L'AMF met la main sur la fraude dite "pratique de la bouilloire"

 |   |  356  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
Le régulateur a annoncé avoir transmis au Parquet national financier deux dossiers d'enquêtes sur ces types d'arnaques financières. Et d'observer une recrudescence de ces attaques pendant la crise sanitaire.

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a indiqué jeudi avoir transmis au Parquet national financier deux dossiers concernant une technique d'escroquerie dite "pratique de la bouilloire". Fin mars, l'institution avait déjà alerté concernant des risques de fraudes liés au coronavirus sur les marchés.

La technique de la bouilloire consiste à approcher, souvent par téléphone, des investisseurs en leur faisant miroiter un formidable potentiel de hausse d'une action pour qu'ils l'achètent et en fassent grimper le cours, afin de revendre ensuite le titre avec une plus-value. "Dès que cette activité de vente cesse, le cours du titre baisse brutalement", explique le gendarme boursier.

"Certains agissements étant susceptibles de constituer des infractions pénales (escroquerie et blanchiment notamment), le régulateur vient de transmettre au Parquet national financier deux dossiers d'enquêtes portant plus spécifiquement sur les valeurs Orclass et Arthur Maury", a déclaré l'AMF dans un communiqué.

Lire aussi : Arnaques financières : les régulateurs mettent en garde les épargnants

Un accroissement depuis le début de la crise sanitaire

En juin 2018 et en septembre 2019, l'AMF avait indiqué disposer d'indices la conduisant à suspecter que des recommandations d'achats frauduleuses étaient émises concernant des actions cotées sur Euronext Access.

"Un accroissement significatif du nombre de particuliers investissant en bourse ayant été observé depuis le début de la crise sanitaire", l'AMF encourage les investisseurs "à la plus grande vigilance face à ce type de fraude".

Ces arnaques se déploient également sous la forme d'"appels frauduleux aux dons ou encore d'investissements dans des entreprises, cotées en Bourse ou non, supposées tirer profit de l'épidémie et voir leur valorisation augmenter", indiquait l'institution fin mars.

Le gendarme boursier recommande donc aux épargnants de s'assurer que l'intermédiaire qui propose ou conseille des investissements financiers y est bien autorisé.

Entre juillet 2017 et juin 2019, les pertes liées à ces arnaques financières étaient estimées à 1 milliard d'euros pour les épargnants français, selon l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, adossée à la Banque de France).

Lire aussi : Les arnaques financières deviennent un phénomène industriel

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2020 à 6:27 :
En complément de ma première réponse : Souvenez-vous quand La Tribune soulevait le plus grand risque boursier actuel. Risque qui, s'il peut encore être géré, ne sera plus gérable lorsqu'il aura "éclaté"

Michel Prada, ex-Président de COB, dans « La Tribune » daté du 6 décembre 2010 en page 37 : Article intitulé : Refonder l’évaluation financière pour restaurer la confiance « Les problèmes de valorisation sont au cœur des crises. Le sujet de l’évaluation financière échappe aujourd’hui à l’écran radar de la plupart des acteurs et des observateurs des marchés financiers. C’est là un véritable paradoxe au regard du rôle central joué par les problèmes de valorisation des actifs dans les dernières crises qui ont secoué non économies. L’incapacité des institutions financières à valoriser de façon précise et convaincante leurs actifs financiers complexes en l’absence de transactions sur le marché a en effet déclenché une crise de confiance sans précédent depuis 1929. L’heure est aujourd’hui à une refondation de l’évaluation financière, qui doit concerner tant les pratiques de place de la profession et sa déontologie. »
a écrit le 29/07/2020 à 6:09 :
La plus belle "arnaque financière" n'est-elle pas celle des fonds communs de placement vendus comme des produits financiers, alors qu'ils sont des copropriétés comptables. Réalité qui amène à échanger les montants investis contre des chiffres comptables n'ayant aucune contrepartie financière à plus de 90%.
a écrit le 25/07/2020 à 11:16 :
Les petits boursicoteurs ont toujours crus aux miracles: il n'en est rien, ils se retrouvent ainsi lésés de quelques quantités d'€uros qui vont disparaître dans les poches des escrocs habituels . . .
a écrit le 24/07/2020 à 22:20 :
Cela s'appelle du pump & dump et cela concerne 90% des biotech de la côte parisienne car leur mode de financement est basé sur des AK réservés avec discount. Les actions sont ensuite dumpés aux particuliers crédules qui pensaient faire un bon investissement ... Et c'est ce qui maintient toutes ces sociétés en vie ...
Réponse de le 25/07/2020 à 10:32 :
Ce n'est pas bien d'expliquer cette méthode de financement au détriment des particuliers ... car bcp de patrons de Biotech vont se retrouver sur la paille si les petits comprennent qu'ils sont les "vrais produits" .
Il faut aussi que le particulier saisisse que les BIotech existent car elles correspondent à un risque que ne souhaite pas prendre les Big Pharma et pour cause, la probabilité de passer toutes les phases jusqu'à la commercialisation d'un médicament est inférieur à 1% donc autant jouer à la roulette , l'espérance mathématique bien que négative sera meilleure :)
Réponse de le 25/07/2020 à 10:46 :
Sauf que la technique de la bouilloire concerne des gens qui ne sont pas autorisés à donner des conseils et appellent directement des personnes crédules... , sous entendu les avis dithyrambiques de telles ou telles institutions financières qui jouent contre les petits sont acceptés (ex : GS) ... Je comprends en filigrane que lorsque l'arnaque vient des professionnels , c'est acceptable (remember la bulle internet et france telecom : objectif la LUNE ) mais lorsque cela vient de particuliers , c'est mal . lol . Avec l'AMF , l'honneur est sauf .
a écrit le 24/07/2020 à 22:18 :
LOL, Cette méthode est vieille comme la bourse. Ils ont regardé le film "Les initiés" ou quoi (sorti en 2000 quand même, il était temps 😂).
a écrit le 24/07/2020 à 17:17 :
Ils servent pas à grand chose l'amf. Tous les jours les "brokers" excuse my french se repassent les niveaux des stop de leurs clients pour aller les chercher pour faire des écarts... comme ils disent, du pognon quoi !
a écrit le 24/07/2020 à 11:05 :
C'est chaud...
a écrit le 24/07/2020 à 10:37 :
Il faut lire Roberto Salviano, le Salman Rushdie de l'économie, il y a comme ça encore des personnages d'une puissance hallucinante qui mis en perspective avec notre société actuelle composée de cupides et de pleutres leur donne encore plus de classe, démontrant que les marchés financiers en 2008 ont été sauvés par la cocaïne, pour comprendre que finance et activité criminelle sont liées, tout comme politiciens et hommes d'affaires sont liés il est donc normal que les pratiques des uns se retrouvent chez les autres dans un peu tous les sens.
Réponse de le 24/07/2020 à 18:52 :
On supprime les politiciens et la finance.
Heureusement, Il reste les militaires et le parti pour faire tourner le pays comme les merveilleux exemples de cuba, venezuela, coree du nord, etc...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :