 8,75%, avec pour les actionnaires un taux de distribution du re?sultat en dividende de l'ordre de 35% de?s 2011 avec paiement en nume?raire.

Le Crédit Agricole donne aussi ses objectifs par métier. En banque de proximite?, il prévoit ainsi une croissance du PNB limitée en France (+ 2 a? 3% par an) mais plus soutenue à l'international (+ 10 a? 12% ) avec un gros effort sur le coefficient d'exploitation (- 7 points par rapport a? 2010) et un résultat net part du groupe de plus de trois milliards.

Il ne renonce pas à la banque de financement et d'investissement (Credit Agricole CIB) mais avec des ambtions limitées : un PNB d'environ 7 milliards, un coefficient d'exploitation inférieur à 60%, soit une baisse de plus de 6 points par rapport a? 2010 et un profit net de 1,8 milliard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :