Goldman Sachs prépare déjà l'après-Blankfein et le post-trading

 |   |  404  mots
Le Pdg, Lloyd Blankfein, 63 ans, s'apprêterait à prendre sa retraite d'ici à la fin de l'année. Un seul candidat est désormais sur les rails pour sa succession : le banquier d'affaires David Solomon.
Le Pdg, Lloyd Blankfein, 63 ans, s'apprêterait à prendre sa retraite d'ici à la fin de l'année. Un seul candidat est désormais sur les rails pour sa succession : le banquier d'affaires David Solomon. (Crédits : Reuters)
La banque américaine, dont l'emblématique patron Lloyd Blankfein prendrait sa retraite d'ici à la fin de l'année, a annoncé le départ d'un des co-présidents, Harvey Schwartz, laissant le champ libre au banquier d'affaires David Solomon, DJ à ses heures perdues.

Transition accélérée à la tête de Goldman Sachs. En décembre 2016, un premier remaniement  de la direction était intervenu au départ de Gary Cohn, nommé conseiller économique de Trump (poste qu'il va quitter, en désaccord avec la politique de taxes douanières sur l'acier et l'aluminium). Deux co-directeurs opérationnels avaient été nommés, David Solomon, le directeur de la banque d'investissement, et Harvey Schwartz, le directeur financier. Moins de 18 mois plus tard, l'ex-DirFi s'en ira, en avril, a annoncé la banque. Il ne sera pas remplacé, et David Solomon sera le seul directeur opérationnel, ce qui lui crée un boulevard pour succéder à Lloyd Blankfein à la tête de la puissante banque d'affaires de Wall Street, qui fêtera l'an prochain son 150e anniversaire.

Aux commandes depuis près de douze ans, le Pdg, Lloyd Blankfein, 63 ans, prendrait en effet sa retraite d'ici à la fin de l'année, selon le Wall Street Journal, et la banque n'aurait pas l'intention de chercher d'autre successeur.

"Au cours de ses 20 années de carrière chez Goldman Sachs, Harvey a occupé des postes de direction dans un large éventail d'activités du cabinet", a souligné Lloyd Blankfein dans le communiqué. "Harvey a été un mentor pour beaucoup, et son influence a eu un impact indélébile sur des générations de professionnels chez Goldman Sachs", a-t-il ajouté pour le remercier.

Le triomphe de la banque d'investissement sur le trading

Selon le New York Times, le départ de Harvey Schwartz fait suite à une décision de février du conseil d'administration qui aurait consacré David Solomon comme le successeur. Son rival n'aurait été informé que vendredi dernier.

"J'ai l'impression d'être Huckleberry Finn [le personnage de Mark Twain] écoutant son propre éloge funèbre", avait commenté Lloyd Blankfein vendredi sur Twitter.

Chez Goldman Sachs depuis les années 1990, le Pdg, qui a guéri d'un lymphome diagnostiqué en 2015, avait plaisanté qu'il mourrait sur son bureau.

La victoire de David Solomon, 56 ans, DJ à ses heures perdues sous le pseudo DJ DSol à Miami ou aux Bahamas, est perçue comme le symbole du triomphe de la banque d'investissement (conseil en fusion et acquisitions ou restructurations, émission de dette, introduction en Bourse, etc.) sur le trading, autrefois la machine à cash de Goldman Sachs, qui semble enrayée depuis la crise financière, avec des contre-performances marquées ces derniers trimestres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2018 à 16:28 :
Donc pour prétendre à un poste de Top Management chez GS, il faut être blanc, chauve, et juif? (Oh punaise je vais me faire taper sur les doigts par la Ligue de Protection de Chauve!!!...)
a écrit le 13/03/2018 à 7:27 :
GS, ca c'est de la banque.
Réponse de le 13/03/2018 à 10:40 :
GS, les meilleurs, et Blankfein, un patron qui chaque jour comprend l'exposition de la société, ce qui est rare. Dès lors, beaucoup de banques jouent en deuxième division, à commencer par la quasi totalité des banques européennes, et ce n'est pas une bonne nouvelle. Ce n'est pas en cassant ses banques que l'Europe va réussir à soutenir ses régimes sociaux.
Réponse de le 13/03/2018 à 11:28 :
"Ce n'est pas en cassant ses banques que l'Europe va réussir à soutenir ses régimes sociaux."

Ben ça tombe bien puisque justement vous n'en voulez plus de régimes sociaux, faudrait savoir un peu ce que vous voulez de temps en temps quand même hein...

Cassons les banques pour supprimer les aides sociales !

BEn quoi vous êtes parti où ?
Réponse de le 13/03/2018 à 14:10 :
que cela pose question. Votre logique est étrange: si ce n'est pas en cassant ses banques que les régimes sociaux seront défendus, cela ne suppose en rien que la casse des banques entrainera la casse des régimes sociaux. Est-ce une logique trop difficile à comprendre? Je crois, en lisant votre prose que votre acrimonie doit être difficile à vivre...
Réponse de le 13/03/2018 à 16:14 :
Mais c'est vous qui nous dites que sans les banques il n'y aurait pas de financement sociaux, assumez mon vieux hein, moi ça ne me dérange pas du tout d'essayer au moins votre idée.

C'est vous qui de part votre faible capacité d'imagination me prêtez le fait de défendre les banques parce que finançant les régimes sociaux, or pas du tout, et ce que je vous explique par là c'est que la destruction des banques permettrait une remise totale du système à plat et du coup régimes sociaux, économiques et politiques devraient être totalement refondés.

Ce n'est pas que je ne comprends pas ce que vous dites, je vous assure que ce n'est pas compliqué rassurez vous, c'est juste que, ayant un temps d'avance, je vois plus loin.
a écrit le 12/03/2018 à 17:24 :
Venant de cette UE ravagée par le dumping social, le dumping fiscal, la faiblesse criante de sa diplomatie, l'extrême droite qui pousse un peu partout et-c..., bref venant de cette UE totalement décadente avec les actionnaires et multinationales médiocres qui vont avec, GS peut faire figure de rock star.

Parce que oui c'est une bande de truands mais à la différence avec les autres banques c'est qu'ils ne s'en cachent pas. Or dénués de peur pas étonnant qu'ils soient aussi efficaces mais pour être à la fois financier et dénué de peur c'est qu'il y a forcément un truc hein...

"Bien mal acquis profite toujours (à Goldman Sachs)" https://www.monde-diplomatique.fr/2010/03/HALIMI/18882

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :