La maison-mère de Bankia a perdu 3,3 milliards d'euros en 2011

 |   |  413  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
BFA a annoncé lundi des pertes de 3,318 milliards d'euros en 2011, dont 1,561 milliard dû à sa participation dans Bankia.

La maison-mère de Bankia, Banco Financiero y de Ahorro (BFA), a annoncé lundi des pertes consolidées de 3,318 milliards d'euros en 2011, dans un communiqué adressé aux autorités boursières espagnoles. "Le conseil d'administration de Banco Financiero y de Ahorros (BFA) a procédé aujourd'hui à la reformulation des comptes consolidés de 2011", a déclaré BFA, précisant que "ces comptes enregistrent un résultat net négatif de 3,318 milliards d'euros".

1,5 milliard d'euros de pertes dues à Bankia

BFA a ainsi attribué 1,561 milliard d'euros de ses pertes à sa participation dans Bankia qui a annoncé vendredi des pertes de 2,979 milliards en 2011. Le groupe attribue "le reste de ses pertes aux actionnaires minoritaires", selon le communiqué. BFA a ajouté que l'"impact de ce montant (3,318 mds EUR, ndlr) est compris dans le plan de sauvetage et la capitalisation du groupe BFA annoncé vendredi. De cette manière, les pertes dévoilées sont complètement couvertes par l'injection de capitaux effectuée par l'Etat dans BFA". Le groupe bancaire se réfère aux 19 milliards d'euros d'aide publique reçus vendredi par Bankia pour son assainissement.

Une émission de dette alarmante

Pour recapitaliser Bankia, Madrid a émis lundi de la dette pour la fournir à BFA. La maison-mère pourra ainsi présenter de tels titres en guise de collatéral au guichet de la Banque centrale européenne (BCE) en échange de liquidités. Cette décision de l'État espagnol révèle que le Fonds de garantie des banques espagnol (Frob) mis en place en février et qui dispose de 5 milliards d'euros n'est plus en mesure de prêter directement aux banques pour satisfaire leurs besoins.

L'action dévisse

Ainsi, le cours de la quatrième banque espagnole a dévissé de 13,4% lundi. Résultat: la capitalisation boursière de Bankia, dont la cotation avait été suspendue vendredi, est passée sous la barre des 3 milliards d'euros (à 2,7 milliards exactement). C'est dire si les investisseurs n'ont guère confiance dans la capacité du gouvernement espagnol à voler à l'aide de la banque, bien que Jose Ignacio Goirigolzarri, président de Bankia, se soit déclaré samedi "certain que l'Etat espagnol (allait) obtenir le financement (nécessaire). L'Etat espagnol s'est en effet engagé à apporter tous les fonds nécessaires pour sauver BFA-Bankia, qui représente 10% du système financier espagnol, de crainte que la faillite éventuelle de ce groupe ne contamine tout le secteur bancaire espagnol, fragilisé par l'éclatement de la bulle immobilière en 2008.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :