La Banque de France va verser 5,6 milliards à l'Etat, un record

 |   |  637  mots
L'institution publique va verser à l'État au titre de 2018 sa plus forte contribution jamais atteinte.
L'institution publique va verser à l'État au titre de 2018 "sa plus forte contribution jamais atteinte". (Crédits : Banque de France)
L’institution va reverser à la collectivité 80% des 7 milliards d'euros de bénéfice dégagés l'an dernier, dont 3,2 milliards sous forme de dividende et le reste en impôt.

Une Banque de France « plus performante » : c'est le leitmotiv de son gouverneur, François Villeroy de Galhau. Lors de la présentation des comptes annuels ce mardi 12 mars, il a fait valoir que l'institution publique avait réduit ses dépenses de 11% en trois ans et ses effectifs de 16% (10.257 salariés). La banque centrale va aussi verser un montant record de contribution au budget de l'État, de 5,6 milliards d'euros.

« Il s'agit du chiffre le plus élevé de l'histoire de France. C'est une bonne nouvelle », s'est félicité le gouverneur.

Dans le détail, l'institution va reverser 3,22 milliards d'euros sous forme de dividendes au titre de 2018 et 2,4 milliards en impôt sur les sociétés. Soit 80% de son résultat ordinaire (avant impôt, après déduction des charges d'exploitation) qui s'est élevé à 7 milliards, en hausse de plus de 16%. Ce n'est pas un record : ce niveau reste en deçà de 2012 où le bénéfice avait dépassé les 8,1 milliards d'euros.

Ces « résultats solides » ont été tirés pas les gains issus des titres détenus dans le cadre de la politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne (BCE), c'est-à-dire les programmes d'achats de dettes (d'État ou d'entreprises), et par « la hausse des taux d'intérêt en dollar américain », explique l'institution. Le produit net des activités de la Banque de France a en effet bondi de 13% à 9,2 milliards d'euros, du fait de l'accroissement des encours du bilan. Le produit net d'intérêt de la banque centrale profite aussi des abondantes liquidités laissées sur les comptes de dépôt.

« Les dépôts bancaires nous rapportent, ils sont rémunérés en territoire négatif à -0,40% depuis mars 2016 », a rappelé le gouverneur.

Un portefeuille plus rentable que celui de la Bundesbank

Même si elle ne s'en vante pas, la Banque de France a dégagé un bénéfice presque trois fois plus important que celui de la Bundesbank allemande (2,43 milliards d'euros).

« Ce n'est pas la première fois. Il y a deux explications. L'une tient aux revenus monétaires : le portefeuille en Bund [emprunt d'État allemand, ndlr] rapporte moins que celui en OAT [obligations assimilables du Trésor français]. L'autre explication tient à la politique de placement : la Bundesbank n'a pas recours à cette possibilité », a expliqué François Villeroy de Galhau.

Le 21 février, la BCE avait annoncé un bénéfice net de 1,575 milliard d'euros au titre de 2018, en augmentation de 301 millions d'euros « due principalement à la hausse des revenus nets d'intérêts issus du portefeuille en dollars et du portefeuille comprenant le programme d'achats de titres » de dettes dans le cadre de sa politique monétaire de « quantitative easing » (QE). Ce n'était là non plus pas un record, le bénéfice le plus élevé de l'institution de Francfort remontant à 2009 (2,25 milliards d'euros).

« Le bénéfice net de la BCE est distribué aux banques centrales nationales (BCN) de la zone euro », a-t-elle rappelé.

La quote-part de la Banque de France était de 20,14% fin 2018 (elle a été réévaluée à 20,40% au 1er janvier 2019).

La BCE ayant ralenti puis arrêté en décembre dernier ses achats d'actifs, le bilan des banques centrales va se stabiliser. Celui de la Banque de France n'a augmenté que de 34 milliards l'an dernier, pour atteindre 1.088 milliards d'euros. Voulant tordre le cou à des rumeurs, le gouverneur de la banque centrale française a insisté sur la stabilité de la réserve d'or, qui s'élève à 2.436 tonnes, soit la quatrième au monde, pour une contrevaleur de 87,8 millions d'euros (84,7 millions fin 2017).

« La Banque de France n'a pas vendu ni acheté la moindre once d'or et n'a pas l'intention de le faire. La contrevaleur en euros a changé, comme le cours de l'or », a-t-il martelé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2019 à 22:49 :
Il y a une coquille, les réserves en or se comptent en milliards (84 milliards et non 84 millions). Heureusement !
a écrit le 14/03/2019 à 14:22 :
Merci à l'apport du système franc CFA !!!
a écrit le 13/03/2019 à 21:09 :
La Banque de France va verser 5,6 milliards à l'Etat, qui va les dilapider comme d'ordinaire! au lieu de financer les PMI/ETI productrices qui embauchent et même potentiellement exportatrices . . .
a écrit le 13/03/2019 à 14:00 :
N'oublions pas l'apport des pays d'Afrique grâce au franc CFA !
a écrit le 13/03/2019 à 12:18 :
Ce gouvernement, financièrement aux abois, fait les fonds de tiroirs !!! Il sera intéressant de connaître les contributions demandées à toutes les entreprises contrôlées par l’Etat, en espérant qu’elles n’auront pas à emprunter pour régler ce qu’elles doivent, comme cela a pu être le cas dans le passé !!!
a écrit le 13/03/2019 à 11:14 :
Cet argent devrait servir a rembourser notre dette de l'Etat, actuellement plus de 2000 milliards d'Euros !!!
Réponse de le 13/03/2019 à 12:50 :
Oui, pourquoi pas ? Mais ce n'est pas avec une petite cuillère que l'Etat va vider l'océan de la dette abysale. Cela ne se fera pas tout le temps qu'il ne commencera pas à luter les trous du tonneau de Danaïde des dépenses publiques, à commencer par les plus gros trous et les moins utiles à la France : (dans le désordre) le millefeuille administratif, l'armement militaire, les énooooormes subventions aux entreprises de l'éolien et du photovoltaïque, l'immigration incontrôlée et les multiples dépenses liées, les centaines de comités et organismes "théodules" où sont planqués les copains et les coquins, les énooooormes subventions allouées SANS CONTREPARTIE aux entreprises au titre de la création d'emplois, alors que, en face, le chômage reste endémique à des niveaux étourdissants, les milliards d'€ versés à l'UE pour les résultats décevants que tout le monde connaît (la France serait mieux à même de gérer ces fonds pour les intérêts bien compris de ses nationaux), etc., etc. La liste est encore longue ...
Réponse de le 13/03/2019 à 12:51 :
Oui, pourquoi pas ? Mais ce n'est pas avec une petite cuillère que l'Etat va vider l'océan de la dette abysale. Cela ne se fera pas tout le temps qu'il ne commencera pas à luter les trous du tonneau de Danaïde des dépenses publiques, à commencer par les plus gros trous et les moins utiles à la France : (dans le désordre) le millefeuille administratif, l'armement militaire, les énooooormes subventions aux entreprises de l'éolien et du photovoltaïque, l'immigration incontrôlée et les multiples dépenses liées, les centaines de comités et organismes "théodules" où sont planqués les copains et les coquins, les énooooormes subventions allouées SANS CONTREPARTIE aux entreprises au titre de la création d'emplois, alors que, en face, le chômage reste endémique à des niveaux étourdissants, les milliards d'€ versés à l'UE pour les résultats décevants que tout le monde connaît (la France serait mieux à même de gérer ces fonds pour les intérêts bien compris de ses nationaux), etc., etc. La liste est encore longue ...
Réponse de le 13/03/2019 à 13:57 :
Oui, vous avez certainement raison, Monsieur, mais vous savez, "les petits ruisseaux, font les grandes rivières"
a écrit le 13/03/2019 à 9:16 :
La plus grande partie du bénéfice provient de l’argent que les banques lui ont versé au titre des dépôts. Ces dépôts proviennent de l’argent que les clients déposent sur leurs comptes et qui ne sont pas ou peu rémunérés par les banques, à cause de la politique de taux zéro ou négatifs de la bànque centrale. Ce n’est donc ni plus ni moins qu’ un impôt prélevé sur les clients contribuables. La B.de France ne doit pas crier victoire.
a écrit le 13/03/2019 à 9:15 :
2436 Tonnes d'or contre valeur 87.6 millions d'euros ??? J'ACHETE !!!!!!
Réponse de le 13/03/2019 à 12:24 :
Dans un article sérieux, on ne confond pas les millions et les milliards...
a écrit le 13/03/2019 à 8:15 :
Il serait judicieux de mettre cette somme au fonds de retraites àl’occasion de la suppression du régime spécial des retraites de la banque de france
a écrit le 13/03/2019 à 8:00 :
Vous avez écrit une boulette à la fin. Ce ne sont pas des millions, mais des milliards pour la valeur des réserves d'or !
a écrit le 13/03/2019 à 6:12 :
Il s’agit de milliards d’euros ! Environ 90 milliards d’euros de reserve d’or
a écrit le 12/03/2019 à 21:59 :
Et si la Banque de France mettait cet argent à la Caisse d'Epargne? On ne va tout de même pas donner ce pactole à un panier percé! Plus on verse à l'Etat et plus le déficit budgétaire s'accroît. Que font donc ceux que nous avons élus pour contrôler l'Exécutif ... et surtout ses dépenses?
a écrit le 12/03/2019 à 18:47 :
Pourquoi les dividendes ne sont pas indexés sur l’inflation globale ?
Par exemple sur une année :
Par rapport à la crise globale permettre une somme proportionnelle et bloquée une partie dans les comptes de l’entreprise ?
a écrit le 12/03/2019 à 18:12 :
Attention, le stock d'or de la Banque de France vaut 87 MILLIARDS d'euros, pas 87 millions...
a écrit le 12/03/2019 à 17:12 :
C'est à peu près la somme que j'avais estimé que l'État pourrait gagner chaque année en légalisant le cannabis( sans parler de la création d'emplois, du vidage des prisons... ) Et surtout revenus bien plus assurés.

Une certaine vision des choses... Dommage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :