Le capital-investissement français pousse un cri d'alarme

En 2011, le private equity français a de nouveau investi plus qu'il n'a récolté. L'Association française des investisseurs en capital (Afic) milite pour une réorientation de l'épargne des Français vers le capital-investissement et prépare un Livre blanc avec 10 propositions.
L'Afic (Association française des investisseurs en capital) plaide pour l'orientation d'une partie de l'épargne française vers le capital-investissement. Copyright Reuters
L'Afic (Association française des investisseurs en capital) plaide pour l'orientation d'une partie de l'épargne française vers le capital-investissement. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le private equity français est en butte à un « assèchement de ses capitaux. » Tel a été le message lancé par l'Afic (Association française des investisseurs en capital) et par le cabinet Grant Thornton, mercredi, lors de la présentation du bilan 2011 du private equity français. L'an dernier, celui-ci a levé 6,4 milliards d'euros seulement auprès d'investisseurs, alors qu'il a investi 9,7 milliards dans des entreprises, grâce aux fonds levés en 2006-2007, les années d'euphorie du capital investissement. Pour la troisième année d'affilée, le private equity investit donc plus qu'il ne récolte, et cet écart ne cesse de se creuser.

Moins de 50% des fonds levés viennent d'investisseurs français

La faute, en grande partie, à Bâle 3 et à Solvabilité 2, les nouvelles réglementations en matière de fonds propres qui pèsent respectivement sur les banques et les assureurs, pourvoyeurs historiques du capital-investissement en France. Résultat, les investisseurs français ont apporté moins de la moitié des fonds levés par le private equity hexagonal, en 2011, le solde venant d'investisseurs étrangers tels que des caisses de retraite américaines et britanniques qui, elles, ne sont soumises ni à Bâle 3 ni à Solvabilité 2.

Près de 3 milliards levés par quatre fonds seulement

Mais les « zinzins » étrangers ne sont pas une panacée, « nombre de grands investisseurs institutionnels américains ne pouvant pas investir de petits tickets, ce qui laisse de côté beaucoup de fonds de private equity français », souligne Chloé Magnier, économiste en chef à l'Afic. De fait, sur les 6,4 milliards d'euros levés par le capital-investissement français, en 2011, près de 3 milliards ont été récoltés par quatre fonds seulement. A savoir Astorg, Qualium - le fonds de LBO (Leverage Buy-out : acquisition par endettement) de la Caisse des dépôts -, Chequers Capital et Argos, des acteurs suffisamment gros pour intéresser les grands investisseurs étrangers.

Le capital-risque au bord de l'asphyxie

S'il est un créneau du private equity qui souffre particulièrement, c'est le capital-risque, dédié au financement de toutes jeunes start-up innovantes. Sur la totalité des fonds levés l'an dernier par le capital-investissement, 7% seulement sont destinés au « venture. » « Nous poussons un cri d'alarme sur le capital-risque, qui est en réel danger d'asphyxie et s'effondre donc, lentement mais sûrement », alerte Hervé Schricke, président de l'Afic.

Des investissements dans 1.700 entreprises

Plus globalement, « si l'alimentation du capital-investissement demeure à des niveaux aussi bas, il ne pourra plus contribuer au financement de l'économie », prévient l'Afic. L'an dernier, le private equity a encore été en mesure d'investir pas loin de 10 milliards d'euros dans quelque 1.700 entreprises, essentiellement des PME françaises. Or ce sont les PME qui ont assuré 85% des créations nettes d'emplois dans l'Union européenne, entre 2002 et 2010, selon des chiffres publiés en janvier par la Commission européenne.

Réorienter l'épargne

L'enjeu que représente le tarissement des sources du private equity est donc de taille. Comment le résoudre ? Dans un Livre blanc à paraître dans quelques jours, l'Afic formulera dix propositions. Certaines concerneront « l'orientation de l'épargne des Français, l'une des plus élevées au monde », indique Hervé Schricke. L'Afic souhaite notamment qu'une part des 67 milliards d'euros de Livret A et de LDD (Livret de développement durable) non centralisés à la Caisse des dépôts soient mobilisés pour le capital-investissement.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 29/03/2012 à 15:18
Signaler
Je suis un ancien chef d'entreprise et j'ai eu au capital des fonds spécialisés dans le capital risque. Ils ont investi des sommes qu'aucune banque classique n'aurait accepté de débourser. Ils ont été majoritaires (à plusieurs) et se sont conduits de...

le 29/03/2012 à 15:55
Signaler
Je ne vous crois pas, je n'ai jamais vu un seul fonds d'investissement ayant accès à des levées de capitaux significatives on va dire plus de 100 millions périodiquement, investir dans une boîte présentant des risques de solvabilité ou de vulnérabili...

à écrit le 29/03/2012 à 12:14
Signaler
Le cri d'alarme de mon c...l'investissement des fonds c'est la martingale, ils sélectionnent à mort les dossiers, et reniflent (mais c'est c'est un jeu d'enfant quand on connait un peu? c'est plus simple que les jeux de société et bien plus simple qu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.