L'indécision de l'Eurogroupe ramène l'euro deux ans en arrière

L'euro repartait à la baisse face au dollar mardi, effaçant intégralement la tentative de rebond enregistrée en début d'échanges européens, dans un marché peu convaincu par les décisions adoptées dans la nuit par les ministres des Finances de la zone euro.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)

L'euro est passé sous 1,2250 dollar peu après 16h ce mardi, un nouveau point bas depuis le 1er juillet 2010. Les ministres des Finances des 17 pays de la zone euro ont mis au point, dans la nuit de lundi à mardi, un plan d'aide à l'Espagne qui pourrait, en cas de besoin urgent de la part des banques, se traduire dès la fin du mois par un versement de 30 milliards d'euros. Les ministres des Finances ont surtout accepté d'accorder une année supplémentaire à l'Espagne, jusqu'en 2014, pour retrouver les 3% de déficit public par rapport au PIB. Mardi, le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, a précisé qu'en échange, Madrid devrait présenter d'ici fin juillet un plan d'ajustement pour 2013 et 2014. L'objectif est désormais de parvenir à un déficit public de 6,3% cette année, 4,5% en 2013 et 2,8% en 2014, selon lui.

Les principales décisions de l'Eurogroup ont toutefois été reportées à la réunion du 20 juillet prochain. Si le communiqué évoque à nouveau une « position commune » sur la recapitalisation des banques espagnoles, les détails du plan ne seront pas annoncés avant le 20 juillet. Quant au MES, il ne devrait pas intervenir avant septembre.

De nombreux détails sur la mise en oeuvre des plans ne sont pas connus

La situation économique de la Grèce a également fait l'objet de discussions. Le versement de la prochaine tranche d'aide à Athènes n'aura pas lieu « tant que l'Eurogroupe n'aura pas constaté que le programme est de nouveau sur les rails », auraient prévenu les ministres des finances. Concrètement, aucune décision n'a toutefois été prise, ni sur la Grèce, ni sur Chypre.

"Il n'y a pas eu grand chose de vraiment nouveau dans (les décisions de) l'Eurogroupe, qui a confirmé une bonne partie de ce qui avait été annoncé lors du sommet européen (des 28 et 29 juin), mais les détails sur le moment et la mise en oeuvre du plan de recapitalisation des banques (espagnoles) restent encore imprécis", observaient les analystes de Lloyds Bank. Selon eux, "ces incertitudes sur le détail (du plan d'aide) restent trop nombreuses, et cela devrait probablement maintenir l'euro sous 1,24 dollar" dans un marché nerveux.

Le relâchement des conditions imposées à l'Espagne "ne génère pas exactement de la confiance sur les mécanismes destinés à enrayer les déficits" au sein de la zone euro, et "il est hautement improbable que ce plan de sauvetage redonne confiance aux investisseurs", relevaient les experts de Commerzbank. Preuve de la défiance toujours élevée des opérateurs, les taux obligataires à 10 ans de l'Espagne se relâchaient quelque peu, mais restaient proches du seuil de 7% jugé ingérable sur la durée.

 

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 17/01/2013 à 12:59
Signaler
Faut-il sortir de l'Euro de Jacques Sapir, éditions du Seuil (2012) De la Grèce à l'Italie, en passant par l'Irlande, le Portugal et l'Espagne, la zone Euro est en feu. La Monnaie Unique censée nous protéger se révèle un piège dangereux. Tout cela av...

à écrit le 10/07/2012 à 20:37
Signaler
a quoi ca sert un euro trop fort? l'europe ferait mieux de gonfler sa diplomatie et re-imposer des contras petroliers en euros plutot qu'en dollars ....

à écrit le 10/07/2012 à 19:44
Signaler
Votre titre est très mal choisi et reflète l'aveuglement général face à la réalité de la monnaie. Vous laissez sous-entendre qu'il s'agit-là d'une régression. Hors la valeur du taux, haut ou bas, n'est pas synonyme respectivement de bien ou mal.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.