HSBC supprimerait jusqu'à 20.000 postes d'ici à 2017

 |   |  208  mots
L'établissement financier britannique a enregistré dernièrement des résultats en baisse (un chiffre d'affaire en recul de 5,3% et un bénéfice chutant de 5,3% pour l'exercice 2014), notamment à cause d'une série d'amendes versées aux autorités de régulation.
L'établissement financier britannique a enregistré dernièrement des résultats en baisse (un chiffre d'affaire en recul de 5,3% et un bénéfice chutant de 5,3% pour l'exercice 2014), notamment à cause d'une série d'amendes versées aux autorités de régulation. (Crédits : © Peter Nicholls / Reuters)
La banque britannique prévoit une restructuration de grande ampleur pour réduire ses coûts, selon la chaîne d'information en continu Skynews. HSBC pâtit notamment de milliards d'euros d'amendes payés dans plusieurs pays ces dernières années, suite à de multiples scandales.

HSBC prévoit un nouveau plan de restructuration. La banque britannique compte supprimer des milliers d'emplois d'ici à la fin 2017, a affirmé lundi 1er juin la chaîne d'information en continu Skynews. Le nombre exact est encore à l'étude, mais la chaîne l'estime entre 10.000 et 20.000, en s'appuyant sur des sources proches de la banque.

Le plan doit être annoncé par le directeur général Stuart Gulliver lors de la "journée investisseurs" de HSBC le 9 juin. Contactée par l'AFP, la banque, qui emploie 266.000 personnes à travers le monde, s'est refusée à tout commentaire.

HSBC plombé par des milliards d'euros d'amendes

HSBC a récemment été ébranlée par l'opération SwissLeaks, des révélations d'un réseau mondial de journaux sur des pratiques d'évasion fiscale à grande échelle passées par sa filiale suisse, basée à Genève. Ce n'est pas le seul scandale ayant frappé ces dernières années la plus grande banque d'Europe, contrainte à verser l'équivalent de milliards d'euros d'amendes et d'indemnités dans plusieurs pays, notamment au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

L'établissement financier britannique a enregistré dernièrement des résultats en baisse (un chiffre d'affaire en recul de 5,3% et un bénéfice chutant de 5,3% pour l'exercice 2014).

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2015 à 16:20 :
HSBC, rien que ces derniers temps, a été mouillé (entre autre) sur les manipulations du LIBOR, de l'EURIBOR, des cours de l'or, a blanchi l'argent des cartels mexicains, etc. etc. Et même si les autres banques ne valent pas mieux, on aurait du lui retirer le droit d'exercer depuis déjà longtemps !
a écrit le 02/06/2015 à 13:05 :
Comme toutes les banques HSBC comprime son personnel. Face à la "Google bank" qui se déploie, le principe des agences est dépassé. Les états veulent également supprimer le liquide par l'instauration de cartes monétaires qui seraient liées à une carte d'identité. Par ailleurs la décroissance pétrolière avec la réorientation des flux financiers liés vers des banques nationales affecte considérablement les grandes banques. Le mécanisme est en effet hautement systémique. Aux USA cette décroissance ci a été remplacée en terme de masse monétaire liées aux valorisations par une survalorisations des entreprises IT comme Apple et autres à des niveaux délirants [720 milliards pour une entreprise], mais ces acteurs organisent leur propre banque et le processus ne concerne pas les autres régions du monde. Les russes au surplus ont sorti leurs actifs des pays à risque comme les USA. Les acteurs du pétrole, eux, semblent pour les plus gros avoir choisi un glissement progressif au lieu d'une concentration brusque, en préparation des résultats de l'année en cours qui vont être terribles. Les banques vont exploser et devront se concentrer, comme déjà indiqué. HSBC ne fait que s'inscrire dans ce mouvement. L'établissement qui est à capitaux chinois est irrité par la presse qui en la montrant du doigt augmente le rythme des plaintes et des amendes, il menace de déplacer l'essentiel et son siège vers la Chine. En fait c'est uniquement les Q.Es nippons, américains et européens toujours en cours qui tiennent un système que l'on ne peut plus appeler "marché" en évitant un crack. Il y a comme de multiples explosions internes couvertes par le couvercle en cloche des banques centrales. Pourra t-on le maintenir fermé ou bien une explosion plus forte va-t-elle tout projeter subitement ? Aux USA les Q.Es en cours permettent d'embaucher à un salaire de base convenable un américain sur 3. L'autre tiers des actifs potentiels est au chômage ou maintenu en situation d'esclavage moderne. On dit que la police tue deux personnes par jour actuellement. On dit que tout va bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :