Evergrande tente de rassurer les marchés en remboursant une partie (infime) de sa dette

Petite lueur d’espoir ? Le géant de l’immobilier chinois vient d’annoncer le paiement d’un coupon sur une tranche obligataire on shore libellée en yuans, mais qui ne concerne qu’une faible fraction de ses créances totales. D’autres échéances sont attendues jeudi. Chacun attend désormais l’annonce d’un plan de restructuration global de la dette colossale du groupe.

4 mn

Evergrande, principal promoteur immobilier en Chine, a accumulé une dette estimée à 260 milliards de dollars.
Evergrande, principal promoteur immobilier en Chine, a accumulé une dette estimée à 260 milliards de dollars. (Crédits : CARLOS GARCIA RAWLINS)

Le scénario du défaut de paiement est écrit depuis plusieurs mois mais Evergrande, le géant chinois de l'immobilier, a tenté de rassurer les investisseurs ce mercredi en annonçant un plan de remboursement d'une (infime) fraction de sa dette.

Dans un communiqué diffusé ce mercredi à Shenzhen, le groupe a ainsi précisé que sa principale filiale, Hengda Real Estate, avait négocié un plan de remboursement d'intérêts sur une obligation à échéance 2025.

Selon l'agence Bloomberg, Evergrande a ainsi expliqué qu'il paierait le coupon détaché de cette obligation on shore (5,8%), d'un montant total de 232 millions de yuans (environ 30 millions d'euros), réservée aux investisseurs chinois. « Les porteurs qui ont acheté et détiennent ces obligations » avant la date de mercredi seront donc assurés du paiement des intérêts, souligne le communiqué.

Inconnue sur l'immense dette du groupe

Mais le sort de sa colossale dette, estimée autour de 260 milliards d'euros (dont la moitié sous la forme d'avances faites sur travaux). Le véritable test est attendu demain, jeudi, où d'autres emprunts arrivent à échéance et cette-fois, sur le marché international de de la dette. Or, la question centrale qui taraudent les investisseurs internationaux est de savoir si ces derniers qui détiennent de la dette off shore libellée en dollars seront traités de la même façon que les investisseurs chinois du marché intérieur.

« L'annonce de ce remboursement partiel va peut-être aider à réduire un peu la volatilité et la baisse des marchés », estime Gary Dugan, du cabinet de conseil Global CIO Office (Singapour), cité par l'AFP. Reste que le marché attend surtout l'annonce d'un plan de restructuration global de la dette, avec le soutien des pouvoirs publics.

Éviter une crise de confiance

Mais, les autorités restent désespérément silencieuses sur leurs intentions, excepté qu'elles n'accepteront pas un risque systémique, ni une dégradation trop forte de l'image de la Chine sur les marchés internationaux. « Pékin va prendre des mesures pour éviter une crise de confiance sur les marchés », se rassure Antoine Lesné, directeur de la stratégie chez State Street Global Advisors/SPDR.

La perspective d'un défaut de paiement d'Evergrande plombe les marchés ces derniers jours, y compris sur les Bourses et les marchés de capitaux internationaux. Si les places européennes ont rebondi mardi, Wall Street a encore cédé du terrain, et les indices MSCI Pays émergents restent dans le rouge. De l'avis des analystes, la restructuration de la dette n'est qu'une question de temps. « Les difficultés du groupe sont connues depuis longtemps mais c'est la matérialisation du risque qui fait basculer les marchés dans l'anxiété », avance Antoine Lesné.

Impact avant tout social

Chacun tente en effet de mesurer l'impact d'une éventuelle faillite du groupe, que certains comparent même au scénario catastrophe de la chute de Lehman Brothers en 2008. Mais Evergrande n'est pas Lehman Brothers, et les créances du groupe chinois ne sont pas des subprimes disséminés dans une multitude de produits financiers complexes logés dans une multitude de bilans bancaires à travers le monde. Les effets de contagion devraient être au final limités, compte-tenu de la profondeur du marché international de la dette et de la solidité même des banques chinoises.

Car, l'une des spécificités du dossier repose sur le fait qu'Envergrande a emprunté de l'argent, non seulement à des banques et des fonds d'investissement, mais aussi à une multitude d'intervenants non financiers, comme ses fournisseurs, ses clients acquéreurs d'un logement et des épargnants chinois via des produits d'investissement liés à l'immobilier.

Le principal risque serait plutôt d'ordre social, sur le plan intérieur. Et à ce titre, l'État Chinois et les Régions (très endettées mais de façon marginale sur les marchés internationaux) pourraient alors intervenir pour assurer la finalisation des chantiers de construction en cours et livrer les appartements déjà partiellement payés.

Même le fondateur du groupe, le milliardaire Xu Jiavin, aurait affirmé dans un média local que le groupe « sortirait bientôt de l'ombre », que les chantiers « reprendraient complètement » et que le groupe apporterait «une réponse aux acheteurs, aux investisseurs, aux partenaires et institutions financières ». La réponse, du moins partielle, est attendue demain avec de nouvelles échéances de remboursement ou de paiement de coupon.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 22/09/2021 à 23:31
Signaler
Rien compris: remboursement du capital ou payement des intérêts annuels?

à écrit le 22/09/2021 à 10:12
Signaler
Et la bourse augmente... les portes du supermarché ré-ouvrent enfin les zombis ne se cognent plus sur les façades en verre ils peuvent de nouveau y faire leurs courses. Tout va bien ce monde est serein car placé entre des mains de gens éveillés.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.