Le Grand Ouest jette un pont entre startups et investisseurs

 |   |  829  mots
Nous avons voulu essaimer au-delà des capitales régionales, vers d'autres villes du territoire dont l'écosystème d'entreprises fonctionne très bien, ce qui est le cas de Saint-Malo, explique Pierre Tiers, l'un des organisateurs de Start West, qui se déroulera cette année dans la cité malouine plutôt qu'à Nantes ou Rennes.
"Nous avons voulu essaimer au-delà des capitales régionales, vers d'autres villes du territoire dont l'écosystème d'entreprises fonctionne très bien, ce qui est le cas de Saint-Malo", explique Pierre Tiers, l'un des organisateurs de Start West, qui se déroulera cette année dans la cité malouine plutôt qu'à Nantes ou Rennes. (Crédits : Décideurs en région)
La 15ème édition de Start West, un événement qui fait se rencontrer startups, business angels et fonds de capital-innovation, se déroulera le 9 avril à Saint-Malo. Sur les 430 projets sélectionnés lors des 14 éditions précédentes, près d’un sur quatre est parvenu à lever des capitaux, pour un total de l’ordre de 300 millions d’euros.

La Californie a ses startups, le Grand Ouest français aussi. A ceci près que les passerelles entre jeunes pousses et investisseurs sont autrement plus nombreuses dans la Silicon Valley. "En 2000, j'avais été interpelé par la technopole de Nantes, qui peinait à trouver des fonds de capital-innovation capables de comprendre et de financer les startups locales", se souvient Pierre Tiers, représentant de Nantes Place Financière pour le Grand Ouest, l'un des organisateurs de l'événement Start West, dont la 15ème édition se déroulera le 9 avril. C'est donc pour jeter un pont entre porteurs de projets en quête de financement et investisseurs que Nantes Place Financière et les technopoles de Nantes et de Rennes avaient créé Start West, en 2001.

Le principe ? Sur une journée, une trentaine de startups présélectionnées par les organisateurs "pitchent" leur projet à une cinquantaine de business angels, fonds de capital-innovation et autres investisseurs publics et privés. Non seulement ces derniers bénéficient du premier écrémage réalisé par Start West, mais, souligne Pierre Tiers, ils accèdent également à "des projets qui ne sont pas encore très connus au niveau national", au lieu de se battre avec tous les investisseurs de France pour financer un Criteo ou un BlaBlaCar.

Les exemples de Talend et de Valneva

Du côté des startups, sur les 430 sélectionnées par Start West sur l'ensemble des 14 éditions précédentes, près d'un quart sont parvenues à lever des capitaux depuis leur création, pour un total de l'ordre de 300 millions d'euros. Un montant qui recouvre des réalités très hétérogènes : certaines jeunes pousses n'ont pas récolté plus de 500.000 euros, d'autres - beaucoup plus rares - ont levé plusieurs dizaines de millions d'euros, à l'image de Talend et des 80 millions d'euros levés entre 2006 et 2013 par cet éditeur de logiciels, qui s'est depuis fait un nom dans la Silicon Valley. Ou de la biotech Vivalis, repérée par Start West en 2001 et qui a par la suite levé une cinquantaine de millions d'euros au total, en particulier dans le cadre de son introduction en Bourse, en 2007, avant de fusionner avec l'Autrichien Intercell en 2012, pour devenir Valneva.

Des "sucess stories" que connaîtront peut-être Energiency et Golaem, deux startups qui ont respectivement fait partie des promotions 2014 et 2013 de Start West. Energiency est en tout cas bien partie. Créé il y a deux ans, cet éditeur d'un logiciel permettant aux industriels de réaliser des économies d'énergie vient d'être sélectionné par le tout nouvel incubateur de startups de GDF Suez.

"Start West nous a permis de rencontrer l'un de nos premiers investisseurs, le fonds Starquest Capital",

témoigne de son côté Stéphane Donikian, PDG de Golaem, un essaimage de l'Inria qui a développé un logiciel permettant aux créateurs de séries comme "Game of thrones" ou "The walking dead" de concevoir des figurants numériques afin d'illustrer les scènes de mouvements de foules. Si Golaem est parvenue l'an dernier à boucler un tour de table de 600.000 euros, c'est en partie grâce au "coaching" de Start West, qui a enseigné à l'équipe dirigeante les us et coutumes de la présentation de projets à des investisseurs.

"Notre métier étant B2B, nous avions un discours très technique, nous ne mettions pas en avant le fait que nous permettons de démocratiser des techniques complexes pour les créatifs des studios de production",

reconnaît Stéphane Donikian.

Aller au-delà des capitales régionales

Des expériences qui ont convaincu cette année 73 jeunes entrepreneurs de faire acte de candidature à Start West. Les organisateurs de l'événement, qui n'avaient jamais reçu autant de projets, en ont sélectionné 27. La moitié environ de ces heureux élus cherchent des financements compris entre 150.000 et 500.000 euros, l'autre moitié vise plus haut. Et ce, pour financer des projets dans les domaines des biotechs, du Web ou encore de la sécurité. "Ceux qui savent apporter des solutions dans la sécurisation des données, des réseaux et des échanges électroniques sont sur une dynamique de croissance très forte. Le récent flux de nouveaux projets, notamment en Bretagne, en fait la démonstration", précise Yann-Yves Le Goffic, directeur de la technopole Rennes Atalante.

Autre particularité de l'édition 2015 de Start West, outre le nombre record de candidatures reçues : elle se déroulera à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), alors qu'elle a toujours eu lieu à Nantes ou à Rennes, les deux villes alternant chaque année. "Nous avons voulu essaimer au-delà des capitales régionales, vers d'autres villes du territoire dont l'écosystème d'entreprises fonctionne très bien, ce qui est le cas de Saint-Malo", explique Pierre Tiers. Saint-Malo, où le groupe de textile Beaumanoir (Morgan, La City, Bréal, etc.) vient d'ailleurs de lancer un incubateur et un accélérateur de startups spécialisées dans le commerce connecté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :