Dexia : Pierre Richard ne sait rien mais dira tout

 |   |  381  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © STR New / Reuters)
"On n'a jamais entendu parler des prêts structurés avant la crise épouvantable de 2008" a expliqué l'ancien dirigeant de Dexia lors de l'audition par la commission d'enquête à l'Assemblée nationale.

Pierre Richard, ancien président de Dexia, Gérard Bayol, ancien directeur général de Dexia Crédit local, Bruno Deletré, ancien directeur général des services financiers au secteur public de Dexia SA et Alain Delouis, membre du comité de direction de Dexia SA étaient auditionnés ce mardi.

"On n'a jamais entendu parler de l?affaire (des prêts structurés) avant la crise épouvantable de 2008. Les prévisions des banques sur les taux et les devises ont été totalement bousculées, c?est une affaire malheureuse", a fait valoir Pierre Richard. "Nous faisions pourtant des stress tests avec des hypothèses (conjoncturelles) défavorables, mais la réalité a abouti à des choses qui dépassaient ces stress tests", a-t-il ajouté.

Une interprétation jugée "angélique et pathétique" par le député Henri Plagnol, qui a invectivé les dirigeants de la banque : "Comment pouvez vous justifier que vous ayez fait des anticipations gagées sur l?impôt pour des prêts de durée de 20 ans et nous dire en même temps que vous n?aviez pas prévu la crise? Pensez à la réaction de nos concitoyens s?ils écoutaient l?audition".

Pour Pierre Richard, "personne ne savait ce qui allait arriver en 2008, on ne peut le reprocher à personne".

"Le secteur public local a souhaité bénéficier d?opportunités de marché. Il a développé des les années 80 une gestion active de la dette. Face à cette demande, Dexia a donc fabriqué des produits dits structurés qui nous a permis de satisfaire les collectivités locales désireuses de saisir les opportunités de marché", estime Pierre Richard.

"Il y a des cas qui posent problème aujourd?hui mais globalement, l?ensemble des collectivités locales est bénéficiaire". Pierre Richard

Pour Bruno Deletré : "Il y avait bien un risque sur ces produits puisque ces produits passaient devant une commission d?éthique".

Selon Claude Bartolone, président de la commission d'enquête : "pour toutes les collectivités, Dexia avait un rôle particulier de conseil" car elle était la banque des collectivités locales, les élus lui faisaient donc confiance. Pour Claude Bartolone "Dexia, à un moment donné, n?a pas été au rendez vous du conseil".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2011 à 8:59 :
On a confié Dexia à un grand roux avec une chaussure noire...
a écrit le 17/11/2011 à 10:40 :
il porte bien son nom lui . !
a écrit le 17/11/2011 à 7:27 :
Félicitation à cet excellent acteur pour sa reconversion.
a écrit le 17/11/2011 à 5:36 :
Dans la haute finance quand tout va personne n'a rien à dire mais quand vient la mouise
c'est là que tout se sait. Les investissements croisés, les jeux de passe passe entre
actionnaires et les imbrications politico --financières,On se demande à quoi sert les organes de surveillances prudentielles ou sont elles aussi parties prenantes dans ces affaires de spéculations hasardeuses? CECI EXPLIQUERAIT CELA
a écrit le 16/11/2011 à 19:52 :
Dexia est un coupable bien utile pour certains politiques . Je ne nie pas l'écrasante responsabilité des banquiers et de leurs autorités de tutelles dans la crise actuelle , mais attention aux raccourcis. Prenons le cas de la Seine St Denis et de Bartelone , la moyenne des taux servis par Dexia à ce dpt ne doit pas dépasser 3.5 %... alors ou est le pb me demanderez-vous ? Eh bien une grosse partie de ces prets ont été swapés auprès d'autres banques par les petits génies de ce dpt pour avoir des taux variables qui étaient très intéressant il y a qques années mais qui s'avèrent actuellement désastreux. Je rappelerais aussi que plusieurs collectivités (- de 10) ont attaqué Dexia en justice et que les 2ers jugements sont favorables à la Banque. C'est surement étonnant à attendre , mais la grande majorité des communes a gagné de l'argent sur ces prèts structurés.
Pour finir , le véritable scandale de Dexia est plutot à chercher du coté des indemnités de départ versées à ses anciens dirigeants .
Réponse de le 17/11/2011 à 0:27 :
Et peut-être du côté des ruineuses aventures américaines payées maintenant par le contribuable français?
a écrit le 16/11/2011 à 19:34 :
Bon, on ne va tout de même pas leur reprendre leurs primes et bonus à ces hauts fonctionnaires ? Pensez qu'avec tous ces tracas, ils risquent de tomber malade et de perdre un jour de délai carence ... dure, la vie ! à part çà, vous allez bien ? on dîne chez qui ce soir ?
Réponse de le 17/11/2011 à 5:12 :
vous ricanez mais sachez qu'il est tres difficile de revenir légalement sur un contrat signé.meme chose pour nos députés qui aimeraient baisser leurs salaires mais qui ne le peuvent pas pour des raisons de législation
Réponse de le 17/11/2011 à 10:41 :
mais bien sur ernest .. c'est bien pour ca que les autres le font !!!
ils n'avaient qu'a voter oui, mais ils ont bel et bien voté non . !
a écrit le 16/11/2011 à 19:08 :
Et pourquoi Bruno Deletré n' a t il pas répondu à la question sur le développement international dont il était le responsable et qui a coulé toute la boite ? Pourquoi est il bien au chaud après avoir empoché un gros chèque et être passé par Bercy ?
a écrit le 16/11/2011 à 18:12 :
Monsieur Pierre RICHARD vous avez été mon patron pendant 25 ans à la CAECL, puis au CLF et enfin à DEXIA, je conserve de vous un souvenir du SEUL patron qui a été HUMAIN avec son personnel sur mes 45 années de carrière, dommage que de cela personne ne parle ? Je n'étais qu'une simple employée, mais sachez que de tous mes responsables, vous êtes le seul dont je garde un excellent souvenir
Réponse de le 17/11/2011 à 10:42 :
dommage qu'il ne lise pas votre commentaire !
a écrit le 16/11/2011 à 15:33 :
il n'a ni la tête, ni l'humour. de l'acteur;Ce Pierre Richard de Dexia est un Madoff aux petits pieds.

Espérons qu'il versera dans le puits des dettes son indemnité et son parachute dorée au soleil de Bruxelles. Où a t il appris la gestion des banques ? Qui l'a nommé?

Un incapable à qui les maires pourront dire merci.

Son système de défense est une honte, digne d'un grand lâche.

qui va payer à votre avis???

cmm
a écrit le 16/11/2011 à 14:50 :
M.Richard a été trahi par ses subordonnés! C'est clair non? Son traumatisme psychologique justifie un supplément d'indemnités!
Plus c'est gros, plus çà passe!
a écrit le 16/11/2011 à 14:40 :
Et Il est ou Gérard Depardieu?
a écrit le 16/11/2011 à 13:42 :
Pierre Richard ...N'est ce pas le célèbre "comique" qui a joué dans le "grand Blond" ?
Réponse de le 16/11/2011 à 14:42 :
Je trouve que vous avez un air de ressemblance avec Pierre Richard, notamment dans le film "La Chèvre".
a écrit le 16/11/2011 à 12:39 :
Si je comprends un innocent nomme a la tete ....donc on devrait faire un rappel sur salaire car il a menti sur ces competences...a quand une part de responsabilite pour les dirigeants...
a écrit le 16/11/2011 à 11:36 :
Je reviens sur mon post mal traité dans sa transcription :
Je ne témoigne pas pour exonérer Mr Richard de sa longue suite d'échecs qu'il a, comme dans le cas du Lyonnais, tenté de "camoufler" par une constante fuite en avant. Dont acte.
Mais comme ancien acteur du secteur je ne peux laisser au CLF-Dexia (et quelques autres banques) la seule responsabilité des dommages actuels dans les finances de nombre de Collectivités Locales. Dans les années 1980-2000 est apparu une nouvelle race de managers publics, les Directeurs financiers. Et souvent ceux-ci ont challengé leurs banquiers en réclamant des contrats à conditions toujours plus faibles. L'idée étant, en empruntant moins cher, d'emprunter plus. Pourquoi pas, sauf qu'ils ont trop souvent franchi les limites de l'optimisation financière pour tomber dans la spéculation pure. Et pas (dans un certain nombre de cas) par méconnaissance. En effet, en général toutes les offres de crédits étaient déclinées en plusieurs options : taux fixes et échéances fixes, taux fixes et échéances progressives ... Très souvent nos interlocuteurs nous riaient au nez, nous traitant de ringards. Et il m'est arrivé d'écrire à certains Dirigeants publics, en refusant leurs demandes, pour attirer leur attention sur le danger que pouvait représenter pour leurs finances certains de ces prêts structurés et le fait de ne pas pouvoir inscrire d'avance le montant exact de leurs échéances et donc prévoir exactement le volume de recettes (donc d?impôts) à mettre en face. A part un certain nombre de petites communes, plus sages, je n'ai jamais réussi à convaincre ces grands financiers. J'ajoute pour compléter le paysage des responsabilités potentielles, que la plus-part de ces financements étaient destinés à des investissements partagés avec le Département, la Région voire l'Etat. Enfin la cellule spécialisée de suivi des Finances Locales au Ministère de l'Intérieur aurait peut-être pu intervenir...
Donc je comprends la position de Mr Bartolone, qui est en pleine négociation, et qui dans ce cadre a intérêt à charger au maximum la barque du CLF-Dexia, mais l?honnêteté exige d?élargir l'analyse, et les responsabilités.
Réponse de le 16/11/2011 à 15:12 :
Le commentaire de M.Falcone est terriblement juste. Le krach de 2007/2008 n'est que le produit de la fabrication et de la vente au public des produits structurés opaques et toxiques alors trop à la mode. Les risqueurs et décideurs étaient ridiculisés par les vendeursdu marketing insolemment ignares payés à performer . Le public a été sevré de ce mercantilisme hallucinant.
a écrit le 16/11/2011 à 10:48 :
Quelle est le tarif pour 1 mensonge sous serment ? Quel tarif pour toute une série de mensonges ? ?? Cela n'a pas l'air d?inquiéter M Richard.
Le plus énorme : Dexia n'a jamais commercialisé d'emprunts en devises . ( voulez vous quelques contrats de communes et de SDIS?)
Le plus vicieux : Dexia n'a jamais distribué de produit structuré dangereux aux collectivités de moins de 10.000 habitants . Amusez vous a compter sur la carte de Libération le nombre de mensonges !!
Le sommet , M Richard se déclare incompétent techniquement pour expliquer les produits structurés ... Cela il fallait le dire!!
Pour finir la solution d'après M Richard ... la médiation à la Gisler . Effectivement cela lui évitera des problèmes au pénal .
J'espère que les places ont été désinfectées pour les auditions suivantes.
a écrit le 16/11/2011 à 10:08 :
Le prêt structuré n'intéresse qu'un seul type de client, celui qui ne peut pas emprunter avec un prêt classique; alors on lui crée un montage basé sur des hypothèses qui permettent de réduire sa mise initiale pour le prêt, on appelle cela un pari avec effet de levier, forcément quand ça perd, ça perd énormément, et le client perd presque tout. Nous avons assisté au défaut magistral des banques dans leur mission de renseignement et d'accompagnement( mais cela a t-il existé ? il y eu des scandales avant la crise de 2007 et personne n'en a tiré les enseignements), car tels des politiciens, elle sont obnubilées par le court terme, faire signer des contrats encore et encore pour augmenter les bénéfices de l'année, se fichant de la santé des clients à terme, car pensant qu'il y aura toujours de nouveaux pigeons à trouver les années suivantes, et bien non, il n'y en a plus; les subprimes aux Etats-unis ont atteint un palier physique quand on commençait à prêter à des SDF puisque tous les autres types de clientèles étaient épuisées; et on a vu les dégâts, il n'y avait plus personne, plus de clients potentiels ensuite pour empêcher le marché de s'effondrer, une sorte de grand vide, et la seule solution, n'était pas de renflouer le secteur financier, le pays endetté pour rien, strictement pour rien, il suffisait d'attendre, juste d'attendre que de nouveaux citoyens, encore jeunes, arrivant sur le marché du travail puissent devenir les nouveaux endettables.
En aidant le secteur financier hypertrophié, on a empêché que celui-ci ne remonte la pente car mathématiquement il n'y avait plus assez de marché de consommateurs de crédits pour tous les acteurs avant au moins 10 à 15 ans, et maintenant cette dette inique contracté strictement pour rien( alors qu'il fallait soit nationaliser soit laisser tomber les mauvais gestionnaires) a enclenché une nouvelle crise, celle de la dette des états.
Telle la séparation des pouvoirs, il faut absolument séparer la politique de la finance( comme aussi des médias), car les intérêts de ces derniers ne sont pas ceux du peuple, qui lui a retenu une seule chose de toute cette crise, que nos dirigeants étaient vassaux des banquiers.
a écrit le 16/11/2011 à 9:31 :
Comment M P RICHARD peut il dire à la fois que DEXIA avait préparé des prêts structurés au dernier paragraphe et dire au premier paragraphe qu'il ne savait rien des prêts structurés préparés par ses services?
a écrit le 16/11/2011 à 9:05 :
Réponse à Dogzilla l?anti-Sarkozy primaire : Ce Richard là a été mis en place (ou s?est mis en place) sous un tout autre régime aussi pourri. Pur produit de la mafia des finances il a voulu faire de la grenouille CLF (crédit local de France sous tutelle de la grosse caisse des dépôts) un b?uf bien gras (pour lui !) appelé Dexia destiné au marché à bestiaux international. Richard le petit n?en sortira pas grandi?ni, j?espère, blanchi !
a écrit le 16/11/2011 à 8:48 :
Après la déconfiture de DEXIA qui va peser sur le budget de l'Etat français comme pour le Crédit Lyonnais, M. Pierre Richard est tellement compétent et indispensable qu'à 70 ans il officie encore comme "expert" auprès de la Banque européenne d'investissement.
En outre, comme sa retraite "chapeau" d'ancien dirigeant bancaire de quelque centaines de milliers d'euros par an ne lui suffit pas, il lui faut arrondir ses fins de mois par des jetons de présence dans plusieurs conseils d'administration (crédit du nord, EDF En, Air France...).
Et pour le bouquet final, il n'a même pas le courage de reconnaître sa responsabilité dans le fiasco de son ancienne banque dont il a été un des fondateurs.
Pitoyable personnage qui ne mérite plus sa rosette d'officier de la Légion d'Honneur.
a écrit le 16/11/2011 à 8:37 :
1) Tout le monde devrait savoir, depuis bien avant 2008, que les produits structurés ne sont intéressants que pour la banque qui les produisent, car elle seule les maîtrise, dans tous les sens du mots, au plus grand inconvénient de toute autre partie prenante.

2) Pierre Richard est le brillant initiateur du détachement du Crédit Local de France, ex CAECL, de la Caisse des Dépôts et de sa transformation en ce monstre de Dexia, avec les brillants résultats que l'on sait : premier renflouement forcé par la Caisse des Dépôts en 2008, mariage forcé avec la Banque postale, ardoise finale encore plus abyssale que celle du Lyonnais.

Des fois qu'il ne se souvienne plus de rien.
a écrit le 16/11/2011 à 8:23 :
La commission de l'AN a-t-elle demandé à ces messieurs s'ils prennent les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages? Si la direction de Dexia et les administrateurs n'ont rien vus venir, c'est donc qu'ils étaient tous incompétents ou menteurs. Dans le 1er cas il devraient restituer leurs bonus et autres indemnités, dans le 2e, cela ressort du pénal.
Mais comme ils font tous partie de l'establishment, on les remerciera d'être venus à cette audition et ils rentrerons à la maison avec le sentiment du devoir citoyen accompli.
a écrit le 15/11/2011 à 22:51 :
Demandez donc ?r Bartolone combien de Responsables locaux ont refus?es pr? structures avec risque de change lorsqu'il leur ?it propos?ne alternative en Francs ou Euros ?ch?ces fixes ?
En r?it?eaucoup de ces nouveaux directeurs financiers de collectivit?publiques des ann?1980-2000 ont d?b?ment sp?l?vec l'argent des contribuables.
a écrit le 15/11/2011 à 19:09 :
Il était plus drôle dans ses films : là les gags sont improbables, le jeu d'acteur est nul, le texte indigent.
Réponse de le 15/11/2011 à 19:50 :
comment un acteur aussi insipide a-t -il pu se retrouver a la tete d'un tel groupe?surement la "méritocratie" version sarkozy...
Réponse de le 16/11/2011 à 5:43 :
dogzilla ,le message de greg le proletaire etait de l'humour ,ce Pierre Richard n'est pas l'acteuret l'on peut le regretter il aurait certainement mieux joue le role!!!!
Réponse de le 16/11/2011 à 8:36 :
@telquel:j'ai vu tous les films de pierre richard,alors je sais de quoi je parle!
Réponse de le 16/11/2011 à 14:39 :
@dogzilla: Vous êtes vraiment champion du monde.
Réponse de le 16/11/2011 à 15:00 :
@ben,j'aurais adoré etre champion du monde.je me suis malheureusement blessé deux mois avant l'épreuve.il était alors trop tard pour etre dans les délais.c'est une déception que je trainerai toute ma vie
Réponse de le 17/11/2011 à 0:19 :
Belle tête de vainqueur en tout cas...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :