Groupama précise les modalités de la cession de Gan Eurocourtage

 |   |  435  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'assureur communiquera le nom du repreneur de sa filiale début mars, et révélera début avril celui de Groupama Insurances.

Groupama va bien vendre ses deux filiales Gan Eurocourtage et Groupama Insurances (son activité de courtage au Royaume-Uni) séparément. La direction de l'assureur a précisé vendredi les détails de ces deux opérations lors d'un comité central d'entreprise.

Gan Eurocourtage est le dossier le plus pressant, puisque cette entité pâtit de la notation BBB- de sa maison mère. « Les dégradations successives du groupe par les agences de notation menacent l'activité et les fonds de portefeuille de Gan Eurocourtage et de Groupama Transport. Nous sommes déjà exclus de certains appels d'offres et avons enregistré des résiliations », peut-on lire sur un tract CFDT.

Une dizaine d'offres en lice

La direction envisage aussi bien une cession totale de Gan Eurocourtage qu'une cession partielle, qui ne concernerait que la branche assurance dommages. Les candidats à la reprise de tout ou partie de l'activité ont jusqu'à la fin du mois pour se faire connaître. Une sélection sera opérée début février et le nom de l'heureux repreneur connu début mars.

À ce jour, la direction a indiqué qu'une dizaine de compétiteurs s'étaient manifestés, aussi bien français qu'étrangers.

Et dans le cadre de cette cession, quid des 300 millions d'euros que la Caisse des dépôts est censée injecter dans Gan Eurocourtage sous la forme d'actions de préférence ? La direction aurait indiqué que dans le cas d'une vente très rapide, cette souscription d'actions de préférence pourrait ne pas se faire. Près de 1.300 salariés seraient concernés par cette cession (environ 800 pour l'activité dommages, 300 pour l'assurance transport, 170 pour les assurances collectives de personnes). Par répercussion, la vente de Gan Eurocourtage peut aussi atteindre des salariés qui travaillent pour le compte de cette filiale dans d'autres entités du groupe (au siège, à l'informatique ou à la logistique).

Concernant Groupama Insurances, le calendrier prévoit une sélection du repreneur début avril, qui pourrait être un assureur local ou anglo-saxon.

Mais la cession de ces deux entités ne soignera pas tous les maux de l'assureur, qui vise une marge de solvabilité de 150 % à la fin de l'année. « Les principales difficultés du groupe liées à sa structure d'actifs, dettes souveraines des pays d'Europe du Sud, poche « actions » trop importante, ne sont pas réglées pour autant. La concentration d'une part importante de ces actifs dans le bilan de Groupama Gan Vie nécessitera sans doute des arbitrages à ce niveau », ajoute le tract. Un comité central d'entreprise extraordinaire aura lieu début février.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2012 à 11:41 :
Les assureurs un peu comme les banques, sont d'accords pour profiter du systeme
capitaliste et s'enrichir, et nous faire profiter de leurs dettes lorsqu'ils realisent de mauvaises affaires. Leurs devise devrait etre '' egoistes avec les profits, genereux avec les dettes ''
a écrit le 23/01/2012 à 10:16 :
Il est dommage que ce journal ne rapporte que des propos contenus dans des tracts syndicalistes "gratuits" !!!
Faut pas s'étonner après de n'avoir plus de lecteur payant.
Réponse de le 23/01/2012 à 11:27 :
Bonjour Xdec, et...MERCI, car pour avoir écrit qu'il fallait patienter et relevé quelques éléments objectifs et positifs de Groupama, cela à été interprêté comme un soutien inconditionnel donc forcément douteux à Groupama...Bref, il est urgent d'attendre et les candidats à la reprise ne seraient pas si nombreux si le titre était si détérioré que l'imaginaire défaitiste intoxiqué par uen information "poudre aux yeux" n'y ajoutait sa dose quotidienne et léthale. La Tribune recèle encore de bons articles mais une position TROP prudente nuit à un dossier de cession plutôt sain et transparent, ce qui ne fut pas le cas de ....Natixis et de la CDC en filet !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :