Dexia : les parlementaires belges enquêtent sur la débâcle

 |  | 0 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La commission parlementaire mise sur pied en Belgique pour identifier les causes de la chute de Dexia vient d'achever ses auditions, soit plus de 111 heures. Un rapport est attendu pour la mi-mars, et des propositions de lois devraient suivre dans la foulée. Premier bilan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2012 à 20:11 :
Que la justice soit faite, et que les coupables, s'il y en a, soient punis comme ils le méritent. Que l'on nous montre, pour une fois, que la finance et la banque ne sont pas des zones de non droit dans lesquelles tout est permis. Et que les coupables paient la facture : ce serait trop simple de toucher des bonus et de ne rien rembourser en cas de faillite.
Réponse de le 08/02/2012 à 22:35 :
Le bonus n'est-il pas la contrepartie du risque? Le capital est rémunéré ainsi, en principe.
a écrit le 08/02/2012 à 14:58 :
On assemble une banque de dépôt belge et une banque française d'investissement dans les collectivités locales. Développe-t-elle une réseau en france ? Investit-elle dans les collectivités locales belges ? Non, elle joue en bourse à New-York et propose des produits indexés sur le franc suisse. Laissez faire ... plus d'Europe ...
a écrit le 08/02/2012 à 13:33 :
Pour comprendre les emprunts toxiques fourgués aux collectivités locales tels que St-Germain-en-Laye, Rueil Malmaison, ou Rambouillet (dont Gérard Larcher est maire):
http://www.saintgermainsolidaire.fr/change2/
a écrit le 08/02/2012 à 10:28 :
Responsabilité écrasante des politiques, que ce soit du côté du management, ou du côté des clients (collectivités locales récalcitrantes et de mauvaise foi). Cela augure très mal de la "nouvelle" régulation pronée par nos dirigeants qui ne contrôlent décidemment rien, et veulent avoir un oeil sur tout. Après la spoliation des actionnaires minoritaires de Fortis, voilà le désastre de Dexia, dans lequel les actionnaires minoritaires seront bloyés. Seule consolation pour les petits: ils ne sont pas seuls, le holding communal y laisse des plumes. Pauvre Belgique et pauvre France, qui ne craint pas laisser les fauteurs de faillite en place avec les mêmes avantages..
Réponse de le 08/02/2012 à 20:12 :
Responsabilité des politique s??? AU contraire, tout allait bien quand Dexia était totalement publique, ça a commencé à délirer quand elle a été privatisée. Vériviez vos sources avant de délirer vous même.
a écrit le 08/02/2012 à 10:01 :
Certains hommes politiques Français,patrons de leur région, qui sont administrateurs de Dexia et qui ont touché depuis 4 ans plusieurs dizaines de milliers d'Euros de jetons de présence, vont-ils etre mis en cause?
Réponse de le 08/02/2012 à 20:04 :
Braco, vous êtes prés de la vérité ... En plus, il y a au conseil d'administration les réprésentants des 2 fédérations du batiment qui avec les élus ont toujours fait plus de 60% des votes. Donc les clients et les fournisseurs se mettent d'accord sur ce que la banque doit leur donner ... Et maintenant c'est à nous de payer ... Surtout que Dexia a connu une vraie explosion des demandes de financement de la part des communes et collectivités justes avant les élections municipales et régionales ... On achète le vote des citoyens à crédit ...
a écrit le 08/02/2012 à 9:24 :
On devrait condamner lorsque leur culpabilité est démontrée ou prouvée, mettre en prison et demander des réparation financières à tous les membres de la Direction générale et du Conseil d'Administration de toutes les entités bancaires, financières, fonds d'investissement, fonds de pension, assureurs exerçant en Europe ou via un pays européen même lorsque ces entités sont américaines, chinoises, ou domiciliés dans les quelconque des paradis fiscaux de la planète. Nos instances et tribunaux doivent disposer de la compétence extra territoriale la plus étendue.
a écrit le 08/02/2012 à 8:34 :
Au delà de la mélagomanie de Pierre Richard, que tout un chacun connaissait, les erreurs monumentales des opérations aux USA, c'est l'actionnariat qui est coupable; En l'occurence, l'actionnariat à plus de 65 % c'est l'Etat français et l'etat belge.....CQFD; Et aujourd'hui sarkozy et Hollande viennent nous dire que ce sont les banques qui sont à l'origine de la crise...mais de qui se moque-ton. Que l'état gère aussi bien que les privés et la France ira beaucoup mieux......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :