« Climat : notre responsabilité est d’agir mais la responsabilité incombe aussi à toute la société » (Dominique Lefebvre, Crédit Agricole)

 |  | 1333 mots
Lecture 7 min.
Pour Dominique Lefebvre, président du Crédit Agricole, la crise va accélérer la prise de conscience des enjeux climatiques.
Pour Dominique Lefebvre, président du Crédit Agricole, la crise va accélérer la prise de conscience des enjeux climatiques. (Crédits : DR)
ENTRETIEN. Engagé mais pas procureur : tel est le message du Crédit Agricole, dixième groupe bancaire mondial, présidé historiquement par un agriculteur, pour sa stratégie Climat. Pour La Tribune, Dominique Lefebvre, président du conseil d’administration de Crédit Agricole SA, structure faitière cotée du groupe mutualiste, tire les premiers enseignements de la crise sanitaire sur sa politique sociale et environnementale et souligne les nouveaux enjeux, notamment sur la biodiversité.

LA TRIBUNE - Pensez-vous que la crise sanitaire va changer votre façon d'exercer le métier de banquier ?

 DOMINIQUE LEFEBVRE - Cette crise dure déjà depuis longtemps et nous avons donc moins de chance de retomber sur les traces que nous avions laissé avant la pandémie. Je ne parle pas uniquement du télétravail, mais bien d'un impact sur l'ensemble de l'organisation et des relations au sein du groupe. Autre point fondamental, l'importance de l'humain dans la relation client, surtout dans des situations imprévues. Cela renforce notre conviction que l'humain ajoute beaucoup à tout ce que le digital peut apporter. Enfin, cette crise a mis en lumière la responsabilité collective de notre société. C'est bien sûr plus difficile à appréhender et cela suscite de nombreux débats. Ce qui est certain, c'est que cette crise a permis une prise de conscience très forte sur les enjeux climatiques et sur la société dans laquelle nous voulons vivre. En cela, il y aura bien un « avant » et un « après » Covid.

Cette crise va-t-elle influer sur votre plan climat, que vous avez présenté en juin 2019 ?

Le changer, non. Mais l'accélérer, certainement. Désormais, ce sont nos clients qui nous le demandent, et plus seulement les ONG en assemblée générale. Nous avons également une forte attente de nos salariés, notamment les plus jeunes qui manifestent de nouvelles exigences pour l'entreprise dans laquelle ils souhaitent travailler. C'est un terrain complètement nouveau. C'est l'affaire de tous ! C'est très stimulant que tout le monde s'interroge sur cette responsabilité collective.

Vous comptez aller plus vite sur votre calendrier de sortie de la filière charbon ?

Il ne faut pas nous faire le procès que nous n'allons pas assez vite sur le charbon. La réalité est que le Crédit Agricole est le reflet de l'économie du pays. Notre responsabilité est certes d'agir, soit par les financements, soit par les investissements, et peut être plus encore par le dialogue avec nos clients, mais la responsabilité incombe à toute la société. Et si nous avons une économie qui continue d'être sur une trajectoire d'une augmentation de quatre degrés de la température moyenne, il sera difficile pour nous de s'y extraire. Nous sommes bien tous dans une dynamique collective.

Cette pandémie a-t-elle remis sur le devant de la scène la question de la biodiversité ?

Le GIEC attribue une responsabilité importante du changement climatique sur la dégradation de la biodiversité. Les deux sujets sont donc étroitement liés. En tant qu'agriculteur, j'ai pu assister à l'effondrement de la biodiversité ces vingt dernières années, avec la baisse du nombre d'oiseaux et d'insectes, et des changements d'espèces. Or, les agriculteurs ont besoin de la biodiversité, qui est notre meilleure alliée pour nos exploitations, notamment pour réguler les ravageurs. La biodiversité reste cependant un sujet mal maîtrisé. Nous avons lancé une étude en partenariat avec le Muséum national d'Histoire naturelle pour mieux qualifier les ressorts de la biodiversité dans les espaces ruraux. Après près d'un siècle d'amélioration des cultures, nous avons toujours énormément de retards à combler sur cette question de la biodiversité.

Quel rôle doit avoir le Crédit Agricole pour accompagner le secteur agricole dans sa transition énergétique ?

Nous pouvons inciter nos clients à mieux prendre en compte la nouvelle demande sociétale qui est désormais adressée à l'agriculture. Le secteur est clairement à un nouveau tournant. Il a réussi à nourrir la population, puis à exporter. Aujourd'hui, la société a de nouvelles exigences : certains veulent des produits bio, beaucoup souhaitent des produits locaux et tous aspirent à des produits de qualité à des prix compétitifs. Ce qui renvoie au débat sur l'alimentation des plus modestes, qui représente toujours le principal défi de l'agriculture française. C'est forcément un long processus et le Crédit Agricole doit accompagner sur la durée les exploitations pour leur permettre de se développer dans un environnement et un marché qui n'existaient pas il y a 20 ans. Nous mettons ainsi en place toute une batterie d'outils, de diagnostics et de financements spécifiques. Mais nous ne souhaitons pas pour autant nous inscrire dans une attitude péremptoire et dans l'exclusion. Nous finançons les projets de méthanisation mais sous la condition qu'ils soient acceptés par les autorités locales et le voisinage.

Pourquoi, selon vous, le secteur bancaire est relativement mal noté par les agences de notation sociale ?

Les banques financent l'économie et l'économie n'est pas encore décarbonée. Peut-être aussi existe-t-il un déficit d'explications vis-à-vis des agences de notation sociale. Dans le cas du Crédit Agricole, qui est un groupe mutualiste, présidé par un agriculteur, nous avons une gouvernance qui intègre les acteurs de la société dans nos structures de décisions. Ce sont ces ressorts internes, presque intimes, qui nous permettent d'être des témoins en prise directe avec ce qui se passe sur le terrain, et ce au plus haut niveau du Crédit Agricole. Mais la spécificité mutualiste n'est pas encore réellement perçue en France, et encore moins en Europe, comme une véritable implication dans la gouvernance.

Le Crédit Agricole s'est doté en 2019 d'une « raison d'être ». Comptez-vous adopter le statut d'entreprise à mission prévue par la loi Pacte ?

Cette question n'a pas été abordée en interne. A titre personnel, je m'interroge sur ce statut qui ne doit pas nous entraîner au-delà de ce que nous souhaitons faire, ni laisser au second plan les autres critères de performances. Si nous arrivons à faire vivre notre raison d'être qui est d'agir chaque jour dans l'intérêt de nos clients et de la société, ce sera déjà une grande réussite.

La filiale bancaire LCL vient d'annoncer un plan de réduction du nombre de ses agences bancaires. Quelle est la stratégie dans ce domaine du Crédit Agricole ?

Tout le monde est persuadé qu'il existe un lien entre le coût d'exploitation et la taille du réseau d'agences. Ce n'est pas complètement faux mais ce n'est pas surtout complètement vrai ! Nous en faisons la démonstration depuis plus de 20 an avec un coefficient d'exploitation parmi les plus bas du marché et un réseau parmi les plus denses en France. Ce qui ne nous empêche pas d'adapter en permanence notre dispositif aux attentes. Mais l'important n'est pas tant le nombre d'agence que le nombre de conseillers que nous mettons en face de nos clients. Quitte à les regrouper dans des agences de taille plus importante car il devient de plus en plus difficile, compte tenu d'une offre de services de plus en plus étendue, de maintenir des petites agences de 2 ou 3 collaborateurs.

Le Crédit Agricole trouve-t-il toujours un intérêt à avoir une structure cotée alors que les banques sont désormais valorisées bien en dessous de leur actif net ?

L'exigence en capitaux des établissements de crédit est effectivement adverse à leur valorisation en Bourse. Cela étant dit, la cotation offre toujours, à nos yeux, plusieurs avantages. Elle nous laisse tout d'abord la possibilité de faire appel au marché, notamment pour des opérations de croissance externe. C'est ainsi que nous avons pu acheter le Crédit Lyonnais. Ensuite, la cotation nous permet de nous « challenger » en permanence au marché et nous oblige, même si l'exercice peut paraître très contraignant, à expliquer et à défendre notre stratégie. Enfin, dans notre modèle, la structure cotée Crédit Agricole SA, n'a pas besoin d'être « alourdie » en capitaux car l'essentiel du capital excédentaire du groupe se situe au niveau des Caisses régionales. Les actionnaires de Crédit Agricole SA n'achètent pas du capital mais bien de la rentabilité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2021 à 19:12 :
La seule condition, c'est de ne pas suivre un dogme fabriqué par ceux qui construisent les rentes financières!
a écrit le 02/04/2021 à 16:19 :
De la part d'un banquier, profession irréprochable s'il en est, c'est plutôt comique 😁
a écrit le 02/04/2021 à 12:07 :
Les gens mélangent tout ... Il n'y a aucun rapport entre le climat et la banque, tout cela est parfaitement ridicule
Réponse de le 02/04/2021 à 16:54 :
Si vous ne voyez pas le rapport c'est que vous n'êtes pas assez informé. La compétitivité économique, notamment dans des domaines tenant du service public, nuit à l'environnement et au climat (car diminuer son impact environnemental a un coût). La course à la rentabilité de la part des investisseurs est donc nocif.
a écrit le 02/04/2021 à 8:45 :
Vu d'où vous partez vous autres banquiers on comprend bien que tout ceci doit être compliqué... mais en partez vous déjà ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :