Le Hub, nouveau laboratoire d’innovation des assureurs

 |   |  924  mots
Sur 250 m2, le Hub de la FFA, accompagne six jeunes pousses
Sur 250 m2, le Hub de la FFA, accompagne six jeunes pousses (Crédits : FFA)
La Fédération française de l'assurance (FFA) héberge six jeunes pousses dans son Hub. Objectif : créer des synergies avec les 280 assureurs adhérents et diffuser plus largement l'innovation dans le secteur de l'assurance en pleine mutation.

Le monde de l'assurance, lui aussi, innove. Voilà en somme le message que souhaite faire passer la Fédération française de l'assurance (FFA), qui présentait vendredi 22 mars la première promotion de son Hub, un dispositif d'accompagnement spécifiquement dédié aux Assurtech, les startups de l'assurance, dévoilé l'été dernier.

Installé au siège de la fédération, au 26 boulevard Haussmann à Paris, l'espace de 250 mètres carrés propose d'héberger gratuitement les jeunes pousses (24 postes de travail), de les mettre en relation avec les différents membres adhérents de la fédération (280 assureurs) via une batterie d'événements et de les épauler grâce aux experts métier.

Un dispositif d'innovation complémentaire

La FFA met en avant la complémentarité de ce dispositif avec les autres incubateurs déjà existants, comme Axa Factory ou encore le programme d'accélération d'Allianz France. « De nombreux assureurs disposent déjà de leurs propres dispositifs d'innovation, mais le Hub est complémentaire, car il permet un raisonnement collectif, non calqué sur les axes stratégiques d'une entreprise », avance Valérie Bompard, présidente de la commission numérique de la fédération et directrice de l'innovation et de la transformation digitale de Société Générale Assurances.

« Les métiers de l'assurance ne sont pas toujours valorisés et pourtant ils sont essentiels dans la vie des particuliers. Ce hub permet de donner une image plus moderne de l'assurance. Il constitue également un instrument supplémentaire sur lequel je peux m'appuyer pour mener la transformation de l'entreprise », témoigne Magali Noé, directrice du digital chez CNP Assurances.

Six startups incubées

Le Hub accompagne aujourd'hui six jeunes pousses (sélectionnées parmi 16 candidatures) à des stades de développement plus ou moins avancés. Parmi elles, Fotonower propose d'automatiser la gestion des sinistres automobiles grâce à des algorithmes de reconnaissance d'image. « Notre solution permet de déterminer si un véhicule doit être mis à l'épave ou s'il est réparable. Aujourd'hui, un particulier attend en moyenne 40 jours pour connaître cette décision après un sinistre. Nous souhaitons ramener ce délai à 5 jours », explique Victor Reutenauer, son dirigeant. De son côté, Insquary a développé une plateforme d'échanges entre les assureurs et leurs partenaires, comme les courtiers, pour faciliter leur mise en conformité. « Grâce au Hub, notre solution a été adoptée par l'Union mutuelle de réassurance », précise Philippe Ramangasoavina, son président.

Soyooz, pour sa part, s'est spécialisée dans la recommandation personnalisée. « Nous sommes une entreprise multisecteur. Rejoindre le Hub nous a permis d'avoir une meilleure compréhension du marché », explique Séverine Hours, directrice marketing de la startup. Créée il y a cinq ans, la jeune pousse est actuellement en discussions avec différents membres de la FFA intéressés par son produit. « Dans le cadre d'un contrat d'assurance emprunteur, par exemple, notre solution peut recommander au conseiller de soumettre une option 'perte d'emploi' à son client si celui-ci a indiqué au préalable qu'il exerce un métier très spécifique et que ses possibilités de reconversion dans sa région sont très faibles », expose-t-elle.

L'entreprise Zelros fait également partie de ce premier cru. Cette startup, spécialisée dans la création de chatbots (robots conversationnels) basés sur des algorithmes d'intelligence artificielle, n'a pas attendu de rejoindre le Hub pour séduire CNP Assurances. L'assureur l'a déjà adoptée afin d'améliorer l'efficacité de ses collaborateurs dans la gestion des réclamations et, par ricochet, la satisfaction client.

« CNP Assurances existe depuis 160 ans. Trouver certaines données dans notre système d'information peut être très difficile. La solution de Zelros permet de faire remonter la bonne information au chargé de clientèle », détaille Magali Noé.

Analyse des données et Regtech

Pour l'heure, aucune compagnie d'assurance n'a investi dans les startups sélectionnées, mais de futures prises de participation ne sont pas exclues. La FFA, elle, vient de lancer un appel à projets pour recruter les membres de sa deuxième promotion qui débutera à l'automne prochain. Les startups seront retenues selon le degré d'innovation de leur solution, la composition des équipes, leur valeur ajoutée pour le secteur et la robustesse de leur modèle économique.

« Nous allons continuer à regarder les Regtech [les technologies facilitant le respect des obligations réglementaires, Ndlr] et les technologies d'analyse des données, car les assureurs sont de gros consommateurs de data qu'il faut structurer», indique Jérôme Balmes, directeur du digital et de l'innovation au sein de la fédération.

Les startups de la première promotion, elles, pourront bénéficier de six mois supplémentaires d'accompagnement. Un temps relativement long, mais nécessaire pour mettre en place des collaborations concrètes.

Les 6 startups de la 1re promotion :

  • Zelros développe des chatbots pour assister les collaborateurs des compagnies d'assurance.
  • Soyooz est spécialisée dans les recommandations personnalisées. Elle développe des conseillers virtuels pour assister les agents, conseillers de clientèle et courtiers.
  • Seyna veut créer un nouvel assureur spécialisé sur les marchés de niches en assurance Iard (incendies, accidents et risques divers).
  • JetPack Data propose de transformer les fichiers Excel et bases de données en analyses graphiques dynamiques et partageables.
  • InSquary développe une plateforme d'échanges entre les assureurs et leurs partenaires.
  • Fotonower propose une solution automatisée de gestion des sinistres automobiles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :