Sopra Steria va acquérir l'éditeur de logiciels bancaires SAB

 |   |  560  mots
(Crédits : JACKY NAEGELEN)
La société de services informatiques Sopra Steria a annoncé ce mercredi son projet d'acquisition de l'éditeur français de logiciels de "core banking" SAB, pour un montant non précisé.

[Article mis à jour à 11h45]

La concentration prend une autre dimension dans les technologies financières. Après le rachat de plusieurs startups de la finance (Fintech) par des banques, des acteurs traditionnels du secteur se rapprochent à leur tour. Ce mercredi 10 avril, la société de services informatiques Sopra Steria a annoncé le projet d'acquisition de l'éditeur français de logiciels "core banking" SAB, via sa filiale Sopra Banking Software, afin de renforcer ses positions en France "tout en étendant ses capacités en Europe et en Afrique". L'opération passera par une prise de participation majoritaire au capital "et, au bout d'un an, le complément jusqu'à 100 %". Les termes financiers n'ont pas été dévoilés.

Issue de la fusion en 2015 de Sopra et Steria, la SSII emploie plus de 44.000 personnes dans 25 pays, a réalisé un chiffre d'affaires de 4,1 milliards d'euros en 2018 et capitalise 2,1 milliards d'euros : banques et assurances représentent 28% de son activité et son coeur de métier historique. Fondé en 1989 par Olivier Peccoux et Henri Assaf, SAB a généré un chiffre d'affaires de 64,4 millions d'euros an dernier, aux trois quarts en France.

"L'acquisition de SAB serait une avancée majeure dans la stratégie de Sopra Banking Software qui, sur l'Europe notamment, vise à se positionner sur les projets de transformation des banques sur un large spectre de tailles, en s'appuyant à la fois sur la solution logicielle et sur la capacité du groupe à prendre en charge l'implémentation et, progressivement, l'exploitation de systèmes dans leur ensemble", précise le groupe dans un communiqué.

L'action Sopra Steria, qui avait ouvert en baisse, s'adjuge plus de 1,4% ce mercredi matin.

Complémentarités

On appelle "core banking" le logiciel utilisé par une banque pour toutes ses opérations courantes (ouverture et gestion des comptes, traitement des dépôts et retraits d'espèces, calcul des intérêts, traitement des virements et des chèques), intégré au système d'information de la banque, du "front" au back-office. A l'heure de l"open banking" et de la généralisation des interfaces de connexion de type API, les banques exigent de plus en plus des systèmes souples et adaptables, qui ne freinent pas leur transformation numérique et leur passage au cloud.

En octobre dernier, Sopra Steria avait lancé un avertissement sur ses résultats du fait d'une moindre performance de sa filiale de conseil et logiciels pour les banques. SAB serait complémentaire, étant très présent "auprès des banques de taille intermédiaire alors que Sopra Banking Software opère avec des banques de taille plus importante" souligne la SSII. Cette branche emploie 4.300 personnes et accompagne près de 800 banques dans 70 pays.

"Cette acquisition est structurante pour la division (Sopra Banking Software), puisqu'elle représente un effet périmètre de +15,8% en pro forma par rapport à notre estimation de CA 2019 (+1,4 point au niveau groupe)" relèvent les analystes d'Invest Securities dans une note publiée ce mercredi matin.

Sopra Steria avait réalisé au second semestre 2018 l'acquisition de Sword Apak, éditeur de logiciels de crédits spécialisés, pour 125 millions d'euros, rappelle le courtier.

"Cette opération participerait au projet de Sopra Banking Software dont l'année 2019 est une année de consolidation, l'objectif étant de revenir, à partir de 2020, sur les niveaux de rentabilité opérationnelle historiques" indique le groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :