Le patron français du London Stock Exchange partira avant le Brexit

 |   |  552  mots
Xavier Rolet dirigeait le LSE depuis mai 2009. Il a travaillé dix ans chez Goldman Sachs et neuf ans chez Lehman Brothers, dont il a présidé la filiale française.
Xavier Rolet dirigeait le LSE depuis mai 2009. Il a travaillé dix ans chez Goldman Sachs et neuf ans chez Lehman Brothers, dont il a présidé la filiale française. (Crédits : Reuters)
Aux commandes depuis mai 2009, Xavier Rolet quittera son poste de directeur général du LSE d'ici à fin 2018. Il part sur un excellent bilan mais à un moment délicat pour l'opérateur de la Bourse de Londres, confronté aux conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Il ne fêtera pas son dixième anniversaire aux commandes de l'opérateur de la Bourse de Londres : le Français Xavier Rolet, âgé de 57 ans, quittera ses fonctions de directeur général du London Stock Exchange Group (LSE) d'ici à décembre 2018. Soit juste avant la sortie officielle prévue du Royaume-Uni de l'Union européenne (mars 2019), qui constitue un défi immense pour la place financière londonienne. Le LSE, qui a annoncé la nouvelle ce jeudi, se met en quête d'un successeur à ce dirigeant à l'excellent bilan, en dépit d'un mandat mouvementé.

« Sous la direction de Xavier, le LSE a construit une stratégie claire et couronnée de succès ainsi qu'une solide équipe de management. Résultat : la capitalisation boursière du groupe a augmenté de 800 millions à près de 14 milliards de livres aujourd'hui », l'équivalent de 15,6 milliards d'euros, relève le groupe dans son communiqué.

Transformé en groupe international

Arrivé aux commandes en mai 2009, Xavier Rolet, diplômé de l'école de commerce de Marseille (Kedge Business School aujourd'hui) et de l'université Columbia, a grandi à Sarcelles et commencé sa carrière comme trader chez Goldman, où il a travaillé dix ans, à New York et à Londres, dans les activités de marchés d'actions. Il a ensuite travaillé chez Credit Suisse et Dresdner, et neuf ans chez Lehman Brothers, dont il a dirigé la filiale française, revendue à Nomura au lendemain de la crise financière.

« Le mandat de M. Rolet a été bon pour les actionnaires et s'est traduit par une création de valeur substantielle : le cours de l'action, ajusté de l'augmentation de capital pour financer l'acquisition de Russel, a crû de 510% (contre 69% pour l'indice FTSE 100) », relève l'analyste financier de RBC Research.

« Il a été un solide défenseur de Londres comme centre financier mondial [...] et a transformé le London Stock Exchange d'une place orientée sur les volumes et centrée sur Londres à un groupe diversifié et international, concentré principalement sur les activités pré-marchés (propriété intellectuelle, données, information, benchmarks, analytique) et post-marchés (services de gestion des risques et compensation centrale). »

Réputé fonceur, le banquier, qui a participé deux fois au Rallye Dakar, et amateur de vin (il possède un vignoble en Provence), s'est notamment illustré avec le rachat de LCH Clearnet en 2012, devenue la plus importante chambre de compensation au monde.

En revanche, les multiples tentatives de Xavier Rolet de marier le London Stock Exchange à un autre grand opérateur de marchés, comme celui de la Bourse de Toronto en 2011 puis Deutsche Börse, ont échoué. Le directeur général du LSE avait indiqué qu'il quitterait son poste après la fusion avec l'opérateur allemand, laquelle a été bloquée en mars dernier par la Commission européenne, dans un contexte en outre devenu extrêmement compliqué post-Brexit.

Or la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne va poser de nombreux problèmes opérationnels et juridiques au LSE. Xavier Rolet s'était ému des projets de Bruxelles d'imposer la relocalisation dans l'UE de l'activité de compensation des dérivés en euro. Ce serait « le chaos total » selon lui. Il avait aussi estimé à 100.000 le nombre d'emplois, directs et indirects, menacés dans la compensation à la City à cause du Brexit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :