Bruxelles veut faire de l'Europe "un centre mondial des Fintech"

 |   |  853  mots
Le financement participatif permet d'améliorer l'accès au financement, en particulier pour les startups et les autres petites entreprises souligne la Commission européenne qui déplore qu'il soit sous-développé dans l'UE par rapport à d'autres grandes économies mondiales.
"Le financement participatif permet d'améliorer l'accès au financement, en particulier pour les startups et les autres petites entreprises" souligne la Commission européenne qui déplore qu'il soit "sous-développé dans l'UE par rapport à d'autres grandes économies mondiales." (Crédits : UE)
La Commission européenne dévoile un plan d'action pour faciliter l'essor des startups de la finance, avec un statut harmonisé des plateformes de prêt participatif. Elle va élaborer une stratégie globale sur les technologies de registre distribué (comme la Blockchain) et formaliser les bonnes pratiques de "bac à sable" d'expérimentation réglementaire.

Rendre le marché financier "plus compétitif et plus innovant": c'est l'ambition affichée depuis plusieurs mois par Bruxelles, formalisée par exemple avec la nouvelle directive sur les services de paiement (DSP2), entrée en vigueur en janvier, et une consultation publique sur ce thème en juin dernier. La Commission européenne dévoile ce jeudi son plan d'action visant à "exploiter les possibilités offertes par les innovations technologiques dans le domaine des services", autrement dit la Fintech.

"L'objectif est que l'Europe devienne un centre mondial des Fintech" explique la Commission, "et que, dans ce secteur en plein essor, les entreprises et les investisseurs puissent tirer parti des avantages qu'offre le marché unique."

Et non l'inverse, se retrouvent freinées par des législations nationales divergentes. Ce qui peut-être le cas, notamment dans le financement participatif (crowdfunding), où la Commission prend ses premières mesures concrètes en proposant la création d'un label paneuropéen pour les plateformes.

"Un agrément au niveau de l'UE permettrait aux plateformes de financement participatif de gagner en envergure en Europe. Celles-ci seraient alors en mesure de mettre en relation investisseurs et entreprises dans toute l'Union européenne, ce qui donnerait la possibilité aux sociétés et aux entrepreneurs de présenter leurs idées à un public plus large de bailleurs de fonds", fait valoir Valdis Dombrovskis, le commissaire aux services financiers, dans le communiqué de la Commission.

Lire aussi : Quand le Medef convertit des PME au crowdlending

Faciliter les prêts aux PME

La mesure ne concerne pas le financement participatif sous forme de don ou contre récompense (à la Kisskissbankbank ou Ulule), ni les prêts à la consommation (comme Younited Credit) qui sont couverts par une directive sur le crédit conso. Elle se concentre sur les financements comportant une rémunération financière des investisseurs, qu'il s'agisse de prêts (crowdlending comme Credit.fr) ou d'émissions de parts ou d'obligations (comme sur WeShareBonds). Cependant, les campagnes de financement participatif de plus d'un million d'euros sur 12 mois "sont exclues de cette proposition" précise la Commission, car elles relèvent du règlement sur les prospectus et de la directive MiFID II.

"Le financement participatif permet d'améliorer l'accès au financement, en particulier pour les startups et les autres petites entreprises" souligne la Commission européenne qui déplore qu'il soit "sous-développé dans l'UE par rapport à d'autres grandes économies mondiales."

Le crowdfunding s'est particulièrement épanoui en France, où les pouvoirs publics ont très tôt, dès 2014, créé des statuts spécifiques : Conseiller en Investissement Participatif (CIP), Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) ou Prestataire en Service d'Investissement (PSI). Plusieurs acteurs majeurs ont émergé, notamment Lendix dans les prêts aux PME, qui s'est déjà implanté dans plusieurs pays européens. Mais les plus gros acteurs se trouvent au Royaume-Uni, où le marché s'est énormément développé.

Lire aussi : Lendix double sa capacité de prêts aux PME à 200 millions d'euros

Fintech crowdfunding lending UE

["Le financement participatif est encore sous-développé en Europe". Crédits : UE]

Les plateformes auraient désormais un guichet unique pour l'agrément et leur surveillance serait assurée par l'Autorité européenne des marchés financiers (AEMF ou ESMA en anglais), qui sera compétente pour infliger des amendes et retirer l'agrément en cas de violation grave. Elles seraient toutes soumises aux mêmes exigences (par exemple en matière d'informations et d'obligations d'honorabilité des dirigeants, c'est-à-dire l'absence de condamnation pour blanchiment). Les investisseurs bénéficieraient d'un régime protection commun.

Un Fintech lab et une stratégie Blockchain

Dans la vingtaine d'initiatives de ce plan d'action, la Commission met aussi l'accent sur la cybersécurité (des ateliers seront mis en place pour améliorer le partage d'informations en la matière) et la Blockchain ("chaîne de blocs", technologie prometteuse de stockage et transfert d'informations sécurisée).

 "La Commission présentera, dans le courant de l'année 2018, un rapport sur les problèmes et les potentialités des actifs cryptographiques et elle élaborera une stratégie globale en matière de technologie des registres distribués et de chaînes de blocs, couvrant tous les secteurs de l'économie", indique-t-elle.

Autre annonce : la Commission mettra sur pied un "laboratoire européen des technologies financières" ou "Fintech lab", au sein duquel les autorités européennes et nationales "dialogueront avec les fournisseurs de solutions technologiques dans un environnement neutre et non commercial."

Point qui plaira sans doute aux jeunes pousses : Bruxelles va aussi présenter un plan "répertoriant les bonnes pratiques en matière de sas réglementaire", ce que l'on appelle une "sandbox", un "bac à sable", cadre spécifique permettant aux Fintech de "tester leurs projets en situation réelle dans un environnement contrôlé", sous la surveillance d'une autorité de réglementation. Celle mise en place par les autorités britanniques est souvent montrée en exemple, ou celle de Singapour. "Les sas réglementaires rencontrent un succès croissant, surtout dans les marchés financiers développés" relève la Commission.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2018 à 14:02 :
Très bonne initiative! Enfin l'UE qui sert à quelque chose! L'Europe est un centre d'excellence pour les Fintech et doit garder cette place face aux géants américains et asiatiques.
a écrit le 09/03/2018 à 11:32 :
Bruxelles veut faire de l'Europe "un centre mondial des Fintech" et toujours sans demander notre avis, sommes nous toujours en démocratie!?
a écrit le 08/03/2018 à 19:09 :
Si elle ne nous fait plus rêver au moins elle nous fait bien rire.
a écrit le 08/03/2018 à 18:19 :
Je veute donc je peute!
a écrit le 08/03/2018 à 18:13 :
Start up, calm down...
a écrit le 08/03/2018 à 17:32 :
"La Commission européenne dévoile un plan d'action pour faciliter l'essor des startups de la finance" ... cela commencait bien....

puis :"Cependant, les campagnes de financement participatif de plus d'un million d'euros sur 12 mois "sont exclues de cette proposition" précise la Commission, car elles relèvent du règlement sur les prospectus et de la directive MiFID II."...
clap de fin...

les salariés des fintech ne seront surement pas des employés au SMIC. Quand on connait en France le poids des charges sociales, les couts d´exploitation...

pour une boite de 5 salariés avec des locaux à louer, le montant d´1 million d´euros sera cramé en 12 mois (je dirais meme moins). et cela sans faire de folies.
Quand on connait le cout des budgets marketing à déployer durant la première année , c´est mort... :-(

surtout si l´on est en concurrence avec des boites américaines ou asiatiques avec des budgets 50 fois plus gros.

et pour la France, le décret montebourg rendra encore plus difficile les acquisitions...
a écrit le 08/03/2018 à 16:51 :
Bruxelles veut ceci, Bruxelles veut cela, à part vendre l'Europe la doxa ultralibéral de "Bruxelles" nous mènent à la ruine. Et ce n'est pas avec un Macron de plus en plus dictatorial que ce la va changer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :