Barclays a trouvé le successeur de Bob Diamond

 |   |  405  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A la suite de la démission de Bob Diamond fin juillet, la banque britannique Barclays a annoncé jeudi la nomination comme directeur général d'Antony Jenkins, jusqu'à présent responsable de l'activité de banque de détail et d'affaires du groupe. L'établissement a en outre confirmé mercredi être sous le coup d'une nouvelle enquête des régulateurs britanniques.

Les têtes changent chez Barclays. La banque britannique a annoncé jeudi la nomination comme directeur général d'Antony Jenkins, jusqu'à présent responsable de l'activité de banque de détail et d'affaires du groupe. Il remplace avec effet immédiat Bob Diamond, qui avait démissionné début juillet en raison du scandale des manipulations du taux Libor qui a ébranlé la banque.

Restaurer la réputation de la banque prendra du temps

"Barclays est une banque universelle solide... mais nous avons commis de sérieuses erreurs ces dernières années et clairement échoué à répondre aux attentes", a commenté Antony Jenkins, cité dans un communiqué. Le dirigeant a ajouté souhaiter "restaurer la réputation" de la banque, ce qui selon lui prendra "du temps". Antony Jenkins, qui a débuté sa carrière chez Barclays il y a près de trente ans, était membre du comité exécutif depuis 2009. Barclays avait déjà nommé comme nouveau président du conseil d'administration David Walker, ancien vice-gouverneur de la Banque d'Angleterre, pour succéder à Marcus Agius, lui aussi emporté par le scandale du Libor.

Barclays au c?ur d'un nouveau scandale

Barclays a révélé fin juin qu'elle allait payer environ 360 millions d'euros pour mettre fin à des enquêtes des régulateurs britannique et américain dans une affaire de manipulation des taux interbancaires britannique Libor et européen Euribor entre 2005 et 2009. Mais l'établissement a depuis été rattrapé par une nouvelle affaire. Barclays a ainsi reconnu mercredi soir faire l'objet d'une enquête de l'Office britannique de lutte contre la délinquance financière (SFO) concernant les conditions financières d'une opération réalisée en 2008.

Cette année là et pour éviter de faire appel à une aide publique, la banque avait effectué une levée de fonds de plus de 11,5 milliards de livres, en se tournant principalement vers des investisseurs orientaux, notamment les familles régnantes ou des fonds d'investissement du Qatar et d'Abou Dhabi. A l'occasion de la publication de ses résultats semestriels fin juillet Barclays avait déjà révélé que l'Autorité des services financiers (FSA) avait lancé une enquête de régulation visant quatre de ses employés actuels ou passés, dont le directeur financier Chris Lucas. Les deux autorités (FSA et SFP) tenteraient de déterminer les conditions dans lesquelles certains honoraires ont été payés dans cette affaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :