Les banques prêtes à adopter le Bitcoin ou plutôt sa technologie Blockchain

 |   |  599  mots
La technologie du bitcoin attire l'attention de nombreuses banques et pas seulement pour s'en servir comme moyen de paiement.
La technologie du bitcoin attire l'attention de nombreuses banques et pas seulement pour s'en servir comme moyen de paiement. (Crédits : © Mark Blinch / Reuters)
La Barclays devrait autoriser les dons en bitcoin pour les organismes de charité. Cette première intrusion de la monnaie virtuelle dans les instances bancaires traditionnelles pourrait ouvrir la boîte de Pandore. En effet, les banques réfléchiraient à une utilisation de la technologie qui génère le bitcoin pour repenser leurs activités, notamment pour gérer le marché des devises.

C'est un petit coup éclair dans le monde des banques mais qui pourrait bien se transformer en tonnerre. La Barclays est sur le point d'accepter les échanges en bitcoin, dès cette année, rapporte le Sunday Times. La banque britannique serait ainsi la première institution de ce rang à accepter ce moyen de paiement, qui s'échange actuellement à une unité bitcoin pour 204,86 euros.

Un arsenal pour assurer le développement du bitcoin

Révolution, certes, mais révolution douce. Dans un premier temps, seules les associations de charités seront habilitées à recevoir sur leurs comptes des dons en bitcoin. Mais au vu de l'arsenal déployé par la banque - 75 personnes mobilisées dans deux laboratoires de recherche, on peut spéculer sur une ouverture généralisée à ses clients dans les mois qui viennent.

Pour assurer ce développement, la banque a également investi dans des startups du secteur des Fintechs, notamment dans la plateforme suédoise d'échange Safello. Cette jeune pousse pourrait gérer les flux de bitcoin entre les comptes Barclays et les donateurs, selon le site Arstechnica.uk

Intérêts de l'ensemble du secteur

En se positionnant sur le bitcoin, Barclays prend de l'avance par rapport aux autres concurrents du secteur bancaire. Depuis plusieurs années, des banques internationales réfléchissent à la pertinence de cette monnaie, qui pourrait être utilisée par plus de 5 millions de personnes d'ici 2019.

Jusqu'alors, aucune d'entre elles n'avaient franchi le cap. Le peu de fiabilité de certaines plateformes, la volatilité du cours par rapport à l'euro ou le dollar, ainsi que le caractère illégal de cette monnaie cryptée avaient pu refroidir certaines banques. Désormais, la plupart des pays d'Europe occidentale et du Nord ont estimé son utilisation légale, même si les conditions d'utilisation varient selon les Etats. En France, le CESE souhaitait nécessaire la mise en place d' "un cadre légal international de régulation".

Réunion privée entre 15 institutions financières

Mais la vraie révolution pourrait être dans l'utilisation de la technologie du bitcoin et pas uniquement dans son usage de paiement. Ainsi, le logiciel "Blockchain", qui génère grâce à des algorithmes les échanges de bitcoin, pourrait révolutionner l'ensemble du secteur bancaire. Banques et entreprises font preuve d'une certaine hystérie autour de cette technologie.

C'est dans cette perspective que 75 employés provenant de 15 institutions financières différentes ont tenu une réunion privée à Bank of America pour discuter de l'utilisation de la "blockchain". Le but plus précis de cette rencontre feutrée ? Réorganiser le marché de change de devises étrangères, rapportait au mois d'août le New York Times.

En effet, le bitcoin aurait un certain nombre d'avantages pour le marché des devises du Forex : les vitesses de transfert quasi instantané et une structure de coûts beaucoup plus bas que les méthodes actuelles.

Vers un big-bang du secteur bancaire ?

Encore plus incisif, BNP Paribas estime que la technologie du bitcoin aurait le potentiel de rendre les organismes financiers actuels tout simplement inutiles. C'est en tout cas le scénario qu'envisage Johann Palychata, analyste de la banque française, dans le magazine interne de la BNP.

Face à cette vague disruptive, le géant suisse UBS a également ouvert un laboratoire de recherche dédié à la fintech, et spécifiquement à l'exploration "des technologies telles que le Blockchain et les crypto-devises émergentes, dans le but de comprendre l'impact potentiel pour l'industrie." Les acteurs mondiaux n'ont plus le temps d'attendre. L'orage de la révolution bancaire gronde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2015 à 21:27 :
"bitcoin ".. L'arnaque bancaire absolue.. Une monnaie sans Etat souverain, sans support économique, sans réalité fiduciaire, sans garantie, incontrôlable, factice, purement électronique, par essence volatile, non imposable.. Bientôt optionnelle, puis alternative et enfin obligatoire ? Sans doute l'arme de la fin du monde.
a écrit le 05/09/2015 à 20:34 :
J'ai vu un site pas mal (en anglais) qui permet d'avoir une vue d'ensemble de l'actualité Bitcoin, un agrégateur de contenu :

http://btcsumo.com
a écrit le 01/09/2015 à 19:50 :
Vu la situation, qui commence à sentir le roussi malgré les gros qe, ça ressemble tellement à un raclage de fond de tiroir que ça fait pitié. Va tout de même falloir penser à aider les riches, sinon, nous n'aurons plus de raison d'être pauvre...
a écrit le 01/09/2015 à 19:48 :
Faire du pognon à partir de l'argent des autres ou à partir de rien, sans aucune moralité, c'est l'essence même du métier de banquier. C'est donc bien normal que le bitcoin les intéresse. On peut compter sur eux pour que l'arnaque change d'échelle...on en reparlera.
a écrit le 01/09/2015 à 18:30 :
entre utiliser le bitcoin comme monnaie et utiliser sa technologie y a un monde... je connais des gens qui utilisent le bc pour des transferts vers des pays pas trop riches pour contourner les prix des virements... par contre c'est immediatement converti en monnaie locale ce qu'on peut comprendre vu la volatilite du bc

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :