Barclays réduit la voilure plus fortement que prévu

 |   |  209  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La banque britannique Barclays annonce un plan de restructuration visant 2 milliards d'euros d'économie après de lourdes pertes l'an dernier... Les suites du scandale du Libor se font sentir: l'établissement compter fermer une division chargée de conseiller les multinationales en matière fiscale.

Le Financial Times avait tablé sur 2.000 postes. Ce sera finalement 3.700. Baclays a annoncé ce mardi un plan de restructuration prévoyant la suppression de 1.900 emplois dans la branche "détail" et 1.800 dans la banque d'investissement. Montant des économies prévues d'ici 2015: 1,7 milliard de livres soit 2 milliards d'euros.

Au cours de l'exercice 2012, la banque britannique accuse une véritbale dégringolade de son bénéfice avant impôt. Celui-ci est passé de 5,9 milliards de livres en 2011 à 246 millions de livres en raison de provisions et de dépréciations.

Fermeture d'une unité de conseil fiscal

Sévèrement secouée par le scandale du Libor, qui a coûté son poste au précédent directeur général de l'établissement, Bob Diamond, la banque a également choisi d'agir pour son image. Elle prévoit ainsi de fermer sa division "Structured Capital Markets". Celle-ci suscitait la controverse pour son rôle de conseille fiscal auprès des groupes multinationaux. "Barclays est en train de changer. Nous voulons changer ce que fait Barclays et la façon dont nous le faisons", a déclaré le nouveau directeur général Antony Jenkins. Pour l'avenir, la banque compte développer ses investissements au Royaume-Uni et aux Etats-Unis mais aussi en Afrique.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2013 à 14:12 :
Il n'y a pas que la Barclays qui devrait fermer en Angleterre. Elles sont plus de 10 grandes banques à ne plus contrôler leurs finances, jouant la montre et la titrisation éventuelle pour se tirer d'affaire. Cependant l'économie du pays, toute à sa déroute, n'arrive même pas à assumer cette option classique. Dans guerre des devises quoiqu'en disent certains, devrons-nous sacrifier l'euro pour de le "jaillissement de la filière anglaise dope enfin les marchés ?? Un petit nombre influent semble encore le penser. Rétablir la Grande-Bretagne correspondrait à rétablir l'Europe toute entière en n'ayant plus à supporter "les pays du nord". Las cette vision positiviste mais ancienne semble faire trop long feu. La chute de la maison Usher comme Edgar Poe l'avait écrit s'annonce à bruits sourds.
Réponse de le 12/02/2013 à 15:50 :
Il me semble que vous allez un peu vite.
L'Angleterre est plombée par l'immobilier, et par l'absence de véritable industrie.
Mais je ne les enterrerai pas aussi vite, ils ont le tempérament pour amortir la crise pendant 3/4 ans avant de rebondir ensuite.
Et eux sont malins, ils vont continuer à déprécier leur devise (jusqu'à la parité?) afin de récupérer de la croissance....
a écrit le 12/02/2013 à 11:08 :
réduction de la voilure chez Barclays après le scandale du libor et de l'euribor et les sanctions pécuniaires qui ont suivi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :