Goldman Sachs renonce au bitcoin, les cryptomonnaies décrochent

 |   |  626  mots
À ce stade, nous n'avons pas encore arrêté de conclusion sur l'étendue de notre offre en matière d'actifs numériques a déclaré un porte-parole de Goldman Sachs.
"À ce stade, nous n'avons pas encore arrêté de conclusion sur l'étendue de notre offre en matière d'actifs numériques" a déclaré un porte-parole de Goldman Sachs. (Crédits : DADO RUVIC)
La banque américaine aurait abandonné son projet d'ouvrir un desk de trading de cryptomonnaies. Les cours du bitcoin et de l'ether ont chuté de 10% et 20% dans la foulée.

[Article mis à jour à 12h avec la réaction du directeur financier]

Ce devait être la consécration : l'ouverture d'un desk de trading de cryptomonnaies par la prestigieuse banque d'affaires américaine Goldman Sachs. Las, le géant de Wall Street a mis ce projet dans un carton, a révélé  le site Business Insider, en raison des incertitudes réglementaires. À la place, Goldman, qui cherche tout de même à profiter du boom de cette nouvelle classe d'actifs très volatils mais non régulés, va se concentrer sur la création d'un produit de conservation des crypto-actifs pour le compte de ses clients.

"À ce stade, nous n'avons pas encore arrêté de conclusion sur l'étendue de notre offre en matière d'actifs numériques" a déclaré un porte-parole de Goldman Sachs à l'agence Reuters.

Pourtant, les préparatifs semblaient bien avancés. La banque avait recruté Justin Schmidt, un ancien trader du hedge fund new-yorkais Seven Eight Capital, spécialiste du courtage de produits financiers liés aux monnaies virtuelles.

Le directeur financier de Goldman Sachs, Martin Chavez, a d'ailleurs laissé entendre que la banque n'avait pas changé ses plans, qualifiant même de "fake news" l'article de Business Insider, lors de l'événement Tech Crunch Disrupt jeudi à San Francisco.

"Ce n'est pas comme si nous avions annoncé quelque chose ou quoi que ce soit ait changé pour nous" a déclaré celui qui fut longtemps le directeur des systèmes d'information de Goldman.

Il a détaillé que la banque avait conçu une plateforme de trading sur le modèle de celle des contrats dérivés sur les matières premières, sans négocier la cryptomonnaie elle-même, indiquant  "nos clients institutionnels nous disent qu'ils aimeraient qu'on leur fournisse aussi de la liquidité" sur ces produits.

"La prochaine étape de notre exploration est ce que nous appelons les contrats à terme non livrable (instrument pour couvrir le risque de change sur une devise partiellement convertible, ndlr), des dérivés de gré à gré, réglés en dollars, dont le prix de référence est le cours du bitcoin en dollars sur un ensemble de plateformes d'échanges" a-t-il précisé.

Plus de 25 milliards évaporés

Les ambitions de Goldman Sachs avaient donné de la légitimité aux cryptomonnaies, qui divisent les milieux de la finance. En octobre dernier, le directeur général de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, avait dit qu'il "réfléchissait encore au bitcoin", sans vouloir "promouvoir, ni rejeter", des propos contrastant avec ceux du patron de JP Morgan, Jamie Dimon, qui avait qualifié le bitcoin d'"arnaque".

Les Etats et régulateurs peinent à trouver une ligne claire. Ce vendredi 7 septembre, les ministres européens des finances, réunis à Vienne pour le sommet de l'Ecofin, doivent se pencher sur l'avenir des cryptomonnaies et le rapport du think tank belge Bruegel, qui prône une réglementation européenne harmonisée des plates-formes d'échange de crypto-actifs et des règles plus claires sur les Initial Coin Offerings (ICO), les levées de fonds en jetons.

La nouvelle de l'(éventuel) abandon de Goldman Sachs a porté un coup aux principales cryptomonnaies. Le bitcoin a perdu plus de 13% en un peu plus de 24 heures, chutant de 7.400 à 6.400 dollars. L'ether, la seconde plus importante monnaie virtuelle, a baissé encore plus, de près de 20%, mercredi, sous les 220 dollars, son plus bas niveau depuis un an, avant de se redresser ce jeudi, autour de 225 dollars. L'ensemble des cryptomonnaies ont vu leur capitalisation boursière fondre de plus de 25 milliards de dollars en quelques heures. Depuis le pic de janvier, la valeur de ce marché est tombée de 800 milliards de dollars à un peu plus de 200 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2018 à 17:57 :
boh, ils peuvent encore rincer les cupides sur le forex!
a écrit le 07/09/2018 à 22:15 :
Information immédiatement démentie par le CFO de Goldman Sachs.

On attend donc que La Tribune publie un article pour rectifier.

Pas très pro tout ça...
a écrit le 07/09/2018 à 13:20 :
Vous préférez ça comme source ?
https://twitter.com/solidifx/status/1038022244704735232?s=19

L'info à été démentie par le CFO de GS hier.
L'article de la Tribune datant de ce matin, montre le niveau d'exigence du journal...
a écrit le 07/09/2018 à 9:28 :
Fake news : https://cointelegraph.com/news/goldman-sachs-cfo-recent-reports-about-crypto-trading-desk-are-fake-news
Réponse de le 07/09/2018 à 12:59 :
Prendre un site qui n'est pas neutre car vivant indirectement des cryptomonnaies, on a vu mieux comme source...
Réponse de le 07/09/2018 à 16:29 :
Sauf que le démenti vient directement du CFO de Goldman Sachs lors de sa prise de parole au Tech Crunch https://techcrunch.com/2018/09/06/goldman-cto-the-story-about-us-dropping-bitcoin-trading-was-fake-news/

Lisez un peu ça ne vous ferait pas de mal.
Réponse de le 07/09/2018 à 16:34 :
@Atlee

Ça fait tant de mal que ça de découvrir que la seule source a laquelle on se réfère pour les débats endiablé du bistro le soir est le plus gros propagateur de FAKE NEWS ?
a écrit le 07/09/2018 à 8:04 :
vous êtes journaliste ? GS a démenti les rumeurs hier, c'est très pro de propager des rumeurs une fois démenties ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :