La Société générale cherche à sortir du guêpier grec

La banque dirigée par Frédéric Oudéa n'exclut pas une cession de sa filiale grecque Geniki. La vente de sa filiale de gestion d'actifs TCW semble par ailleurs imminente.

3 mn

La Société générale est ouverte à toutes les possibilités concernant l'avenir de sa filiale grecque Geniki. Copyright Reuters
La Société générale est "ouverte à toutes les possibilités" concernant l'avenir de sa filiale grecque Geniki. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Après le Crédit Agricole, c'est au tour de la Société générale de réfléchir à la façon de sortir du guêpier grec. Interrogé sur une éventuelle cession de la filiale grecque Geniki, à la manière du Crédit agricole avec Emporiki, Bernardo Sanchez Incera, directeur général délégué de la Société générale, a répondu que la banque était « ouverte à toutes les possibilités lui permettant d'achever son programme de réduction de coûts et de cessions d'actifs. »

Plus petite qu'Emporiki, qui intéresse les banques grecques Alpha Bank et EFG Eurobank, Geniki pourrait plus facilement trouver preneur. En attendant, la Société générale a réduit « au minimum » sa ligne de financement à Geniki, cette dernière ayant été autorisée à bénéficier du mécanisme de liquidités d'urgence de la banque centrale grecque. Ce qui réduit à 300 millions d'euros l'exposition de la banque française à sa filiale grecque, selon les analystes de JPMorgan.

TCW repris par Carlyle ?

Une autre cession semble imminente : celle de TCW, la filiale américaine de gestion d'actifs de la Société générale. Là encore à la façon d'un Crédit agricole qui vient de céder 19,9% de sa filiale de courtage en Asie CLSA au chinois Citic (avec une option de vente sur le solde du capital), et qui est tout récemment entré en négociations exclusives avec Kepler Capital Markets pour lui vendre sa filiale de courtage Cheuvreux. Dans la même veine, le comité d'entreprise de la Société générale aurait validé la cession de TCW, selon des sources syndicales citées vendredi dernier par l'agence Reuters.

Ni le prix de cession ni de l'identité de l'acquéreur n'a été divulgué aux représentants du personnel, mais le nom du fonds d'investissement américain Carlyle avait circulé, début juillet. Certes, Frédéric Oudéa « ne commente pas les rumeurs relatives aux cessions », mais le PDG de la Société générale a admis mercredi 1er août, lors de la présentation des résultats trimestriels, « avoir en tête la cession d'un certain nombre d'actifs. »

Un ratio de solvabilité de 9% au 30 juin

Comment pourrait-il en être autrement, sachant que la Société générale, comme les autres banques européennes, devra afficher fin 2013 un ratio de fonds propres durs de 9% au moins, dans le cadre de la future réglementation dite de Bâle III ? Et ce, sans recourir à une augmentation de capital, a répété Frédéric Oudéa, jeudi. La banque a déjà joué sur les dividendes, en réduisant leur distribution à zéro au titre de l'exercice 2011.

D'accord, elle continue de mettre en réserve une grande partie de ses bénéfices mais ceux-ci sont sous pression, dans une conjoncture économique difficile. En témoignent les résultats du deuxième trimestre, avec un bénéfice net en chute de 42%, à 433 millions d'euros. Restent donc des cessions d'actifs, pour renforcer les fonds propres de la Société générale, confiante dans sa capacité à atteindre un ratio de fonds propres durs compris entre 9% et 9,5% fin 2013. Fin juin, elle atteignait un ratio de 9,9%, en Bâle 2.5, étape transitoire.
 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 01/08/2012 à 19:46
Signaler
On se demande par ailleurs qui dirige Rosbank en Russie. Il serait sans doute bien venu que la SocGen se sépare aussi de cette entité des plus opaques qu'elle ne semble guère maîtriser. On peut penser que ce sont les sbires du tandem Poutine-Medvede...

à écrit le 01/08/2012 à 15:35
Signaler
la faillitte seule solution

le 01/08/2012 à 16:21
Signaler
c est une de nos plus grandes banques FRANCAISE Je dis NON solution

le 01/08/2012 à 16:38
Signaler
@jean : je pense que c'était de l'humour. Noir, mais de l'humour quand même. Et mine de rien ça donnera peut être enfin une leçon à ses Banquiers (je met la majuscule pour ne pas confondre avec le banquier qui gère votre compte au jour le jour) compl...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.