Fraude à la carte bancaire : 50 victimes dans les Deux-Sèvres

 |   |  252  mots
Copyright Reuters
Plus de cinquante clients de la Banque Populaire Centre Atlantique ont été victimes d'une fraude au distributeur automatique. Les clients seront intégralement remboursés par la banque. Le montant du préjudice n'a pas été communiqué.

Plus de cinquante clients  de la Banque Populaire Centre Atlantique (BPCA) dans les Deux-Sèvres ont été délestés d'une partie de leur compte en banque. Ils ont été victimes de la technique du skimming *. La fraude concerne une dizaine de distributeurs automatiques de billets (DAB).

Les clients ont constaté que des retraits d'argent avaient été effectués lors du week-end prolongé du 15 août. Ils ont été effectués, selon la direction de BPCA, depuis le Pérou, l'Italie et les Etats-Unis.

Le réseau bancaire régional affecté par cette fraude couvre sept départements : Corrèze, Creuse, Dordogne, Haute-Vienne, Charente, Charente-Maritime et Deux-Sèvres. Il  a porté plainte mais n'a pas publiquement révélé le montant du préjudice.  « Les clients qui ont été victimes seront intégralement remboursés. La situation est aujourd'hui sous contrôle », a indiqué la banque. Selon le directeur général de BPCA, Pierre-Yves Dréan, des banques concurrentes de la région seraient également victimes d''escroqueries similaires. Il n'a toutefois cité aucun nom d'établissement.

* Venant du mot skimmer, qui est le nom d'un boîtier électronique caché dans la fente du distributeur automatique par le fraudeur. Lorsqu'un individu y insère sa carte, le skimmer enregistre ses données bancaires, ce qui permet ensuite de fabriquer de fausses cartes de crédits. Les fraudeurs équipent en parallèle le DAB d'une mini caméra ou d'un faux clavier indétectable pour enregistrer le code secret de la future victime.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2011 à 11:07 :
Il serait bien que les banques adoptent un DAB totalement lisse interdisant tout "ajout" ou "modification" avec écran tactile
a écrit le 19/08/2011 à 0:29 :
Ma banque m'a appelé il y a 3 jours concernant une tentative de retrait sur mon compte d'un montant de 600 euros aux Etats-Unis. J'avais effectué un retrait au distributeur de la banque populaire à St Maixent, en face du marché, dans la vingtaine de juillet. A priori tout est réglé, mais je ne pensais pas que cette escroquerie avait une telle ampleur. Et ma banque s'est bien gardée de m'en faire part! Ce n'est que quand un membre de ma famille de la région (j'habite en région parisienne) m'a dis qu'il avait été victime d'une tentative de retrait pour le même montant et dans le même pays que j'ai trouvé ça bizarre. Ce qui a été confirmé apparemment par les dires de la presse régionale et là sur internet!
a écrit le 18/08/2011 à 10:08 :
Bonnes nouvelles à tirer de cet article: les banques reconnaissent que les cartes bancaires peuvent être contrefaites et surtout assument leurs responsabilités et leurs obligations légales. Enfin, pas d'excès d'optimisme: UNE banque; on attend avec impatience les réponses des concurrentes, non seulement dans cette affaire mais pour tous les dossiers comparables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :