Le marché de la Blockchain dans la finance va exploser selon IHS Markit

 |   |  579  mots
(Crédits : PwC)
Les revenus générés par des projets utilisant les technologies de registre distribué dans le secteur financier devraient dépasser 100 milliards en 2024 et atteindre 462 milliards en 2030 selon le cabinet IHS Markit. La finance restera le premier marché de la Blockchain dans la décennie à venir du fait des importants gains attendus de la suppression de certains intermédiaires.

Une croissance exponentielle dans les dix ans à venir. Le cabinet IHS Markit anticipe une très forte montée en puissance de la Blockchain - cette technologie née il y a dix ans avec le Bitcoin - dans l'univers de la finance. « À peine un jour se passe sans nouvelle annonce de banques et d'institutions financières qui utilisent la technologie Blockchain pour transformer des pans importants de leurs activités » relève le cabinet, qui vient de consacrer un rapport à la "Blockchain dans la finance".

Cette technologie de stockage et de transmission d'informations, qui permet des échanges décentralisés, sans organe de contrôle, et sécurisés, grâce à la cryptographie, trouvent de multiples applications dans la finance, en particulier dans le financement du commerce international (Trade Finance), les paiements transfrontaliers, les opérations de change, la gestion d'actifs, le règlement-livraison des opérations de marché ou l'assurance. Les projets sont en train de passer du stade de l'expérimentation à la mise en production.

« Compte tenu de l'augmentation prévue du nombre de projets blockchain qui devraient être lancés et déployés commercialement au cours des prochaines années, les revenus devraient atteindre 462 milliards de dollars d'ici 2030 » prédit IHS Markit.

En comparaison, le marché était estimé modestement à 1,9 milliard de dollars en 2017. Dès 2024, dans cinq ans, il pourrait dépasser les 100 milliards de dollars.

--

Blockchain finance projections IHS markit

[Le marché de la Blockchain dans le secteur financier en valeur, de 2017 à 2030 : évolution probable en vert, estimation haute en vert clair, estimation basse en bleu. Crédits : IHS Markit]

--

Supprimer des intermédiaires

Au cours de la décennie à venir, le marché financier mondial, incluant l'assurance et la Fintech, « restera le plus important marché en valeur d'utilisation de la Blockchain » selon IHS Markit. Même de menues économies peuvent représenter rapidement des montants importants en raison des sommes colossales en jeu, à l'échelle du marché des dérivés de gré à gré (plus de 500.000 milliards de dollars par an) ou des marchés boursiers mondiaux (plus de 70.000 milliards).

« En appliquant la Blockchain à la compensation et au règlement des titres en espèces - et plus particulièrement aux actions - les sociétés d'investissement pourraient économiser jusqu'à 12 milliards de dollars de frais », estime Don Tait, analyste principal chez IHS Markit, cité dans un communiqué. « Les blockchains peuvent également faire économiser de l'argent aux institutions financières, en éliminant nombre d'intermédiaires traditionnels impliqués dans le secteur financier » souligne-t-il. 

La Bourse suisse SIX compte développer une plateforme alternative de trading et de règlement-livraison utilisant les technologies de registre distribué pour les actifs numériques (tokens émis lors d'ICO par exemple) : son conseil d'administration décidera cet été de la date de lancement de cette future infrastructure de marchés baptisée SIX Digital Exchange (SDX).

« La Securities and Exchange Commission (SEC) aux États-Unis, la Financial Conduct Authority (FCA) au Royaume-Uni, la Monetary Authority de Hong Kong et d'autres organismes de régulation réagissent de manière positive à la technologie Blockchain dans le secteur financier. Le soutien de ces autorités réglementaires renforce la crédibilité de la technologie Blockchain en l'aidant à devenir plus conventionnelle », fait valoir, l'analyste d'IHS Markit.

La Banque de France a même déployé sa propre Blockchain de place, Madre, un registre interbancaire décentralisé, qui permet de délivrer instantanément les identifiants de créanciers SEPA (pour les virements et prélèvements).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2019 à 15:07 :
A force d'en parler, cela ne peut que fonctionner... comme toute chaine de Ponzy, et... , après..., on vous expliquera que cela n'a pas fonctionné faute de conviction!
a écrit le 12/02/2019 à 23:23 :
C'est assez rigolo de voir un objet totalement virtuel devenir une monnaie indépendante de toute nation.
Mais contrairement à la planche à billets totalement gratuite, les monero, euthérum et autres, la fabrication nécessite des pc équivalents à des pc de gaming très chers des milliers d'euro, consommant énormément de courant de l'ordre du kw/h et le bénéfice par unité est très faible, souvent pas plus d'un euro.
Il faudrait disposer d'une ferme solaire et des centaines de pc pour gagner sa vie.
a écrit le 12/02/2019 à 21:12 :
Il va falloir expliquer à Woerth et le Maire, deux des plus grandes intelligences supérieures du clergé républicain, qu' ils sont en train de faire l'impasse sur un marché estimé à 462 milliards par an qui ne concerne que la blockchain!
Avec les cryptomonnaies ce sera beaucoup, beaucoup plus!
a écrit le 12/02/2019 à 17:19 :
Si une telle étude était vraie leurs auteurs investiraient massivement au lieu de filer leurs tuyaux aux autres. C'est une énième campagne de lobbying, reste à savoir qui l'a commandée.
a écrit le 12/02/2019 à 14:07 :
Comme disait le petit comique "Mon ennemi, c'est la finance"....
a écrit le 12/02/2019 à 12:40 :
la transmission est sécurisée, le reste non !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :