Bitcoin : après la consécration, la régulation ?

 |   |  1262  mots
Interdiction ou encadrement du bitcoin ? Plusieurs Etats, notamment la Chine et la Corée du Sud, sont prêts à prendre des mesures radicales. En France, l'Autorité des marchés financiers (AMF) met en garde les épargnants sur les risques liés à l'achat de bitcoin et envisage un visa pour les levées de fonds en monnaie virtuelle ou ICO.
Interdiction ou encadrement du bitcoin ? Plusieurs Etats, notamment la Chine et la Corée du Sud, sont prêts à prendre des mesures radicales. En France, l'Autorité des marchés financiers (AMF) met en garde les épargnants sur les risques liés à l'achat de bitcoin et envisage un visa pour les levées de fonds en monnaie virtuelle ou ICO. (Crédits : DC)
La monnaie virtuelle, dont le cours a été multiplié par 14 l'an dernier, est devenue un sujet de conversation du grand public et de préoccupation des régulateurs financiers. Elle sera même à l'ordre du jour d'un sommet du G20 en avril, à la demande de la France. Institutionnalisée par la création de contrats à terme sur des marchés réglementés, à Chicago, cette monnaie non légale ultraspéculative pourrait subir une offensive réglementaire tous azimuts cette année.

Qui eût parié il y a un an que le bitcoin serait l'un des sujets de conversation incontournables des repas de fêtes de fin d'année ? Ou que la monnaie virtuelle multiplierait par 14 sa valeur ? 2017 restera incontestablement l'année du bitcoin, celle où la cryptomonnaie est sortie de son cercle très fermé d'initiés pour s'ouvrir au grand public, de l'étudiant au fan de Nabilla en passant par l'épargnant lambda, alléché par la perspective d'un gain rapide. Mais pas sans risque.

Très vite, le débat est devenu extrêmement clivant entre pro et anti, entre défenseurs de « la monnaie du futur », qui serait débarrassée du joug des États, camp où se mêlent des libertariens, des anticapitalistes et de purs spéculateurs, et ses détracteurs, dénonçant « une pure bulle, sans valeur intrinsèque » (Jean Tirole, le Prix Nobel d'économie) ou carrément une « arnaque » (Jamie Dimon, le patron de JPMorgan), aux yeux des spécialistes de la finance, banquiers d'affaires, centraux et autorités. Quitte à passer pour des maniaques du contrôle un brin passéistes.

Lire aussi : Pour Warren Buffett "les cryptomonnaies, ça va mal finir"

Une volatilité accentuée

Chacun s'interroge. Même Jean Tirole, circonspect, relevait que « personne ne peut dire avec certitude que le bitcoin va s'effondrer. Cela pourrait devenir le nouvel or », tout en ajoutant qu'à titre personnel il « ne parierai[t] pas [ses] économies et ne voudrai[t] pas non plus que les banques réglementées parient sur sa valeur. »

« Chacun cherche le juste prix. Je vais me hasarder à proposer une fourchette raisonnable en situant le prix du bitcoin quelque part entre 0 et 5 millions de dollars » nous confie Bruno Cavalier, économiste à la banque Oddo BHF.

« Il doit valoir zéro si le bitcoin reste ce qu'il est encore largement aujourd'hui : un véhicule de blanchiment de l'argent. Il doit valoir 5 millions s'il parvient, à terme, à se substituer à l'ensemble des monnaies existantes, puisque c'est - en gros - le rapport entre la masse monétaire mondiale et le nombre de 21 millions de bitcoins [le nombre maximal prévu d'unités de cette monnaie virtuelle, ndlr]. Rappelez-moi s'il sort de cette fourchette ! » plaisante-t-il.

Une forme de consécration est arrivée en décembre, avec la création de contrats à terme (des « futures ») sur le bitcoin négociés sur des plateformes de marchés réglementés (le Chicago Board Options Exchange et le Chicago Mercantile Exchange), permettant de spéculer, à la hausse ou à la baisse, sur le prix futur de la cryptomonnaie.

Cette institutionnalisation a encore accentué la volatilité du bitcoin, qui avait déjà attiré de nombreux fonds spéculatifs : il y aurait plus de 175 hedge funds spécialisés dans les monnaies virtuelles et l'un d'eux, Pantera Capital, créé en 2013, a annoncé en décembre un retour sur investissement de plus de 25.000% ! Les investisseurs de la première heure ont en effet accumulé des sommes colossales, à l'image des jumeaux Winklevoss, devenus les premiers milliardaires officiels en bitcoin. Il y aurait un millier de détenteurs de gros tickets en monnaie virtuelle, surnommés des « baleines », qui posséderaient 40 % des bitcoins en circulation. Leur pouvoir d'agir de concert peut provoquer de brusques mouvements sur le marché, comme ceux subis dernièrement par la devise numérique sans cours légal.

Lire aussi : Bitcoin : Peter Thiel (PayPal) a investi des centaines de millions de dollars

Interdiction ou encadrement ?

Ces soubresauts reflètent aussi les annonces, rumeurs ou craintes de décisions réglementaires. Les premiers à réagir ont été les Chinois, sachant que la majorité des transactions en bitcoin dans le monde était libellée en yuans en 2016 et que les « mineurs », qui produisent la monnaie cryptographique avec la puissance de calcul de leurs ordinateurs, sont aussi en grande partie localisés en Chine (où les coûts d'électricité sont modiques). La banque centrale chinoise (PBOC) a mené plusieurs enquêtes sur des plateformes d'échanges de bitcoins. En septembre, la République populaire a radicalement interdit les opérations de levées de fonds en monnaies virtuelles (Initial Coin Offerings, ICO), qui alimentent la demande en bitcoin et se sont révélées souvent de vraies escroqueries.

Lire aussi : Levées de fonds en Bitcoin : « Attention aux arnaques ! » dit l'AMF

En Corée du Sud, l'un des marchés les plus actifs (1 million de Sud-Coréens détiendraient des bitcoins), le gouvernement vient aussi d'interdire les ICO, de fermer tous les comptes d'utilisateurs anonymes de cryptomonnaies, de proscrire aux banques d'effectuer des transactions en monnaies virtuelles et de taxer les plus-values à la revente. Il envisage même d'aller encore plus loin et d'interdire tous les échanges en cryptomonnaies.

Les approches diffèrent d'un pays à l'autre. Aux États-Unis, le gendarme de la Bourse, la Securities and Exchange Commission (SEC) a émis dès l'été un avertissement sur les risques de fraude de certaines ICO et poursuivi ou suspendu des opérations relevant visiblement de l'escroquerie, sans pour autant dissuader les émetteurs ou les investisseurs de tester cette nouvelle façon de lever de l'argent, sans passer par les traditionnels fonds de capital-risque ou banquiers introducteurs en Bourse. Il y aurait eu en tout plus de 3,7 milliards de dollars levés à travers des ICO l'an dernier dans le monde selon Coinschedule.

En France, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a lancé une consultation publique et envisage de délivrer des visas pour les ICO, une initiative réclamée par la communauté de crypto-investisseurs et d'acteurs intéressés par les projets liés à la blockchain, la technologie sous-jacente. Mais l'AMF a aussi lancé, début décembre, une mise en garde des épargnants sur l'achat de bitcoin, avec l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le gendarme de la banque et de l'assurance, adossé à la Banque de France. En réalité, « le bitcoin et les autres "crypto" actifs n'entrent généralement pas dans le périmètre de supervision directe de l'AMF », car ils ne sont pas des instruments financiers dans le droit français.

Lire aussi : La levée de fonds en monnaie virtuelle ou "ICO" arrive en France

À la mi-décembre, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie et des Finances, a fait savoir qu'il avait demandé que le sujet soit abordé lors du G20 en avril prochain, estimant que « la montée en puissance du bitcoin présente des risques par rapport à la spéculation et par rapport à la possibilité de financements illicites ». L'organisme de lutte contre le blanchiment Tracfin a récemment détaillé que l'anonymat (partiel) permis par les technologies blockchain favorise toute une série de fraudes et trafics. Les États membres de l'Union européenne se sont mis d'accord en décembre pour interdire l'anonymat des transactions sur les plateformes de monnaies virtuelles, y compris avec des cartes prépayées.

Cependant, une approche concertée des gouvernements semble compliquée. La Banque centrale européenne (BCE) n'a « pas le pouvoir d'interdire ou de réguler » le bitcoin ou les autres monnaies virtuelles, a reconnu son président Mario Draghi. L'un des membres du directoire, Yves Mersch, a fait valoir que les volumes d'échange restent modestes, « entre 250 à 350 milliards d'euros » (à titre d'exemple, la capitalisation du CAC 40 est de 1.500 milliards d'euros). Un des membres du Conseil des gouverneurs de la BCE, l'Autrichien Ewald Nowotny, a toutefois quelques idées de mesures pour « casser le bitcoin » : il suggère la fin stricte de l'anonymat et l'assujettissement à la TVA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2018 à 9:26 :
Je m'étonne que la France laisse des officines se livrer à des pratiques illégales, maison du bitcoin ou autre bourse d'échange qui n'ont pas d'agrément de l'AMF ou de l'ACPR.

Petit rappel:
Article 442-4 du code pénal:

La mise en circulation de tout signe monétaire non autorisé ayant pour objet de remplacer les pièces de monnaie ou les billets de banque ayant cours légal en France est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende.
a écrit le 14/01/2018 à 17:32 :
Dans une semaine (?), quand la valeur du bitcoin aura été divisée par deux, cette question aura moins d'importance. Le dommageable, c'est que nombreux sont les petits porteurs peu instruits et argentés qui vont perdre beaucoup..
a écrit le 13/01/2018 à 12:20 :
Quand les états vont-ils faire leur travail?
Le bitcoin est une forme d'ultra libéralisme, le blanchiment de l'argent et la fraude fiscale au bout.
Une débauche d'énergie, l'affaiblissement des états et au bout le règne de l'argent sans
limite.
a écrit le 13/01/2018 à 8:59 :
L'émergence de cryptomonnaies libres et non contrôlées par les banques ni par les états est inéluctable, le bitcoin étant un cas particulier. Il faudra en tirer les conséquences et revoir nos doctrines monétaires et fiscales.
a écrit le 12/01/2018 à 20:05 :
l hypocrisie de ces individus est sans limite.
Comme le dit si bien le commentaire précédent, c'est les banques qui ont inventé la fraude fiscale et elles en vivent grassement .
C'est individus se drapent dans la défense de la population alors qu'ils défendent surtout leur part du gateau.
Mais surtout ce discours sur "le bitcoin monnaie du mal" c'est une façon de masquer le vrai sujet , les banques et la démocratie .
Le vrai problème c'est que les cryptomonnaies , ça fonctionne et ça permet de se passer des banques comme moyen de paiement.
Et du coup ça enlève du pouvoir au banques pour le rendre à la population .
Car dans nos sociétés occidentales , contrôler la population se fait avant tout par le compte bancaire. Réflechissez et répondez à ces questions : combien de fois par jour passer vous par une banque ?
Pouvez vous dans nos sociétés occidentales , vous passer de compte bancaire ?
Que pourriez vous faire si l'état décidait de geler vos comptes comme pour les grecs afin de payer ........ des banques ?
a écrit le 12/01/2018 à 13:37 :
"toutefois quelques idées de mesures pour « casser le bitcoin » : il suggère la fin stricte de l'anonymat et l'assujettissement à la TVA"

Le bitcoin concurrence directement les paradis fiscaux or ces paradis fiscaux appartiennent essentiellement à des établissements financiers et donc des banques.

Or la fraude fiscale n'est tolérée que si elle rapporte aux banques non mais ho !

ET ça se dit libéraux toussa...

Au secours.
Réponse de le 12/01/2018 à 16:32 :
Le libéralisme, ce n'est pas la jungle et voyez-vous, la régulation est salutaire, précisément pour lui fixer des limites.
Ainsi, les transactions financières sont contrôlés et taxées. Les banques et assurances sont contrôlées et parfois sanctionnées.
Tout n'est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais préférer la jungle du bitcoin au capitalisme, même imparfaitement régulé, est une idéologie que je ne partage pas.
Réponse de le 15/01/2018 à 9:46 :
"Le libéralisme, ce n'est pas la jungle et voyez-vous, la régulation est salutaire, précisément pour lui fixer des limites."

"Doctrine politique visant à limiter les pouvoirs de l'État au regard des libertés individuelles." http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/lib%C3%A9ralisme/46975

LE Larousse ça vous va comme crédibilité ?

Je vais avoir une réponse sous chacun de mes commentaires ?

Vous feriez mieux de m'éviter là vous êtes en train de donner de l'importance à mes commentaires tandis que je ne lis jamais les vôtres.

Stratégiquement votre méthode est vraiment maladroite, un commentaire passe bien plus inaperçu sans réponse de troll qu'avec car démontrant qu'il gène les curés néolibéraux ces incompétents corrompus.
Réponse de le 16/01/2018 à 9:53 :
"Par contre vous devriez éviter ce genre de généralités qui vous font passer pour fanatique en croisade"

C'est en effet ce que me demandent les trolls, vous comprendrez du coup que je vais continuer de faire comme je veux hein ?

Adieu, c'était génial de discuter avec vous hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :