Pas de fêtes de Noël pour les banquiers de Commerzbank

 |   |  492  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La banque allemande aurait renoncé à célébrer les fêtes de fin d'année en interne, selon Bloomberg. Objectif : réaliser des économies (de bouts de chandelle), Commerzbank devant trouver 5,3 milliards d'euros d'ici à la fin juin.

Les serpentins et les cotillons des Noëls précédents ne sortiront pas des cartons, cette année, chez Commerzbank. La deuxième banque allemande aurait décidé de ne pas célébrer les fêtes de la fin 2011 en interne,  selon l'agence Bloomberg. D'une part pour rogner encore un peu plus sur ses coûts, bien qu'il s'agisse là d'économies de bouts de chandelle. D'autre part parce que de telles festivités ne seraient pas du meilleur goût dans le contexte de crise financière actuelle, argumente la banque. Qui aurait également prévenu ses cadres moyens et supérieurs de ne pas compter sur une augmentation en 2012.

Rumeur sur un renflouement de la banque par l'Etat

L'annulation du Noël des salariés de Commerzbank est un événement moins anodin qu'il n'y paraît. Car, même en décembre 2008, au plus fort de la crise bancaire provoquée par la faillite de Lehman Brothers, la banque allemande n'avait pas renoncé à cette tradition solidement établie. Mais, depuis près de deux semaines, la rumeur enfle au sujet d'un possible renflouement de Commerzbank par l'Etat allemand. De fait, selon les calculs de l'Autorité bancaire européenne, l'établissement dirigé par Martin Blessing est celui qui nécessite la recapitalisation la plus importante en Allemagne, avec un montant de 5,3 milliards d'euros, pour être en mesure d'afficher un ratio de fonds propres durs de 9% au moins, au 30 juin 2012.

Commerzbank s'évertue à rembourser l'aide publique de 2008

D'aide publique, il n'en est pas question pour Blessing, qui se fait fort depuis trois ans de rembourser celle reçue par Commerzbank lors de la crise de 2008, afin de se débarrasser de l'encombrante présence de l'Etat dans le capital de la banque. Cette dernière compte sur la mise en réserve de bénéfices, la vente d'actifs et sur des réductions de coûts pour atteindre le sacro-saint ratio de 9% au minimum d'ici à la fin juin. De là à économiser sur l'achat d'un sapin de Noël...

Renforcement de 700 millions d'euros des fonds propres

Première avancée pour satisfaire à la demande de l'EBA, Commerzbank a annoncé mercredi une augmentation de ses fonds propres durs "Core Tier 1" de plus de 700 millions d'euros. Cette somme représente environ 13% des 5,3 milliards d'euros qu'elle doit lever. La deuxième banque allemande a donc entrepris avec succès son opération de rachat d'une partie de sa dette lancée la semaine dernière et qui s'achevait mardi 13 décembre. Elle concernait certains fonds de placement fiduciaires (« preferred trust securities). "La transaction marque une nouvelle étape en vue de l'optimisation de la structure du capital de Commerzbank compte tenu des nouvelles exigences réglementaires de Bâle III", a t-elle indiqué dans un communiqué. Au terme de cette transaction, Commerzbank a dépensé environ 643 millions d'euros, qui lui ont permis de racheter des titres pour une valeur nominale totale de 1,27 milliard d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :