Libor : les plus grandes banques mondiales poursuivies en justice

 |   |  241  mots
Le régulateur américain accuse les grandes institutions financières d'avoir manipulé de façon concertée ce taux à leur avantage. (Photo : Reuters)
Le régulateur américain accuse les grandes institutions financières d'avoir manipulé de façon concertée ce taux à leur avantage. (Photo : Reuters) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
De nombreuses banques sont concernées par cette action judiciaire qui fait suite au scandale du Libor survenu en juin 2012 et qui ont entraîné la faillite de certaines banques, de petite et moyenne taille.

L'agence américaine de garantie des dépôts bancaires, la FDIC, a lancé une action judiciaire contre une série de grandes banques mondiales pour manipulation supposée du taux interbancaire Libor, selon un document judiciaire consulté vendredi.

Cette action concerne nombre de banques sur différents continents dont les américaines JPMorgan, Citigroup et Bank of America, les suisses UBS et Credit Suisse, les britanniques HSBC, Royal Bank of Scotland, Lloyds et Barclays, la française Société Générale, l'allemande Deutsche Bank, la canadienne Royal Bank of Canada, ou encore la japonaise Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ.

Taux central dans le monde de la finance, le Libor, qui est fixé à Londres, a une incidence sur une masse de produits financiers, dont certains prêts aux ménages et aux entreprises.

Manipulation du taux au détriment des banques de plus petites banques

Le scandale du Libor avait éclaté en juin 2012 avec une amende infligée par les autorités américaine et britannique à Barclays.

Dans sa plainte, le régulateur américain accuse les grandes institutions financières d'avoir manipulé de façon concertée ce taux à leur avantage, mais au détriment de 38 banques américaines de petite et moyenne taille.

Les faits, qui se seraient déroulés du mois d'août 2007 à "au moins mi-2011", leur ont causé "d'importantes pertes", selon les termes de la plainte. Certaines d'entre elles ont fait faillite depuis, selon la FDIC.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2014 à 22:51 :
bien évidemment et comme a chaque fois il semblerait que goldman sach s'en sort...
a écrit le 15/03/2014 à 8:48 :
les memes faits se répètent et malheureusement on a pas encore tout vu dans ce domaine , la crise de 1929 qui devait être apprise ne l'est plus .. on le constate encore avec vos articles bien construits , navrant de voir comment la cupidité humaine a dépassé les bornes , cette gloutonnerie infâme et abjecte tue des entreprises saines qui ont déjà du mal a exister et a survivre durablement , par contre les gloutons eux passent encore par de petites réprimandes .. dans les années 30 suite aux leçons de la crise de 29 , les réprimandes furent plus violentes et les pouvoirs publics avaient le droit de nationaliser des corps bancaires malades de leur gloutonnerie .. aujourd'hui ils rigolent .. jusqu'à la lie
a écrit le 15/03/2014 à 8:05 :
Encore la générale ...les pauvres, Kerviel leur aura vraiment tout fait !!!
À moins que...noooon, il n'y serait pour rien ! Mais alors...ce serait cet établissement pas foutu de surveiller un trader qui manipulerait un des principaux taux mondial ! Pas possible.
a écrit le 15/03/2014 à 0:21 :
Tant que les états ne reprendront pas la main sur la finance, la fête continuera pour les banquiers. Ils vont être condamnés à des amendes de quelques dizaines de milliards de dollars, la belle affaire, ils en ont gagné des milliers.
Réponse de le 15/03/2014 à 11:16 :
Oui, remettre les banques dans le giron des hommes politiques pour une gestion de bon père de famille quelle idée lumineuse pour replacer un peu de vertu au coeur du système financier...
Réponse de le 15/03/2014 à 13:46 :
C'est est dans le giron de la justice que les banques doivent être remises. Et il faut interdire les accords à
L'amiable avec les régulateurs. Les banques et les financiers doive,tu être soumis à la vraie justice et non pas à des régulateurs complaisants qui prouvent en permanence, ce leur intérêt, capacité et laissent les financiers frauder en toute impunité. Combien de finale, chers fraudeurs ont été envoyés en prison ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :