Près de 5.000 banquiers et traders gagnent plus d'un million d'euros par an en Europe

 |   |  463  mots
C'est au Royaume-Uni que se concentrent près des trois quarts des hauts revenus du secteur bancaire, mais l'Allemagne est le deuxième pays, devant la France.
C'est au Royaume-Uni que se concentrent près des trois quarts des hauts revenus du secteur bancaire, mais l'Allemagne est le deuxième pays, devant la France. (Crédits : Reuters)
Un peu plus de 4.850 salariés du secteur bancaire en Europe ont reçu une rémunération d'au moins un million d'euros en 2017, selon une étude de l'Autorité bancaire européenne (ABE). Ils vivent à 73% au Royaume-Uni. La France est troisième derrière l'Allemagne avec 233 financiers dépassant le million annuel.

L'année 2018 aura sans doute été moins faste, avec la pire performance sur les marchés boursiers depuis dix ans, et des chutes de plus de 30% des cours des valeurs bancaires européennes. Mais en 2017, le nombre de banquiers ayant perçu une rémunération annuelle d'au moins un million d'euros et vivant en Europe a augmenté de 5,7% : ils sont 4.859 "high earners" (hauts salaires), selon l'étude publiée par l'Autorité bancaire européenne (ABE) ce lundi 11 mars.

Près des trois quarts de ces dirigeants et autres traders émargeant à sept chiffres au moins vivent au Royaume-Uni (73,4%), soit 3.567 personnes, un chiffre stable, montrant la domination persistante de Londres comme centre financier de l'Union européenne. C'est en Norvège que la progression a été la plus forte, un doublement avec 25 hauts revenus issus du secteur bancaire, suivie de l'Allemagne (+ 54%), deuxième pays en nombre de banquiers "millionnaires" (390), devant la France, troisième (233 salariés dépassant le million annuel, en hausse de 13,6%).

--

Banquiers million d'euros ABE traders

[Evolution du nombre de hauts revenus dans le secteur bancaire par État membre en Europe en 2015, 2016 et 2017. Crédit : ABE]

--

Pdg, traders et gestionnaires d'actifs

Le nombre total de ces financiers à haut salaire a bondi de 41,7% depuis 2010 dans l'ensemble de l'UE. Sans surprise, les bataillons les plus nombreux proviennent des métiers de la banque d'investissement (conseil en fusions-acquisitions, émissions de dettes et d'actions, activités de marchés, etc), avec 2.541 personnes, soit plus de la moitié du total. Suivent les salariés exerçant des fonctions de haut encadrement (861 personnes).

Ainsi en France, un seul Pdg pointe au-delà des 4 millions d'euros (il s'agit de Jean-Laurent Bonnafé de BNP Paribas même si l'étude ne cite aucune personne nommément). Deux salariés ont gagné plus que lui, dans les métiers de banque d'investissement (l'un à 7,5 millions, l'autre à 11,48 millions, bonus compris).

En 2014, au lendemain de la crise financière au cours de laquelle plusieurs banques européennes avaient été sauvées sur fonds publics, l'Union européenne a imposé un plafonnement des primes au niveau du salaire de base, voire au double en cas d'accord des actionnaires. Le ratio de la part variable sur la part fixe de la rémunération de ces banquiers a d'ailleurs encore reculé en 2017, à 101,08% contre 104% en 2016 et 123% en 2014. C'est dans la gestion d'actifs que le ratio est le plus élevé et il a même augmenté à 402%, bien au-delà du ratio maximum de 200%, même s'ils concernent peu d'individus (16 dans toute l'UE).

Le rapport portant sur les chiffres pour 2018 sera publié d'ici au début de l'année 2020. L'effet Brexit, avec la relocalisation de certains banquiers dans des pays de l'UE, dont la France, ne devrait toutefois se voir que dans les chiffres de l'année 2019, publiés un an plus tard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2019 à 13:19 :
Apres on parle d’inégalité, je comprend mieux pourquoi...
a écrit le 12/03/2019 à 12:23 :
bon Lemaire essaie de prendre de l'argent au GAFA macron l'a pris aux petits retraités riches…. et nous avons sous la main des gens qui gagnent beaucoup il serait intéressant de voir leurs avis d'imposition je ne suis pas pour tout prendre comme disait Jojo marchais… mais il devrait u avoir une logique de la participation de tous a l'état dit providence oui on devrait aussi faire des economies dans toute cette sructure adm poliitque que l'on cache sous le nom de social….
Réponse de le 12/03/2019 à 17:17 :
Dans le contexte actuel, il serait intéressant de publier, en même temps que le niveau de revenus, le montant de la ponction fiscale pratiquée par notre État dispendieux !!!
a écrit le 12/03/2019 à 4:51 :
Il en faut.....
Réponse de le 12/03/2019 à 18:34 :
@ matins calmes
Quoi ?
optimisme , moutons ou loups ?
a écrit le 11/03/2019 à 22:35 :
Trop d’optimisme tue l’optimisme...
Vous connaissez la vraie histoire du Loup ?
a écrit le 11/03/2019 à 19:24 :
Il est grand temps de faire revenir une partie de ces hauts salaires en France par une baisse des impôts sur les tranches les plus élevées, n'en déplaise à Mélancon...( oups :-)
Si 1000 d'entre eux revenaient, avec un revenus de seulement 1 millions chacun, cela ferait, avec une imposition à 45 % : 450 millions € de revenus d'imposition, à cela faut rajouter la CSG et le fait qu'ils dépenseraient et épargneraient le reste en France...
De plus les banques sont des centres de décisions, et il vaut mieux qu'ils soient localisés en France plutôt qu'a Londres...: le gouvernement a eu raison de supprimer l'ISF !
Haa, le jour ou certains à gauche voudront bien calculer, les poules auront des ... couronnes ...
a écrit le 11/03/2019 à 18:33 :
233 salariés en france qui payent des charges sociales, fiscales et qui font vivre l'économie.
J'espère que le brexit amènera d'autres cotisants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :