JP Morgan, attaquée par ses actionnaires, emploie toujours la "baleine de Londres"

 |  | 260 mots
Lecture 1 min.
DR
DR
Des actionnaires JP Morgan Chase ont porté plainte contre elle. La banque américaine est également l'objet d'une enquête de la part du FBI pour les pertes colossales de 2 milliards de dollars essuyées par l'une de ses unités de courtage. Pour l'instant le trader français soupçonné d'être à l'origine de ces pertes et surnommé "la baleine de Londres" serait toujours employée par la société.

JPMorgan Chase a pris trop de risques, estiment certains de ses actionnaires. Ils déposé deux plaintes contre l'établissement new-yorkais après les pertes de trading d'au moins 2 milliards de dollars annoncées la semaine dernière. Un porte-parole de JPMorgan a refusé de commenter ces deux plaintes, qui ont été déposées auprès d'un tribunal fédéral de Manhattan à New York.

Jamie Dimon, le PDG du groupe, qui a subit de vives critiques lors de l'assemblée générale qui s'est tenue mardi et a conservé son poste et sa rémunération, devra sans doute s'expliquer face à la justice. Une enquête préliminaire menée par le FBI est également en cours pour déterminer les circonstances de ces pertes entraînées par les spéculations d'un trader français surnommé "la baleine de Londres". 

La baleine reste à Londres

Ce dernier, de son vrai nom Bruno Michel Iksil, est "toujours employé par la société", a indiqué à l'AFP une porte-parole, alors que le New York Times le disait sur le départ. Toutefois, le trader ne passerait plus d'ordres pour le compte de la banque, et qu'il "devrait avoir quitté la banque d'ici la fin de l'année". En revanche, des têtes sont déjà "tombées". Ina Drew, qui dirigeait la division d'investissements en propre de la banque a été remerciée lundi. Achilles Macris, un responsable de JPMorgan à Londres, et un trader confirmé également basé à Londres, Javier Martin-Artajo, devraient également quitter la banque, selon la presse américaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :